Demandes du public

L’infirmière en santé scolaire doit-elle déterminer un PTI pour tous les enfants qui ont un problème de santé?

L’infirmière en santé scolaire n’a pas à déterminer un PTI pour tous les enfants qui présentent un problème de santé, mais seulement pour ceux qui requièrent un suivi clinique en milieu scolaire. Rappelons que le suivi clinique est un ensemble d’interventions déterminées et adaptées au besoin par l’infirmière dans le but de surveiller la condition physique et mentale d’un client, de lui donner les soins et les traitements requis par son état de santé et d’en évaluer les résultats. Par conséquent, le suivi clinique implique une évaluation en cours d’évolution.

Par exemple, dans le cas d’une jeune fille de 17 ans qui consulte pour la quatrième fois en six mois en vue d’obtenir la pilule du lendemain, si l’infirmière en milieu scolaire décide d’amorcer un suivi clinique pour intervenir sur ses comportements à risque, elle doit déterminer un plan thérapeutique infirmier. Aussi, dans certains milieux scolaires qui accueillent des enfants présentant une déficience physique ou intellectuelle, il peut arriver que l’infirmière discerne un problème ou un besoin prioritaire qui requiert un suivi clinique particulier et qu’elle consigne dans le PTI des directives à l’intention des infirmières auxiliaires et des non-professionnels qui interviennent auprès d’eux. Dans ces cas, le problème ou le besoin prioritaire et les directives infirmières inscrits au PTI découlent de l’évaluation de l’infirmière. Il en est de même pour tout ajustement du PTI.

Par contre, dans le cas d’un jeune qui souffre d’une allergie alimentaire pour laquelle il a une prescription d’EpiPen®, l’infirmière s’assurera que les intervenants concernés possèdent les compétences nécessaires pour intervenir au besoin. Toutefois, il ne s’agit pas d’un suivi clinique mais plutôt de rendre le milieu sécuritaire pour faire face à une situation d’urgence.

Aussi, chaque fois que l’infirmière en milieu scolaire réalise une intervention ponctuelle pour un problème qui ne requiert pas de suivi, qu’il s’agisse de soigner une coupure mineure chez un enfant qui vient de faire une chute ou de procéder à la vaccination dans le cadre d’une campagne, il n’y a pas lieu de déterminer un PTI, à moins qu’un suivi ne soit requis en raison d’un risque ou d’une réaction particulière.

En somme, comme pour toutes les clientèles ambulatoires ou à domicile, la question que doit se poser l’infirmière en santé scolaire pour décider s’il y a lieu de déterminer un PTI ou non est la suivante : « Le jeune requiert-il un suivi clinique ? »