Demandes du public

Dans un contexte où les clients nécessitent des suivis « à long terme » (p. ex. : un problème de dysphagie chez un résidant d’un CHSLD), faut-il interrompre le constat après quelques mois si les directives sont efficaces et si elles sont devenues des soin

Le PTI est une note d’évolution qui contient les décisions de l’infirmière liées au suivi clinique du client. Tant qu’un problème requiert un suivi, il n’est pas considéré comme résolu et tant qu’une directive est applicable, elle ne peut pas être cessée.

Par conséquent, dans le cas d’une personne devenue dysphagique par suite d’un AVC qui doit s’alimenter assise à 90 degrés avec supervision, le problème pourra évoluer et la directive pourra être modifiée. Toutefois, aussi longtemps que le problème ne sera pas résolu et que la directive sera applicable, ils devront continuer de figurer au PTI comme un problème actuel et une directive en vigueur. Le même principe s’applique lorsqu’un médecin diagnostique une douleur chronique et prescrit un médicament en conséquence : une fois la douleur contrôlée par le médicament prescrit, il ne change ni son diagnostic, ni son traitement.

Peu importe le milieu de soins, l’infirmière doit être vigilante en s’assurant de n’inscrire au PTI que les problèmes et besoins qui sont prioritaires pour le suivi clinique et seulement les directives infirmières qui sont cruciales pour ce suivi.