Récipiendaires 2005

Grand prix

Estrie

Un programme d'hémodialyse à domicile unique au Canada

Nathalie Sheehan, B.Sc.Inf., infirmière responsable du programme, Sandra Lemay, M.Sc.Inf., infirmière chef du secteur de la suppléance rénale, et Martine Proulx, M.Sc.Inf., conseillère clinicienne, secteur médecine spécialisée, du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), ont mis sur pied un programme d'hémodialyse nocturne à domicile. Ce programme répond à une croissance de 10 % par année des patients souffrant d'insuffisance rénale chronique et ce, dans un contexte de pénurie de ressources spécialisées. Le nouveau programme vise l'autonomie complète du patient, qui effectue lui-même le traitement à son domicile, durant la nuit, en jour alterne, sans monitorage ni assistance. Ainsi, les patients ont plus de temps libres puisqu'ils ne doivent plus se déplacer trois fois par semaine, prennent moins de médicaments et 75 % d'entre eux n'ont plus de restrictions diététiques. Le projet a aussi permis de limiter les coûts du traitement.

Nathalie Sheehan, B.Sc.Inf., infirmière responsable du programme;
Sandra Lemay, M.Sc.Inf., infirmière chef du secteur de la suppléance rénale;
Martine Proulx, M.Sc.Inf., conseillère clinicienne, secteur médecine spécialisée, du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS).

Récipiendaires régionaux

Abitibi-Témiscamingue

Un programme de suivi intégré du diabète

Au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Témiscaming-et-de-Kipawa, Louise Rockburn, infirmière, Guylaine Brien, nutritionniste, et le Dr Vydas Gurekas, médecin, ont trouvé une solution au contrôle inadéquat du diabète chez leur clientèle, soit un programme de suivi intégré. Dans le cadre de ce programme, une infirmière détermine avec le client le plan thérapeutique et la nécessité d'impliquer d'autres professionnels, comme la nutritionniste, dans son suivi. En plus d'un soutien à long terme, ce programme leur procure des examens réguliers, ainsi que de l'information afin qu'ils puissent prendre en charge leur santé. Les résultats jusqu'ici sont probants : alors que la santé de 30 % de la clientèle diabétique était compromise en 2003, ce pourcentage n'atteignait plus que 8 % en 2004. De plus, 61 % de la clientèle diabétique avait un contrôle optimal du diabète en 2004, comparativement à 48,6 % l'année précédente.

Bas-Saint-Laurent/Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Pour une meilleure gestion des épisodes de soins à domicile

L'équipe du Réseau de la santé de La Matapédia a mis sur pied un ensemble d'outils qui visent à améliorer les soins infirmiers à domicile intégrés dans le cadre d'un suivi systématique de la clientèle. Ces outils aident les infirmières et les gestionnaires dans la gestion des épisodes de soins à domicile, à s'assurer que le client a la capacité de gérer lui-même ses symptômes, à mesurer les écarts dans l'efficacité du système et ainsi apporter les correctifs requis. Les deux conceptrices du projet sont Cathy Bérubé, responsable des services de soutien à domicile, qui a conceptualisé l'organisation du travail, planifié et implanté la structure permettant l'implantation du projet, et Nicole Lepage, infirmière en support clinique, qui a développé les outils, supporté les infirmières dans l'implantation et le suivi continu du projet. Ce projet favorise notamment la responsabilisation de la clientèle face à sa santé. Jusqu'ici, il a contribué à diminuer le nombre de consultations à l'urgence et à réduire de 50 % le nombre d'hospitalisations des clients. Ceux-ci se disent satisfaits d'être impliqués activement dans leur plan de soins et les infirmières se sentent plus valorisées. Ce projet a amélioré la planification des ressources infirmières, un impact important si l'on considère le contexte de pénurie de la main-d'œuvre.

Chaudière-Appalaches

Un outil d'information interactif pour les voyageurs

Pour faire face à une demande accrue de services en matière de santé voyage, les infirmières Chantal Lavoie-Dumont, Joanne Eymard et Carole Vien, avec la collaboration de trois médecins du Centre de santé et des services sociaux (CSSS) du Grand Littoral, à Saint-Romuald, ont préparé un outil audiovisuel interactif intitulé La consultation pré-voyage, un must! ©. Il permet de présenter les mesures de prévention universelles à des groupes de voyageurs plutôt qu'individuellement, ce qui constitue une importante économie de temps. On y retrouve également des liens hypertextes afin de compléter l'information sur des sujets particuliers. Avec cet outil, l'équipe a pu assumer une augmentation de 40 % de la clientèle au cours de l'année 2004 et ce, avec un ajout de personnel de seulement 0,2 ETC (équivalent temps complet). La qualité de l'information et sa rétention s'en est aussi trouvée accrue.

Côte-Nord

Des soins de qualité à domicile plutôt qu'à l'hôpital pour les femmes qui présentent une grossesse à risque

Dolores Roy, infirmière responsable de la clinique GARE au Centre de santé et des services sociaux de Sept-Îles, a mis sur pied un projet de suivi à domicile pour les femmes présentant une grossesse à risque élevé. Les patientes bénéficient ainsi d'un suivi régulier et de soins de qualité tout en réduisant le plus possible leurs déplacements. L'infirmière, qui a une expertise en obstétrique, maîtrise l'interprétation des tracés du monitoring fœtal, effectue les examens du col utérin de la cliente, offre l'enseignement spécifique relié aux grossesses à risque élevé et peut prendre en charge une urgence obstétricale. Ce service est fondé sur une collaboration étroite entre les obstétriciens, les médecins et les infirmières. En plus d'être pratique et rassurant pour les patientes, il a mené à une réduction de 310 jours d'hospitalisation au Centre hospitalier régional de Sept-Îles pour l'année 2003-2004, soit une économie de 124 000 $ en frais d'hospitalisation.

Estrie

Un programme d'hémodialyse à domicile unique au Canada

Nathalie Sheehan, B.Sc.Inf., infirmière responsable du programme, Sandra Lemay, M.Sc.Inf., infirmière chef du secteur de la suppléance rénale, et Martine Proulx, M.Sc.Inf., conseillère clinicienne, secteur médecine spécialisée, du Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke (CHUS), ont mis sur pied un programme d'hémodialyse nocturne à domicile. Ce programme répond à une croissance de 10 % par année des patients souffrant d'insuffisance rénale chronique et ce, dans un contexte de pénurie de ressources spécialisées. Le nouveau programme vise l'autonomie complète du patient, qui effectue lui-même le traitement à son domicile, durant la nuit, en jour alterne, sans monitorage ni assistance. Ainsi, les patients ont plus de temps libres puisqu'ils ne doivent plus se déplacer trois fois par semaine, prennent moins de médicaments et 75 % d'entre eux n'ont plus de restrictions diététiques. Le projet a aussi permis de limiter les coûts du traitement.

Laurentides/Lanaudière

La toute première certification « Amis des bébés dans la communauté » en Amérique

Diane Choquet, infirmière bachelière, et Monique Thérien, chef de service, Enfance, famille, jeunesse/adulte, au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) d'Argenteuil, ont élaboré une approche hors pair en matière de promotion et de soutien à l'allaitement. Grâce à cette approche, le CSSS devenait la première organisation en Amérique à recevoir la désignation internationale « Amis des bébés dans la communauté ». Il s'agit là d'un gage d'excellence à l'égard des pratiques et du soutien apporté aux mères et à leur bébé face à l'allaitement maternel. Entre autres, cette approche a contribué à faire augmenter le taux d'allaitement dans la MRC d'Argenteuil, qui était de 54 % en 1998 comparativement à 77 % en 2004. En outre, environ 35 mères fréquentent maintenant les deux haltes-allaitement du CSSS sur une base hebdomadaire, comparativement à 3 femmes en 1998. 

Mauricie/Centre-du-Québec

Des services intégrés pour les jeunes présentant des troubles de comportement ou d'apprentissage

De concert avec plusieurs partenaires, Louise Blais et Serge Belisle, infirmiers, ont mis sur pied un projet de suivi systématique pour les jeunes présentant un trouble d'hyperactivité et-ou de déficit d'attention (THADA) ou encore un trouble de comportement ou d'apprentissage, améliorant considérablement les services qui sont offerts à ces enfants et à leur famille. La clé de ce suivi est la concertation afin de faire appel au bon intervenant, au bon moment, et ce à toutes les étapes de la démarche, incluant le dépistage, le diagnostic, l'évaluation, l'intervention et le traitement. Il inclut les partenaires de la commission scolaire, des CLSC et des cabinets de médecins pour la première ligne, ainsi que les équipes spécialisées de pédopsychiatrie et des centres jeunesse en deuxième ligne. Ce projet a permis de mieux orienter les demandes de services et ainsi d'intervenir plus rapidement auprès des jeunes. 

Montérégie

Des pratiques exemplaires lors des interruptions volontaires de la grossesse

Le projet de Julie Faucher, infirmière bachelière, Sylvie Limoges, conseillère en soins spécialisés, Lyne Tremblay, coordonnatrice des services ambulatoires, et Cécile Michaud, professeure à l'Université de Sherbrooke, chercheure, de la Clinique de planification familiale de l'Hôpital Charles Lemoyne, visait à résoudre certaines difficultés reliées à la pénurie d'effectifs médicaux pour les femmes ayant à subir une interruption volontaire de la grossesse. Ainsi, plutôt que de proposer à la patiente d'être vue par un médecin dans une clinique privée, elles ont eu l'idée, entre autres, d'augmenter la contribution de l'infirmière au chapitre de l'examen physique. Ce projet a mené à une amélioration de l'accessibilité, de la disponibilité et de la continuité des services, mais également à l'adoption de pratiques exemplaires en matière de soins centrés sur les besoins des patientes et de soulagement de la douleur. Le projet a enregistré un taux de satisfaction très élevé auprès des patientes. 

Montréal/Laval

Rehaussement de l'accessibilité et de la qualité des soins à partir d'un modèle d'évaluation : un changement initié et réalisé par les infirmières

Compte tenu de l'augmentation de la clientèle vieillissante et aussi en raison du virage ambulatoire entraînant un changement dans la dispensation des soins à domicile, une équipe du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) La Petite Patrie et Villeray a implanté une nouvelle approche qui facilite l'organisation du travail en matière de soins à domicile. Francine Giguère, infirmière assistante au supérieur immédiat au Soutien à domicile, avec la collaboration de Christine Thibault et Céline Lauzon, infirmières bachelières, Soutien à domicile, a proposé une approche basée sur des critères qualitatifs et quantitatifs. L'approche permet non seulement de définir la lourdeur réelle des cas et d'assigner les ressources en fonction des compétences requises, mais aussi d'atteindre un meilleur équilibre dans la répartition des dossiers, tout en assurant aux infirmières une diversité des tâches. Ce projet a augmenté l'efficacité de leur travail et a mené à une meilleure qualité de l'intervention auprès des clients. En outre, les soins infirmiers du programme Soutien à domicile du CSSS admettent chaque semaine, en moyenne, 20 nouveaux clients qui peuvent être visités sans délai, sans que le Centre doive recourir à des ressources supplémentaires.

Outaouais

Un coup de main aux familles en détresse

Hélène Bisson, infirmière bachelière au Centre de santé et de services sociaux de Gatineau, a contribué à mettre sur pied le groupe Familles en envol, destiné à venir en aide aux parents en grande détresse sociale. Jusque-là, les familles recevaient des services fragmentés de divers organismes publics et communautaires, une approche souvent aussi inefficace que coûteuse. Familles en envol mise plutôt sur un partenariat entre ces organismes, par le biais d'une équipe multidisciplinaire. L'infirmière est souvent le premier contact auprès des familles. Elle développe un lien significatif avec elles et facilite le contact avec les autres intervenants. Chaque famille peut ainsi atteindre un objectif qu'elle a identifié comme étant prioritaire. Lors d'une évaluation du projet menée par l'Université du Québec en Outaouais, 100 % des participants disent avoir amélioré leurs relations avec leur entourage et 63 % disent avoir changé leur relation avec leurs enfants. Ce projet permet donc aux familles participantes de sortir de leur isolement et de devenir de meilleurs parents, tout en favorisant une amélioration de leur qualité de vie. 

Québec

Intégrer la recherche à la pratique infirmière

Johanne Gagnon, infirmière, Ph.D., et professeure adjointe à la Faculté des sciences infirmières de l'Université Laval, a fondé en 2004 le Bureau de transfert et d'échange de connaissances (BTEC), un moyen novateur d'intégrer les connaissances scientifiques de pointe à la pratique infirmière actuelle. Françoise Côté, infirmière Ph.D., et professeure adjointe à la Faculté des sciences infirmières de l'Université Laval est co-directrice du BTEC. Le BTEC sert d'intermédiaire entre les milieux de pratique et les milieux universitaire et de recherche, répondant à un besoin d'échanges maintes fois exprimés. Par exemple, si une infirmière connaît une situation problématique, le BTEC peut amorcer une série d'échanges avec le milieu de pratique, puis proposer des recommandations basées sur une revue exhaustive et une analyse critique de la littérature. Toutefois, si l'interrogation ne trouve pas d'écho dans la documentation scientifique, le BTEC communique avec les milieux de recherche. Le Bureau fournit ainsi aux chercheurs des questions de recherche prioritaires qui sont peu traitées dans la littérature scientifique. En plus de contribuer à améliorer la qualité des soins et services de santé, le Bureau favorise ainsi la mise à jour des connaissances et compétences des infirmières, ainsi que la formation d'une relève infirmière axée sur le transfert des connaissances.

Saguenay–Lac-Saint-Jean/Nord-du-Québec

L'outil d'évaluation multiclientèle au cœur du suivi systématique au CHSLD

À la suite de l'intégration des centres d'accueil du territoire Domaine-du-Roy à la mission du CHSLD de l'Hôtel-Dieu de Roberval, des lacunes étaient observées dans l'évaluation du profil des résidents. Pierrette Jolicoeur, conseillère à la direction des soins infirmiers, CSSS Domaine-du-Roy, Caroline Fournier, infirmière chef, Résidence Jeanne-Mance, Doris Garceau, infirmière chef, Résidence du Bon Temps, Marjolaine Côté, infirmière chef, Résidence de la Paix, André Tardif, infirmier chef, Résidence du Lac Bouchette, et Denise Bouchard, infirmière bachelière en psychogériatrie, ont donc développé, adapté, uniformisé et harmonisé les outils de travail à partir de l'Outil d'évaluation multiclientèle. Désormais, le suivi de la qualité des soins est observable et le portrait du résident, clair et net. Les professionnels peuvent aussi reconnaître plus facilement les besoins changeants de chaque résident et mieux planifier les soins qui lui sont destinés. Les 154 résidents ont maintenant chacun un profil évolutif d'autonomie fonctionnelle, un tableau de soins, des notes évolutives trimestrielles à leur dossier, un plan d'intervention interdisciplinaire et un plan d'intervention comportementale, au besoin.