l'Ordre

Concertation et appuis

Les appuis récoltés au cours de la démarche de concertation sont nombreux et les membres de l’OIIQ se montrent favorables dans une solide majorité. Prenez-en connaissances.

Des appuis de taille

Des établissements de santé et des services sociaux

L’OIIQ a reçu des appuis de plus de 100 décideurs du réseau de la santé et de l'éducation pour que le baccalauréat ou le DEC-BAC deviennent la norme d'entrée dans la profession infirmière.

De surcroit, le conseil d'administration de l'Association québécoise des établissements de santé et de services sociaux du Québec a recommandé au MSSS que le baccalauréat soit la formation permettant l’accès à la profession d’infirmière. L'AQESSS privilégie le parcours DEC-BAC.

Ces positions favorables au baccalauréat comme norme d'entrée pour la relève dans la profession infirmière expriment le besoin des employeurs et leur préoccupation pour la qualité et l'efficacité des soins.

De l’Assemblée générale

En 2012

Considérant que la très grande majorité des délégués présents à l’Assemblée générale annuelle (AGA) 2011 de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a appuyé la proposition de la Table sectorielle nationale des réseaux universitaires intégrés de santé (RUIS) en soins infirmiers, les délégués à l'AGA 2012 ont approuvé à l'unanimité la résolution suivante :

  • D'INTERPELLER le nouveau ministre de la Santé pour qu’il assure la progression du dossier du rehaussement de la norme d’entrée dans la profession infirmière en :
    • s’engageant fermement à faire de ce dossier une priorité gouvernementale avant la fin de l’année 2012;
    • adoptant le DEC-BAC ou le baccalauréat en sciences infirmières comme nouvelle norme d’entrée dans la profession à compter des inscriptions dans les programmes de formation de 2014;
    • prenant en considération des mesures de transition et la préservation des acquis des infirmières en poste actuellement.
  • DE SE MOBILISER AFIN DE SENSIBILISER la nouvelle députation dans toutes les régions du Québec à cette demande de changement réglementaire.

En 2011

Les 945 délégués réunis lors de l’Assemblée générale annuelle de l’OIIQ de 2011 ont accueilli par un très large appui la proposition de la Table sectorielle nationale des Réseaux universitaires intégrés de santé (RUIS) en soins infirmiers sur la formation de la relève infirmière. Cette Table regroupe notamment des directrices de soins des centres hospitaliers universitaires et les doyens de facultés de sciences infirmières.

Proposition de la Table du RUIS

Dans cette proposition, cette Table des RUIS demande à l’OIIQ « de faire les représentations requises auprès du gouvernement du Québec afin que le droit de pratique soit obtenu à la fin de la formation universitaire (initiale ou DEC-BAC), tout en prenant en considération des mesures de transition et la préservation des acquis des infirmières en poste actuellement ».

Sondage OIIQ

  • 74 %* des répondants croient que la formation de la relève doit être rehaussée*.
  • 78 %* des infirmières détenant déjà un baccalauréat sont favorable au baccalauréat comme norme d'entrée dans la profession.
  • 60 %* de l'ensemble des membres sont favorable au baccalauréat comme norme d'entrée dans la profession. (Plus les infirmières sont âgées et expérimentées, plus elles y sont favorables.)
  • 98 %* des répondants s’entendent sur le fait que les infirmières sont appelées à assumer des responsabilités importantes dès le début de leur carrière.
  • 93 %* considèrent que les besoins des patients sont de plus en plus complexes.
  • 84 %* des personnes interrogées sont en accord avec les mesures de transition proposées par l’OIIQ, dont le statut d'interne pour les étudiants qui souhaitent travailler tout en poursuivant leurs études à l'université après trois ans d'études collégiales par l'OIIQ.

* Ces chiffres sont extraits d’un sondage représentatif de toutes les infirmières et infirmiers du Québec, réalisé auprès de 2 500 personnes en décembre 2011.

Ouverture du MSSS

Le ministre de la Santé et des Services sociaux, le Dr Yves Bolduc, s’est dit ouvert à la discussion sur la formation de la relève infirmière au baccalauréat en insistant sur une démarche de collaboration. Il a fait cette déclaration lors de son passage au Congrès de l’OIIQ où étaient présents quelque 2 500 congressistes, dont près de 1 500 étudiants.