Récipiendaires 2014

Grand prix

Estrie

Des cours prénataux en un clic! www.mescoursprenataux.com

Faciliter l'apprentissage des parents en devenir, c'est la mission que s'est donnée Marie Fortier, infirmière spécialisée en maternité, en créant le site mescoursprenataux.com, qui propose 40 cours prénataux en format vidéo.

Le but de ce projet novateur est de faire en sorte que toute femme enceinte, tout couple ou toute famille adoptive, peu importe leur situation géographique et leur emploi du temps, puissent avoir accès en tout temps sur le Web à de l'information prénatale probante animée sur vidéo par une professionnelle de la santé avec des invités spécialement choisis pour leurs compétences dans ce domaine. Les parents d'aujourd'hui, fervents de nouvelles technologies et friands d'information, peuvent dorénavant obtenir des réponses à leurs questions tout au long de la grossesse.

Depuis le lancement du projet, en août 2013, le site a enregistré 167 abonnements à l'un des trois forfaits vidéo offerts et plus de 30 vidéos à la carte ont été téléchargées, à la plus grande satisfaction des clients. À moyen et long termes, plusieurs nouveaux sujets seront abordés et il est prévu de produire toutes les vidéos en anglais pour les besoins de la clientèle anglophone d'ici et d'ailleurs.

Prix Innovation clinique 2014 de l'ORIIE
De gauche à droite : Sylvie Roy, directrice succursale Banque Nationale; Patricia Couture, conseillère finance personnelle – Banque Nationale; Geneviève Ménard, directrice-conseil, OIIQ; Marie Fortier, infirmière clinicienne et récipiendaire du Prix Innovation clinique Banque Nationale 2014, et Maryse Grégoire, présidente, ORIIE

Récipiendaires régionaux 2014

Découvrez-les tous en images

Bas-Saint-Laurent/Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Clinique mobile des maladies chroniques

Dans le but d’améliorer l’efficacité et l’efficience dans la gestion et la prévention des maladies chroniques dans la région, deux infirmières du CSSS du Roché-Percé, Marie-Ève Hunter, infirmière clinicienne, et Stella Travers, directrice des soins infirmiers et de la qualité, ont mis sur pied un programme où une équipe interdisciplinaire offre ses services à la clientèle atteinte de maladies chroniques dans quatre salles de conditionnement physique de la communauté.

L'équipe composée d'une infirmière clinicienne, d'un kinésiologue et d'une nutritionniste offre un suivi intensif de 12 semaines à raison de deux fois par semaine à une clientèle atteinte de maladies chroniques, qui présente des facteurs de risques (HTA, dyslipidémie, obésité, tabagisme, etc.). En plus, de favoriser la diminution des consultations à l’urgence et les hospitalisations, ce programme a pour avantages de prévenir des dégradations de l’état de santé liées à une faible auto-efficacité dans la gestion des problèmes de santé et des traitements prescrits, de favoriser une meilleure adhésion aux traitements, d'améliorer l’expérience de soins et d'amener les clients à une prise en charge autonome de leur état.

Depuis la création du programme en 2011, plus de 200 patients ont bénéficié du suivi intensif. Les résultats constatés sont positifs : diminution des glycémies et de l’hémoglobine glyquée, amélioration de la tension artérielle et, dans certains cas, diminution de la médication. Vu le succès du projet, le modèle a été intégré en septembre 2013 au volet enfant/jeunesse/famille. Le programme a également attiré l’attention des Premières Nations qui, elles aussi, vivent dans des régions éloignées.

Prix Innovation clinique 2014 de l'ORIIBSLGIM
De gauche à droite : Annie Langevin, vice-présidente de l’ORIIBSLGIM; Lucie Tremblay, présidente-directrice générale de l’OIIQ; Nadia Lévesque, Banque Nationale; Marie-Ève Hunter et Stella Travers, lauréates du prix Innovation clinique Banque Nationale 2014, et Viviane Anderson

Saguenay-Lac-Saint-Jean/Nord-du-Québec

Mise en commun de l’expertise et du leadership professionnel au service de la vaccination antigrippale du personnel

Réussir à mobiliser l’ensemble de l’organisation du CSSS de Jonquière pour la vaccination massive du personnel afin d’augmenter l'accès à la vaccination et, par le fait même, d'améliorer les services et la sécurité des usagers de leur établissement, c'est le défi qu'ont relevé avec brio Claudine Brassard, conseillère en prévention et contrôle des infections, et Annick Duchesne, infirmière et agente de gestion du personnel, au CSSS de Jonquière.

L'équipe a élaboré un plan d'action dont les activités se sont étalées sur six semaines, en utilisant des moyens tels que l’unité mobile, la vaccination par les infirmières des secteurs et du service de santé, la participation des coordonnatrices de soins, ainsi que celle des directeurs, des gestionnaires et des syndicats. Cette initiative a permis de consolider le rôle des infirmières et infirmiers du CSSS de Jonquière en matière de vaccination et de responsabilité professionnelle dans la promotion de la vaccination.

La campagne a permis de voir passer le taux de vaccination de 46 % en 2012-2013 à 71 % en 2013-2014. De plus, aucun travailleur ne s’est absenté pour cause de grippe en 2013-2014. Cette valorisation de la responsabilité par rapport à la vaccination a également eu des impacts sur la pratique quotidienne des infirmières puisqu’il y a eu quelque 157 usagers vaccinés comparativement à 79 en 2012-2013. De plus, tous les objectifs, ainsi que les moyens et les outils développés dans le cadre de ce projet, sont transposables et exportables à d’autres CSSS.

Prix Innovation clinique 2014 de l'ORIIBSLGIM
De gauche à droite :Serge Larouche, président de l’Ordre régional, Claudine Brassard et Annick Duchesne pour le projet « Mise en commun de l’expertise et le leadership professionnel au service de la vaccination antigrippale du personnel », Carole Mercier, secrétaire générale de l’OIIQ

Québec

Équipe de mentorat du Centre d'excellence sur le vieillissement du Québec

Une équipe du Centre d’excellence sur le vieillissement de Québec (CEVQ), pilotée par l’infirmier Philippe Voyer, a mis sur pied un service de mentorat pour soutenir et accompagner les infirmières qui donnent des soins à la clientèle âgée sur le territoire du Réseau universitaire intégré en santé de l’Université Laval (RUIS-UL). Ce projet place l’infirmière au cœur du service. Elle agit à titre de mentor, de conseillère et d’intervenante de 2e ligne pour appuyer les infirmières qui observent des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence chez les aînés

Depuis 2010, l’équipe du CEVQ a formé plus de 195 infirmières-mentors dans 51 différents milieux, et elle est intervenue dans plus de 100 situations cliniques de SCPD chez les aînés. Les interventions, considérées comme réussies dans 94,7 % des cas de SCPD, ont contribué à améliorer les services de santé et la qualité des soins offerts aux aînés, en plus de permettre au personnel d’être plus efficace et de réduire les coûts en prévenant les hospitalisations.

Grâce à un budget accordé par le ministère de la Santé et des Services sociaux, le CEVQ pourra stimuler la création d’équipes de mentorat dans tous les RUIS de la province.

Prix Innovation clinique 2014 de l'ORIIQ
De gauche à droite : De gauche à droite : Claudia Gallant, présidente de l’ORIIQ, Carole Mercier, secrétaire générale de l’OIIQ, Pauline Harrisson, directrice développement des affaires, Québec et Est du Québec, Programmes financiers et Groupe Affinité, Banque National, Lucille Juneau, France Lafrenière, Lucie Grenier, Manon Turcotte et Sylvie Rey

Mauricie/Centre-du-Québec

Amélioration de la performance pour des soins sans attente, Clinique ambulatoire d’hémato-oncologie

Réduire le temps d'attente des usagers en hémato-oncologie de 70 % pour recevoir un traitement de chimiothérapie et cela, malgré une hausse de 12 % du nombre de traitements offerts à plus de 4 000 usagers de la Mauricie et du Centre-du-Québec, c'est le tour de force qu'a réussi une équipe du CSSS de Trois-Rivières composée de Louise Corbeil, Nadine Côté, Diane Gervais, Cindy Gélinas, Lyne Gagnon et Michel Flageol.

Pour arriver à ce résultat, les intervenants ont adopté une démarche d'optimisation de type Lean et réalisé une activité Kaïzen blitz qui consistait à analyser les processus de la clinique d’hémato-oncologie, de la planification du rendez-vous jusqu’au départ de l'usager à la suite de l’administration de son traitement. La trajectoire de l'usager à l’intérieur de la clinique et la séquence des activités, incluant la préparation du médicament ont été étudié. Le projet a été réalisé selon l’approche DMAIC: Définir, Mesurer, Analyser, Implanter, Contrôler. La mise en commun des connaissances et de l’expertise de chacun des membres de l’équipe Kaïzen a permis de proposer des solutions innovantes axées sur la qualité des soins et des services.

En faisant preuve d'ouverture et d'une grande mobilisation et en misant sur la valeur fondamentale du Programme de lutte contre le cancer qui consiste à placer l'usager au centre des préoccupations et des actions l'équipe a su dépasser son objectif initial. Elle partage également son expérience au sein du réseau de la santé au bénéfice de la collectivité, ce qui ajoute encore davantage à sa contribution exceptionnelle.

Prix Innovation clinique 2014 de l'ORIIMCQ
Lyne Gagnon, Sabrina Ayotte, Louise Corbeil, Michel Flageol, Diane Gervais, Zineb Norry (direc. Succ. BNC), Carole Mercier, secrétaire générale de l’OIIQ et la présidente de l’ORIIMCQ, Marie-Andrée Gauthier Absentes : Nadine Côté et Cindy Gélinas

Montréal/Laval

Éviter l'hospitalisation ou l'hébergement et opter pour une désintoxication externe avec soins intensifs

Dans le but d'améliorer l'état de santé, le bien-être, la qualité de vie et l'intégration des personnes ayant des problèmes de dépendance et de venir en aide à leur entourage, une équipe d'infirmières du Centre de réadaptation en dépendance de Montréal – Institut universitaire (CRDM-IU) a créé une offre de service de désintoxication externe avec soins intensifs. Mis sur pied par Isabelle Thibault, Jacqueline Blais, Lucie Dubé et Lise Richard, le projet s'appuie sur des consultations médicales en externe qui requièrent que des infirmières soient disponibles pour effectuer l'évaluation et le suivi quotidien des usagers.

Ce service permet aux usagers de vivre un sevrage sécuritaire et d'éviter l'hébergement ou l'hospitalisation qu’implique habituellement cette démarche. Ce service augmente ainsi le nombre de personnes qui peuvent bénéficier d'une désintoxication avant que leur état s'aggrave. Et il diminue le nombre d'usagers à l'interne. Une quarantaine de personnes ont bénéficié du service depuis sa création il y a deux ans et la totalité d'entre elles ont maintenu leur sobriété. Grâce au modèle employé, le sevrage en externe peut facilement être réalisé dans d'autres centres de réadaptation en dépendance.

Après un an de travail, l'équipe a élaboré plusieurs documents, notamment un guide de référence et des outils de travail qui soutiennent la réalisation de cette offre de service. La décision d'admettre ou non un usager est maintenant guidée par des normes concrètes, le sevrage est sécurisé et les infirmières sont mieux outillées pour encadrer leur pratique.

Prix Innovation clinique 2014 de Montréal/Laval
Dans l'ordre habituel : Josée F. Breton, présidente, ORIIM/L ; Marguerite Pernice, Banque nationale ; Jacqueline Blais, Lucie Dubé, Lise Richard et Isabelle Thibault du Centre des dépendances de Montréal, et Lucie Tremblay, présidente-directrice générale, OIIQ

Abitibi-Témiscamingue

Implantation de services infirmiers de proximité en milieu autochtone

carrier_martine.jpgUne équipe du Centre de santé de Kitcisakik, dont fait partie Martine Carrier, a mis sur pied un projet permettant aux membres de la communauté de bénéficier de soins de santé de proximité leur évitant ainsi de nombreux et difficiles déplacements avec toutes les contraintes que cela implique. Les suivis sont plus réguliers, notamment pour les femmes enceintes, et les dépistages sont plus précoces. Grâce à ce projet, les infirmières travaillant dans la communauté peuvent exercer un rôle élargi auprès de leurs patients et de leur famille.

Le succès de cette approche repose sur la collaboration interprofessionnelle, le développement des connaissances, la mise en place d’ordonnances collectives et la confiance mutuelle. Ainsi, la qualité et l’accessibilité des services de santé offerts aux gens de la communauté se sont améliorés. De plus, la fidélité aux traitements et les suivis ont augmenté. Ce modèle du rôle élargi de l’infirmière peut être appliqué et s’avérer particulièrement efficace dans toute communauté externe où l’accès aux soins est problématique.

La communauté de Kitcisakik a été placée au cœur de la démarche et en bénéfice tous les jours comme le démontrent les résultats. Il s’agit d’une réalisation inspirante pour toutes les communautés.

Côte-Nord

Guide d’observation et d’intervention du développement de l’enfant de la naissance à 5 ans

La création d’un Guide d’observation et d’intervention du développement de l’enfant de la naissance à 5 ans a permis à deux infirmières cliniciennes de l’équipe de santé parentale et infantile du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Port-Cartier, Luce Tanguay et Marlène Vibert, d’innover et d’améliorer la qualité des services qui sont offerts aux familles de jeunes enfants.

L’utilisation du guide permet aux infirmières, en collaboration avec les parents, d’évaluer de façon structurée le développement global de l’enfant. Le guide permet de surveiller quatre aspects principaux : le développement physique, cognitif, affectif et social de l’enfant. Il favorise le développement harmonieux de l’enfant. Pour les familles de jeunes enfants, l’infirmière représente une professionnelle de proximité. De par son champ d’exercice, elle est en mesure de procéder à l’évaluation de l’état de santé. Dans le cadre de ce projet, les infirmières ont démontré leur grande capacité d’innovation.

L’évaluation de la satisfaction des utilisateurs du guide permet d’affirmer qu’il s’agit d’une initiative couronnée de succès.

Chaudières-Appalaches

Prévenir les éclosions en résidences pour personnes âgées

Afin de prévenir et de gérer efficacement les éclosions d’infections en résidences pour personnes âgées (RPA) sur son territoire, une équipe d'infirmières du CSSS de Beauce composée de Nicole Caron, Nancy Duperron, Sonia Simard et Véronique Veilleux a mis en place des mécanismes de communication et des trajectoires de services spéciaux qui ont permis de limiter considérablement, voire d'éviter les propagations et les hospitalisations.

Le modèle proposé va au-delà de ce qui se fait actuellement sur le territoire, notamment en raison de la détermination des rôles de chacun et de l’élaboration d’outils d’évaluation de la clientèle. L’élément central était de faire intervenir une infirmière dans les RPA dès l’apparition des signes d’infection afin de limiter les risques de propagation à d’autres personnes plus ou moins vulnérables et en perte d’autonomie. La Direction des soins infirmiers, en collaboration avec les équipes de soutien à domicile, a donc élaboré une trajectoire de services comprenant trois niveaux d’interventions, nécessitant tous la contribution des infirmières.

Cette initiative contribue au mieux-être des résidants et permet de limiter considérablement voire d'éviter les propagations et les hospitalisations, qui demeurent une expérience difficile et trop souvent génératrice d’une perte d’autonomie pour une personne âgée.

Prix Innovation clinique 2014 de l'ORIICA
De gauche à droite : Carole Mercier, secrétaire générale de l’OIIQ, Sonia Simard, Nicole Caron, Nancy Duperron, Véronique Veilleux, et Ginette Bernier, présidente de l’ORIICA

Laurentides/Lanaudière

Bracelet bleu

Mis sur pied par Annie Paquette, chargée de projet à l’Approche adaptée à la personne âgée (AAPA) au CSSS des Sommet, le Bracelet bleu permet d’identifier en un simple coup d’œil la clientèle vulnérable et sensibilise chacun des intervenants à répondre aux besoins de base de l’usager, dans l’exercice de ses fonctions. C’est un moyen d’identifier la clientèle à risque et de s’assurer que les mesures préventives sont appliquées rapidement et systématiquement (hydratation, diète adaptée, repas au fauteuil, autonomie dans les activités de la vie quotidienne, etc.).

Cette initiative a impliqué la révision de la démarche de l’infirmière dans le continuum de soins. Plus précisément, un changement et surtout une appropriation du rôle attendu de l’infirmière quant à l’évaluation de cette clientèle et à la gestion de l’épisode de soins se sont opérés et actualisés par le biais de ce projet. Le projet, si simple soit-il, est devenu en soi un moyen mobilisateur et il suscite la complicité du travail d’équipe, mais surtout, il place l’infirmière au cœur de la prise en charge de la personne âgée hospitalisée.

Le projet Bracelet bleu, issu du terrain et de la réalité quotidienne, présente un aspect léger, logique, motivant et facile à implanter dans d’autres départements et établissements. Les résultats sont concluants : réduction considérable du risque de perte d’autonomie liée à l’épisode de soins chez la clientèle âgée, ce qui diminue ainsi la durée moyenne du séjour et les demandes d’hébergement.

Prix Innovation clinique 2014 de l'ORIILL
Devant de gauche à droite : du CSSS des Sommets, Sacha Beaudoin, président CII, Annie Paquette, chargée de projet l’Approche adaptée à la personne âgée (AAPA), et Dominic Labranche, directeur des soins infirmiers et de la qualité
Derrière : Josée Carrier, secrétaire CII, Isabelle Fournier, vice-présidente CII, Hélène Quirion, gestionnaire des risques et de la qualité, Lucie Tremblay, présidente de l’OIIQ, Ghyslain Bergeron, représentant de la Banque Nationale, et Lise Racette, présidente de l’ORIILL

Montérégie

Implantation des bonnes pratiques en prévention du suicide aux unités internes de courte durée en santé mentale adulte du CSSS Pierre-Boucher

Le CSSS Pierre-Boucher, grâce à une équipe composée de Johanne Roy, Évelyne Campeau et plusieurs collaboratrices, est devenu le seul établissement au Québec qui a réussi à implanter au sein de ses deux unités internes de courte durée en psychiatrie, les bonnes pratiques en prévention du suicide tirées du guide que le MSSS a produit en 2010 à l'intention de intervenants et gestionnaires des CSSS.

Toutes les infirmières qui font partie des unités psychiatriques ont reçu une formation de l'Association québécoise de prévention du suicide (AQPS) afin d'actualiser leurs compétences et de soutenir leur travail en équipe interdisciplinaire. Un plan d'action a été élaboré pour le déploiement de la formation en y intégrant diverses stratégies afin de favoriser la consolidation des connaissances. De plus, de nouveaux outils cliniques permettant d'assurer le suivi clinique et la sécurité des patients ont été développés au cours du projet.

Un audit réalisé en mai 2013 a démontré qu’une évaluation de la dangerosité suicidaire a été réalisée pour 80 % de la clientèle, et ce, dans les délais prescrits. Des patients interrogés ont déclaré que les infirmières sont accueillantes, à l'écoute, qu'elles posent les bonnes questions, qu'elles favorisent l'expression des émotions et qu'elles offrent des pistes de solution. Lorsqu'ils se sentaient déprimés ou fragiles, les infirmières le remarquaient immédiatement et leur offraient du soutien en discutant avec eux.

Prix Innovation clinique 2014
De gauche à droite : Lucie Tremblay, présidente de l'OIIQ, Évelyne Campeau, Johanne Roy, Jessica Rassy, Cécile Michaud, Louise Gagné, et Manon Couture, secrétaire du Conseil de section de l'ORIIM