Récipiendaires 2001

Grand prix

Montréal/Laval

Programme d'administration continue de chimiothérapie à domicile

 

À l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, deux infirmières, Sylvie Bélanger et Nicole Ladouceur, et une pharmacienne, Suzanne Frenette, ont mis sur pied un projet interdisciplinaire. Il s'agit d'une approche novatrice de soins à l'intention des patients atteints d'un cancer colorectal métastatique. Au lieu d'être hospitalisés tous les 15 jours pour recevoir leur traitement de chimiothérapie pendant trois jours, les patients se rendent maintenant à la clinique externe, où l'infirmière installe une perfusion, et ils retournent à la maison. Si un patient est inquiet ou éprouve des problèmes de santé, il peut joindre l'infirmière en tout temps. Cette façon de faire améliore grandement la qualité de vie de ces patients, car l'objectif des soins à ce stade de la maladie est de nature palliative. Les 45 personnes ayant bénéficié de ce traitement de mars à décembre 2000 se sont dites très satisfaites. Le programme a aussi permis d'éviter 897 jours d'hospitalisation et les coûts de plusieurs centaines d'heures en soins infirmiers.

Responsables du projet : Sylvie Bélanger, Nicole Ladouceur et Suzanne Frenette

Récipiendaires régionaux

Abitibi–Témiscamingue

Clinique Clini-Cœur

Lise Dubé a dirigé la mise sur pied d'une clinique spécialisée dans le suivi des patients atteints d'une maladie cardiaque, telle l'angine ou l'infarctus du myocarde. Elle est située au Centre hospitalier Rouyn-Noranda, et certains services sont également fournis par le CLSC Le Partage des Eaux. Ainsi, les patients ont accès à des spécialistes – infirmières, médecins, pharmaciens, conseillers en activité physique et nutritionnistes – qui connaissent leur situation de santé. Avant l'ouverture de Clini-Cœur, en 1998, les patients recevaient un bref enseignement, retournaient chez eux souvent inquiets et plusieurs revenaient à l'urgence pour une consultation. Les 340 patients qui ont fréquenté la clinique depuis ses débuts se sont dits très satisfaits du suivi personnalisé qui leur a été offert et ont noté des effets positifs sur leur état de santé.

Responsable du projet : Lise Dubé

Bas-Saint-Laurent/Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Lafibromyalgie : l'art d'une prise en charge personnelle avec un suivi systématique

Infirmière en pratique privée ayant elle-même vécu la plupart des symptômes de la fibromyalgie, Huguette Auclair a conçu un programme de soins qui prévient et réduit les complications de cette maladie chez les personnes atteintes. Ce programme vise à agir sur leur mode de vie, entre autres, en les incitant à modifier leurs habitudes alimentaires, à suivre un programme d'exercices pour limiter la perte de mobilité, et à apprendre à se détendre. Les 58 personnes qui ont été suivies par cette infirmière ont vu leur état s'améliorer d'environ 90 % dans une période de trois à six mois. Mme Auclair est aussi l'auteure du livre qui est distribué en Amérique du Nord et en Europe.

Responsable du projet : Huguette Auclair

Côte-Nord

La trousse de départ

Nathalie Tremblay, du Centre hospitalier régional de Sept-Îles, a conçu cette trousse à l'intention des nouvelles mamans. Depuis la réorganisation des services de santé, les femmes qui accouchent sans complications obtiennent leur congé 36 à 48 heures seulement après leur admission à l'hôpital, ce qui laisse peu de temps à l'infirmière pour leur dispenser l'enseignement nécessaire à leur prise en charge et à celle du bébé. Les mères ont donc tendance à téléphoner à l'hôpital et au CLSC pour obtenir des conseils et de l'information. La trousse comprend 28 fiches simples et faciles à utiliser : 17 concernent la mère et 11, le bébé. Ces fiches abordent des sujets variés, tels que le sommeil de bébé, dodo sur le dos, les écoulements sanguins pouvant survenir après l'accouchement, etc. La trousse, disponible en français et en anglais, sera bientôt traduite en montagnais.

Responsable du projet : Nathalie Tremblay

Estrie

Nouvelle approche familiale en maternité, nouveau rôle de l'infirmière

Louise Ellis, Manon Lachapelle et Francine Royer, du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke, ont réussi à fusionner les salles d'accouchement, les unités postpartum et les pouponnières de deux hôpitaux et à y implanter une approche de soins intégrés à la famille selon le concept de chambre unique. Concrètement, la mère reçoit tous les soins, de l'accouchement jusqu'à son départ, dans une chambre aménagée de façon à constituer un milieu le plus naturel possible tout en répondant aux normes de sécurité. Comme le nouveau-né cohabite avec la mère, elle peut demander l'aide de l'infirmière si elle a besoin d'un répit. Cette approche personnalisée a fait ses preuves : le taux de satisfaction des familles à l'égard des soins reçus a été le plus élevé des cinq dernières années.

Responsables du projet : Louise Ellis, Manon Lachapelle et Francine Royer

Laurentides/Lanaudière

Aspect légal à l'urgence

Jacinthe Gauthier et Sylvie Coutu, du Centre hospitalier régional de Lanaudière, ont voulu répondre aux questions que les infirmières de l'urgence se posent lorsqu'elles font face à des situations délicates, entre autres, des accidents de la route mettant en cause des personnes en état d'ébriété, ou encore, des cas d'agressions sexuelles, d'enfants maltraités ou de femmes battues. Elles ont conçu un document de référence à l'intention des infirmières, qui traite de sujets tels que le secret professionnel, la confidentialité, le consentement, La loi sur les coroners, etc. Elles leur ont aussi donné de la formation sur les droits des patients, l'inscription de notes au dossier et le respect de diverses obligations légales. Enfin, elles ont élaboré une note d'observation type pour uniformiser la procédure à suivre lorsqu'un policier demande un prélèvement sanguin pour alcoolémie.

Responsables du projet : Jacinthe Gauthier et Sylvie Coutu

Mauricie/Centre-du-Québec

Programme d'enseignement réservé exclusivement aux femmes cardiaques ou à risque de l'être

Danielle Dicaire Noël et Christine Emond, du Carrefour de santé et de services sociaux de la Saint-Maurice, ont élaboré ce programme. Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès chez les femmes, mais seulement 10 % de celles qui en sont atteintes participent à un programme de réadaptation, car le contenu est peu adapté à leurs besoins. Mmes Dicaire Noël et Emond ont donc construit un plan d'enseignement à l'intention des femmes âgées de 40 ans et plus, qui aborde des thèmes tels le retour à la maison, la reprise des activités domestiques, le retour au travail, les transformations dans les relations avec le conjoint et les enfants, la ménopause et l'hormonothérapie. Grâce à cette initiative, le taux d'inscription des femmes au programme de réadaptation est passé de 35 % à 83 %, et leur présence aux cours a augmenté de 30 %.

Responsables du projet : Danielle Dicaire Noël et Christine Emond

Montérégie

Clinique communautaire en soins de pieds à l'Accueil Bonneau

Un samedi matin par mois, Louiselle Bouffard, Fernande Hébert et Gaétane Perron se joignent à une équipe de cinq à sept infirmières bénévoles pour donner des soins de pieds et des conseils de santé aux itinérants de l'Accueil Bonneau. Ce service est unique au Canada, voire en Amérique du Nord. Certains itinérants marchent jusqu'à 40 kilomètres par jour. Les infirmières traitent des problèmes aussi variés que les engelures, les crevasses, les ampoules, les cors et les callosités. Un traitement peut durer jusqu'à deux heures. Les personnes souffrant d'autres problèmes de santé sont dirigées ailleurs. Il a fallu que les infirmières aient beaucoup de tact pour convaincre cette clientèle farouche de se laisser soigner, mais les efforts ont porté leurs fruits : une soixantaine d'itinérants fréquentent maintenant la clinique de façon assidue.

Responsables du projet : Louiselle Bouffard, Fernande Hébert et Gaétane Perron

Montréal/Laval

Programme d'administration continue de chimiothérapie à domicile

À l'Hôpital Maisonneuve-Rosemont, deux infirmières, Sylvie Bélanger et Nicole Ladouceur, et une pharmacienne, Suzanne Frenette, ont mis sur pied un projet interdisciplinaire. Il s'agit d'une approche novatrice de soins à l'intention des patients atteints d'un cancer colorectal métastatique. Au lieu d'être hospitalisés tous les 15 jours pour recevoir leur traitement de chimiothérapie pendant trois jours, les patients se rendent maintenant à la clinique externe, où l'infirmière installe une perfusion, et ils retournent à la maison. Si un patient est inquiet ou éprouve des problèmes de santé, il peut joindre l'infirmière en tout temps. Cette façon de faire améliore grandement la qualité de vie de ces patients, car l'objectif des soins à ce stade de la maladie est de nature palliative. Les 45 personnes ayant bénéficié de ce traitement de mars à décembre 2000 se sont dites très satisfaites. Le programme a aussi permis d'éviter 897 jours d'hospitalisation et les coûts de plusieurs centaines d'heures en soins infirmiers.

Responsables du projet : Sylvie Bélanger, Nicole Ladouceur et Suzanne Frenette

Outaouais

Programme de médiation, de formation et de suivi sur l'alimentation en CHSLD

Daniel Germain, Anne Marise Lavoie, Lisette Hay-Paquin et Monique Labrecque ont conçu un Programme de médiation, de formation et de suivi sur l'alimentation en CHSLD. Ils ont amélioré le processus alimentaire des résidants du CH-CHSLD de Papineau après avoir constaté qu'ils se plaignaient de la nourriture et que certains perdaient du poids. Des cuisines aux unités de soins, tous les intervenants travaillant de près ou de loin à l'alimentation des résidants, ont été invités à participer au programme. Ils ont notamment reçu de la formation sur les besoins des personnes âgées, et trois comités se sont penchés sur les problèmes de dysphagie, le choix des menus et la coordination des repas. En un an, la qualité de vie et l'état de santé des résidants se sont grandement améliorés : certains ont repris du poids, on a observé une diminution des problèmes d'étouffement à la déglutition, et le choix des aliments correspond davantage à leurs goûts et respecte leurs besoins particuliers (problèmes dentaires, intolérance alimentaire, difficulté à avaler, etc.).

Responsables du projet : Daniel Germain, Anne Marise Lavoie, Lisette Hay-Paquin et Monique Labrecque

Québec

Un service de dégrisement pour toxicomanes

Claire Beaudry et Maryse Bouffard, de la Maison de Lauberivière, ont contribué à mettre sur pied Un service de dégrisement pour toxicomanes. Unique en Amérique du Nord, ce service est ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Toute personne en état d'intoxication par l'alcool ou les drogues ou en état de crise psychosociale y a accès et peut se rétablir sous la surveillance d'infirmières. Ces dernières évaluent l'état de santé des personnes, amorcent un plan de traitement et dirigent la clientèle vers d'autres ressources, si nécessaire. Elles enseignent la prévention de l'hépatite, du sida, etc., et offrent la possibilité d'entreprendre une démarche pour modifier un comportement jugé dévastateur. En 2000, la maison a accueilli 1698 personnes, soit 56 % de plus que l'année précédente, et plus de la moitié d'entre elles se sont prévalues du soutien proposé pour résoudre leur problème. Le service de dégrisement a aussi permis de réduire de 1283 à 798 le nombre d'arrestations dues à l'ivresse.

Responsables du projet : Claire Beaudry et Maryse Bouffard

Saguenay–Lac-Saint-Jean/Nord-du-Québec

Aller au bar … et se faire vacciner … pourquoi pas!

Lucie Bellefeuille, du CLSC du Grand Chicoutimi, en collaboration avec une équipe d'infirmières et des intervenants de la Direction de la santé publique, du groupe Le Miens et du Groupe de recherche en intervention sociale, a organisé une vaste campagne de vaccination contre l'hépatite A et l'hépatite B auprès de la clientèle homosexuelle. Entre mai 1998 et juin 2000, les infirmières ont tenu 21 cliniques de vaccination dans les bars et rejoint 179 personnes, soit 72 % de la clientèle visée. Elles ont administré 418 doses de vaccins, et 46,4 % des personnes ont reçu les deux vaccins. Un projet qui prouve qu'il est possible de sortir des sentiers battus et d'améliorer l'efficacité des interventions infirmières en se rendant là où les besoins se font sentir.

Responsable du projet : Lucie Bellefeuille

Dernière mise à jour : 22/01/02