6-top-montreal-niveau-2.jpg

Mot de la présidente de l'ORIIM/L

Josée F. Breton

Josée F. Breton
Josée F. Breton

Chers collègues

Je vous souhaite une excellente année 2017. J’aimerais vous faire part de nos trois priorités pour l’année 2017.

Développement professionnel

Le développement professionnel appartient à chaque infirmière et chacune d’entre vous doit saisir les occasions et orienter son développement en visant un développement de ses compétences afin de prodiguer des soins sécuritaires et de qualité, « au nom de la santé des Québécois ».

L’ORIIM/L poursuit ses activités de soutien au développement professionnel pour les infirmières de nos régions de Montréal/Laval. En effet, nous soutenons l’ensemble des demandes qui sont en lien avec le développement des compétences en soins infirmiers : formations longues, et courte durée, colloques et certifications. De plus, nous sommes en préparation pour la mise en place d’un programme de formation continue annuel. Ce programme est complémentaire de celui offert par l’OIIQ. Afin de réaliser cette programmation, l’ORIIM/L va créer un comité officiel de formation qui aura la responsabilité de préparer le programme de formation annuel. Nous allons surtout orienter nos actions vers des séances ayant une durée de trois heures. Si des sujets vous tiennent à cœur, n’hésitez pas à nous les faire connaître en nous écrivant à oriiml@bellnet.ca.

Champ de pratique des infirmières

En 2016, lors du dernier Congrès de l’OIIQ en novembre, le ministre de la Santé et des Services sociaux a réitéré son intention d’avoir 2 000 infirmières praticiennes d’ici 2020. Il maintient le cap. Afin d’atteindre cet objectif, les différentes instances, universités, milieux de stages et de travail sont en effervescence et en mode planification afin d’atteindre cet objectif.

Toutefois, l’effet de levier pour l’élargissement du champ de pratique a été l’autorisation de prescription infirmière pour différentes situations cliniques. Après une année, le nombre d’infirmières ayant leur attestation de prescription est bien en deçà du nombre prévu, seules 3 100 infirmières ont demandé leur attestation à ce jour. On espérait avoir un bassin de 10 % de nos infirmières du Québec qui obtiendraient le droit de prescrire.

D’ailleurs, je vous informe que les mesures transitoires pour les infirmières détentrices d’un diplôme d’études collégiales en soins infirmiers sont prolongées jusqu’au 30 juin 2017 afin d’obtenir une attestation de prescription.

Retrouvez toutes les modalités pour obtenir votre attestation

Soutien de la relève infirmière

Et, naturellement, l’ORIIM/L soutient en partenariat avec son Comité jeunesse l’intégration des jeunes infirmières dans la profession.

Depuis plus de quatre ans, nous soutenons la création et le développement d’activités au sein des comités de la relève infirmière des milieux de notre région. Encore cette année, nous allons les soutenir sur le plan de la création et du maintien des activités de soutien à la relève, à la suite de la réorganisation administrative du réseau.

Au nom de la santé des Québécois, je vous encourage à obtenir votre attestation pour prescrire, c’est un élément additionnel qui a un impact sur l’accessibilité aux soins. Les infirmières sont un élément clé du système de santé.

Josée F. Breton, B. Sc. inf., M.B.A.
Présidente de l’ORIIM/L
Conseillère senior organisation des soins
Direction des soins infirmiers et regroupements clientèles (DSI-RC)