Récipiendaires 1998

Grand prix

Montréal/Laval

Métamorphose : un nouveau visage de la santé mentale

C'est un service de liaison communautaire qui a été instauré à l'Hôpital général de Montréal pour dispenser des soins complets, assidus et individualisés aux personnes délaissées par la communauté et qui sont atteintes d'une maladie mentale grave et persistante. Prodiguer des soins psychiatriques à domicile, voilà en quoi consiste l'originalité de ce service! Grâce à l'initiative des infirmières, ces malades, souvent sans abri et abandonnés à eux-mêmes, reçoivent des soins psychiatriques dans leur milieu de vie ce qui leur permet de retrouver leur autonomie, de s'occuper de leur santé et ainsi bénéficier d'une meilleure qualité de vie.

Responsables du projet : Jill Cady, Shelley Cerri, Louise Dobrofsky et Jacinthe Millette

Récipiendaires régionaux

Abitibi–Témiscamingue

Le deuil périnatal, un guide d’accompagnement à l’usage du personnel infirmier de l’unité des soins aux nouveaux-nés, aux enfants et à la femme (USNEF)

Le guide, qui a été élaboré à l'intention du personnel infirmier du Centre hospitalier Rouyn-Noranda, est facile à utiliser et s’avère un outil de formation efficace et peu coûteux. Il comprend différents éléments dont : un coffret-souvenir pour les parents, un indicateur de deuil, un plan d’enseignement, un guide pour la rédaction des notes d’observation et divers dépliants d’information. Ce guide a permis aux familles vivant un deuil périnatal de recevoir un soutien rapide et d'être mieux comprises.

Responsable du projet : Danielle Gélinas

Bas-Saint-Laurent/Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Le dépistage de la violence conjugale à l'urgence : un pas vers l'autonomie

C'est un programme de formation destiné aux infirmières de l'urgence sur le dépistage de la violence conjugale. Elles y apprennent leurs droits et leur rôle dans un contexte de violence, elles font l'acquisition de nouvelles techniques d'entrevue et élaborent des plans de protection en fonction des décisions des victimes. Au terme de cette formation, les infirmières peuvent déceler rapidement les signes de violence conjugale, diriger la victime vers les ressources appropriées et lui accorder tout le soutien nécessaire.

Responsables du projet : Denise Côté et Marjolaine Roy

Chaudière-Appalaches

Thérapie des thrombophlébites profondes avec héparine de bas poids moléculaire

Le programme de thérapie des thrombophlébites profondes a été mis sur pied à l'Hôtel-Dieu-de-Lévis, en collaboration avec une équipe multidisciplinaire. Des outils de travail ont été développés afin d’informer l'usager sur les soins concernant sa maladie, de lui enseigner la technique d'injection de l'héparine sous-cutanée et de l’aider à comprendre l'action et les effets secondaires de la médication prescrite. Des liens ont été développés avec les infirmières des CLSC afin d'assurer un encadrement sécuritaire ainsi qu'un soutien et un suivi étroit auprès de l'usager et de sa famille. Grâce à cette initiative infirmière, ces patients peuvent éviter l'hospitalisation, retourner à la maison dans des conditions sécuritaires et s'auto-administrer leur médicament, ce qui leur permet de bénéficier d'une meilleure qualité de vie. Dans un contexte de compressions budgétaires, ce programme a également contribué à une réduction importante du nombre de jours d'hospitalisation de cette clientèle.

Responsables du projet : Denise Lespérance et Claire G.-Arbelot

Côte-Nord

Le planificateur visuel de suivis cliniques

Le planificateur visuel de suivis cliniques a été implanté en 1997 au dispensaire de La Romaine, Basse Côte-Nord. En un coup d'œil, ce système permet aux infirmières de visualiser les suivis infirmiers passés, présents et futurs du patient ainsi que l'échéancier à respecter. Depuis son implantation, toutes les informations concernant les patients sont centralisées dans un fichier unique, ce qui permet une meilleure planification à court et à long terme. Il a permis aux infirmières de diminuer le nombre de malades chroniques en situation d'urgence grâce à un meilleur suivi clinique des patients et à des interventions axées sur la prévention.

Responsables du projet : France Martel et Liliane Bernier

Estrie

Les plans de soins guides en gériatrie : un outil efficient centré sur le résident

C'est une équipe d'infirmières de l'Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke qui a développé cet outil de soins composé de 139 plans de soins guides. Ces plans traitent des principaux problèmes de soins infirmiers rencontrés chez les différentes clientèles gériatriques. On y retrouve, par exemple, l'incapacité partielle de s'alimenter, le trouble de la mémoire, l'altération de la dynamique de la famille et l'anxiété grave. Ces plans de soins guides sont également informatisés, ce qui permettra éventuellement aux infirmières de la province d'avoir accès à cette première banque de connaissances, au Québec et au Canada, en soins infirmiers gériatriques. Les plans de soins guides permettent aux infirmières de personnaliser les soins à donner aux personnes âgées en tenant compte de la nouvelle réalité clinique.

Responsables du projet : Monique Bourque et Joanne Guilbeault

Laurentides/Lanaudière

Club des p'tites mères-veille

Les infirmières du Club des p'tites mères-veille organisent des rencontres au CLSC Le Méandre avec un groupe de quinze parents accompagnés de leur nourrisson. Ces réunions, d'une durée d'une heure trente, ont lieu une fois par semaine pendant huit semaines. Les infirmières abordent, à chacune des rencontres, un nouveau thème : l'examen psychomoteur, les réflexes, la stimulation sensorielle, la stimulation langagière, la stimulation tonico-musculaire, les tempéraments des bébés et les bienfaits du massage corporel. Ces ateliers visent à améliorer la qualité des relations parent-enfant en permettant au parent d'expérimenter différentes façons de stimuler son enfant, tout en s'amusant. Ce programme contribue au développement optimal de l'enfant et aide à prévenir et à dépister des retards de développement en responsabilisant les parents sur leur rôle dans le développement psychomoteur de leur nouveau-né.

Responsables du projet : Carole Arseneault et Danielle Dion

Mauricie–Bois-Francs

Clinique mobile MTS-SIDA, l'infirmière de rue

La clinique mobile MTS-SIDA est un projet qui a été mis sur pied pendant une période de 12 semaines dans le but de prévenir le SIDA et autres MTS chez les jeunes. Une infirmière de rue a rencontré au cours de ce projet un total de 108 jeunes âgés de 13 à 33 ans, dont la moyenne d'âge se situait entre 15 et 19 ans. Elle les a informés sur la prévention des MTS, la contraception et sur les moyens de conserver leur santé sexuelle; elle en a vacciné 22 contre l'hépatite B et a fourni à 25 d'entre eux du matériel tels condoms, seringues et dépliants informatifs; elle a organisé une clinique de dépistage MTS-SIDA; finalement, elle a écouté, soutenu et conseillé les jeunes qui le désiraient. L'évaluation du projet s'est révélée très positive et les jeunes ont exprimé leur satisfaction et souhaité son retour. L'intervention de l’infirmière de rue transportant sa clinique dans un sac à dos directement dans le milieu où se tiennent les jeunes les a incités à développer des réflexes d'auto-responsabilité quant à l'adoption de comportements sexuels sécuritaires et préventifs.

Responsables du projet : Chantal Brochu et Hélène Hinse

Montérégie

Suivi systématique de clientèles : accident vasculaire cérébral d'origine thrombo-embolique

Le suivi systématique de la clientèle victime d'AVC d'origine thrombo-embolique est un projet qui a été initié, coordonné et implanté par la direction des soins infirmiers du Centre hospitalier Angrignon en 1996. Un des objectifs de ce programme est de maintenir en autant que possible le patient dans son milieu de vie naturelle en diminuant la durée de l'hospitalisation à la phase aiguë de la maladie et en accordant une priorité à l'enseignement au patient. Ainsi les congés sont planifiés de façon hâtive et un système de liaison et de référence est mis en place. Il permet de diminuer considérablement la durée de l'hospitalisation du patient victime d'un accident vasculaire cérébral (AVC) tout en l'assurant d'un suivi constant à domicile. En plus de susciter la satisfaction du patient, ce programme a aussi favorisé une utilisation optimale des lits en courte durée et ainsi augmenté l'accessibilité aux services chirurgicaux.

Responsables du projet : Nicole Cyr, Gisèle Dupuis et Sylvie Poissant

Montréal/Laval

Métamorphose : un nouveau visage de la santé mentale

C'est un service de liaison communautaire qui a été instauré à l'Hôpital général de Montréal pour dispenser des soins complets, assidus et individualisés aux personnes délaissées par la communauté et qui sont atteintes d'une maladie mentale grave et persistante. Prodiguer des soins psychiatriques à domicile, voilà en quoi consiste l'originalité de ce service! Grâce à l'initiative des infirmières, ces malades, souvent sans abri et abandonnés à eux-mêmes, reçoivent des soins psychiatriques dans leur milieu de vie ce qui leur permet de retrouver leur autonomie, de s'occuper de leur santé et ainsi bénéficier d'une meilleure qualité de vie.

Responsables du projet : Jill Cady, Shelley Cerri, Louise Dobrofsky et Jacinthe Millette

Québec

Épisode de soins : Endocholécystectomie en chirurgie d'un jour avec suivi infirmier à domicile

Ce programme de suivi à domicile a été conçu par trois infirmières de liaison du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec. Il permet aux patients, qui subissent une endocholécystectomie en chirurgie d'un jour, de retourner à la maison en toute quiétude et de façon très sécuritaire grâce à la continuité des soins assurés par le personnel infirmier à domicile. En effet, le patient recevra deux visites de l'infirmière du CLSC et sera inscrit au service de garde 24 h/7 jours. Ainsi, en tout temps une infirmière pourra répondre à ses inquiétudes, lui prodiguer des soins à la maison ou entrer en communication avec le chirurgien, s'il y a lieu. De plus, le centre hospitalier réussit à diminuer ses coûts d'hospitalisation de 251 $ par chirurgie depuis l'instauration de ce programme.

Responsable du projet : Diane Chrétien, Francine Koënig-Villeneuve et Nicole Leblond

Saguenay–Lac-Saint-Jean/Nord-du-Québec

Maison de convalescence Le Versant

La maison de convalescence Le Versant a été fondée à Chicoutimi par cinq infirmières qui avaient le goût de relever un nouveau défi. Elles ont réalisé, qu'avec le virage ambulatoire, les patients quittaient le centre hospitalier beaucoup plus rapidement qu'auparavant et qu'ils n'étaient pas toujours en mesure de recevoir les soins requis par leur état à domicile. En mettant sur pied Le Versant, ces infirmières voulaient prodiguer à ces personnes des soins de qualité dans un environnement propice à leur guérison. Il permet à des patients, qui ont reçu leur congé du centre hospitalier, de continuer à recevoir des soins personnalisés et de qualité dans une atmosphère et un milieu propre au repos et à la quiétude. Ce service complémentaire peut également éviter un retour à l'hôpital, ce qui contribue à la réduction des coûts reliés à une réhospitalisation.

Responsables du projet : Marthe Dufort, Denise Lévesque, Annie Lavoie, Denyse Arseneault et Isabelle de Chantal