Récipiendaires 2008

Grand prix

Montérégie

Développement et implantation d'un outil informatisé de planification et de suivi de la clientèle d'oncologie et des soins palliatifs à domicile

Considérant l'augmentation constante du nombre de personnes atteintes de cancer et qui requièrent des soins à domicile, Denise Bergevin, Céline De Blois, Dominique Béland et Karine Lemoine, du CSSS Haut-Richelieu – Rouville et du CLSC de la Vallée-des-Forts ont développé et implanté un outil informatisé pour mieux planifier et dispenser les soins à cette clientèle. Le progiciel, intégré à une tablette PC, comprend toutes les fonctions nécessaires à la saisie, à l'entreposage et à la diffusion de l'information en temps réel ou différé. Il permet d'obtenir une vue d'ensemble du profil de chaque client, de ses besoins et des interventions prioritaires, en plus de produire des rapports de gestion. Cet outil convivial a eu notamment un impact positif sur le temps et la qualité des soins alloués aux patients. À la lumière de nombreuses données compilées, il est démontré qu'avec l'utilisation de ce progiciel, les infirmières consacrent désormais 57 % de leur temps aux soins directs aux clients comparativement à 43 % avant. Quant aux patients, ils se sentent plus en sécurité maintenant car ils sont à même d'apprécier la continuité des soins d'une infirmière à l'autre puisque les informations y sont inscrites et facilement accessibles

Récipiendaires régionaux

Vidéo des récipiendaires régionaux

Abitibi-Témiscamingue

Soutenir et accompagner les parents d'un enfant atteint de cancer et qui doit recevoir ses soins à l'extérieur de sa région

Difficile d'imaginer plus vive douleur que celle d'apprendre que son enfant est atteint du cancer et qu'en plus, il devra subir des traitements à l'extérieur de sa région. Afin de mieux soutenir les parents de ces enfants, l'infirmière Nathalie Lagrange, du Centre de santé et des services sociaux de Rouyn-Noranda, a mis à profit son expérience professionnelle et personnelle, ainsi que celle de ses collègues, pour élaborer un guide des ressources disponibles pour les parents d'un enfant atteint du cancer. Auparavant, tant les infirmières que les parents avaient du mal à trouver de telles informations sur les ressources. Le guide, lancé en 2007 et mis à jour régulièrement, contient des renseignements sur le cancer et les traitements, ainsi que sur l'aide morale et financière disponible, les centres de traitement, les organismes, associations et sites Internet en lien avec le cancer et bien d'autres. Résultat? Moins d'anxiété et moins de pertes de temps pour les parents, ce qui contribue à les rendre plus disponibles pour les soins à l'enfant et au reste de la famille et facilite la collaboration entre le personnel soignant, le petit patient et sa famille. Quatre organismes régionaux affiliés à Leucan ont déjà adapté le guide à leur région. Ce guide peut aussi servir à d'autres parents dont un enfant est malade et qui doit recevoir des soins à l'extérieur de sa région.

Bas-Saint-Laurent/Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine

Vers une organisation apprenante : mise en place d'un dispositif de transfert des connaissances, l'expérience des infirmières de la maternité du CSSSBC

Face au nombre important d'infirmières qui partent à leur retraite et à la pénurie de ressources, l'équipe de l'unité de maternité du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de la Baie-des-Chaleurs, coordonnée par Christine Arsenault, infirmière-chef, a mis sur pied un projet qui favorise le transfert des connaissances des infirmières d'expérience au profit de leurs jeunes collègues. Les infirmières expertes ont cartographié les connaissances cruciales à transmettre aux jeunes infirmières et les compétences requises dans les situations spécifiques aux soins de maternité pour en faire une  combinatoire de ressources variées. Le dispositif comprend en plus du suivi clinique d'une infirmière mentor, un aide-mémoire intégrant les trucs du métier des infirmières d'expérience et  un outil permettant un recul réflexif des d'expériences cliniques. Une vidéo présentant la pratique de soins infirmiers auprès d'une parturiente en travail et lors de l'accouchement  ainsi que la réflexion infirmière guidant chaque action complètent le dispositif. L'initiative a contribué à favoriser la rétention des recrues, à mobiliser leur désir d'apprendre, à réduire le nombre de situations de non-respect des procédures, à améliorer la prise en charge des patientes lors de situations complexes et à augmenter la satisfaction du personnel médical et infirmier. On note aussi une diminution de 14 % du recours aux heures supplémentaires depuis 2005. L'initiative fait maintenant l'objet de projets pilotes dans différents secteurs du CSSS.

Chaudière — Appalaches

Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d'urgence du CHAU Hôtel-Dieu-de-Lévis

Implantée au CHAU Hôtel-Dieu de Lévis, l'Unité de coordination clinique des services préhospitaliers d'urgence (UCCSPU) est un plateau clinique qui permet le soutien médical à distance des patients transportés par véhicule ambulancier de la région de Chaudière-Appalaches. L'infirmière clinicienne utilise le temps de transport des patients, dont l'état de santé est instable ou complexe, pour recueillir les informations transmises par le technicien ambulancier/paramédic et pour analyser les données télémétriques (ECG et bandes de rythme). Elle évalue la condition du patient conformément à l'échelle de triage et de gravité et contribue à l'élaboration d'un prédiagnostic. Elle réfère au médecin urgentologue pour établir le diagnostic d'infarctus aigu ou initier certains traitements. Un rapport est ensuite transmis au centre hospitalier qui reçoit le patient. Depuis son implantation, en juin 2006, l'équipe de six infirmières cliniciennes, sous la coordination de Denise Hébert, a suivi plus de 8 000 patients, interprété 37 000 ECG et bandes de rythme, identifié 181 infarctus aigus du myocarde avec surélévation du segment ST et procédé à 79 déviations vers un laboratoire d'hémodynamie pour une intervention coronarienne percutanée d'urgence.

Côte-Nord

Protocole du service intégré de dépistage et de prévention des ITSS du CSSS de Sept-Îles

Jacqueline Losier, infirmière clinicienne au Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Sept-Îles, a profité de l'avènement de la « loi 90 » pour élaborer un protocole de dépistage et de prévention des infections transmises sexuellement et par le sang (ITSS). Ce protocole innovateur inclut toutes les informations, procédures et modalités pertinentes à l'égard du fonctionnement efficace d'une clinique de dépistage, incluant le cadre organisationnel, la démarche clinique ainsi que les rôles et responsabilités des membres de l'équipe. Son utilisation assure la standardisation des pratiques cliniques et la continuité des soins aux clients, tout en permettant à ces derniers de recevoir des services de qualité et un enseignement adapté à leurs besoins. Les infirmières expriment aussi leur satisfaction d'exploiter pleinement leurs compétences dans un cadre basé sur des données probantes. Le protocole a aussi permis d'augmenter le nombre d'usagers sans entraîner un accroissement des ressources et de réduire le délai avant le début des traitements. Il a également contribué à réduire la propagation des infections au sein de la population. À ce jour, déjà quatre établissements du réseau de la santé ont choisi d'encadrer leur service SIDEP avec ce protocole pour le plus grand bien de leur clientèle. Dans le contexte où l'accessibilité des services médicaux est restreinte, le protocole SIDEP s'avère un outil indispensable qui permet la diminution des délais d'attente et de traitement pour les ITSS. L'autonomie et la disponibilité de l'infirmière permettent l'accès rapide des clientèles vulnérables diminuant les conséquences liées aux retards de traitement.

Estrie

Une équipe dédiée aux besoins spécifiques des personnes en situation d'itinérance à Sherbrooke

Avec ses collaborateurs, Marie-Claude Jacques, infirmière clinicienne, a contribué à mettre sur pied l'Équipe Itinérance du Centre de santé et de services sociaux – Institut universitaire de gériatrie de Sherbrooke (CSSS-IUGS), qui tend la main aux personnes itinérantes de la région. Mise sur pied en 2005, cette équipe comprend aussi un travailleur social, un organisateur communautaire et un médecin. Elle a pour objectifs de prévenir la dégradation et de favoriser l'amélioration des conditions de vie des personnes itinérantes, de soutenir les ressources de la communauté qui interviennent auprès d'elles et de soutenir le développement des capacités du milieu. L'approche de l'équipe est adaptée au mode de vie des personnes itinérantes. Les intervenants privilégient une approche communautaire, un suivi intensif dans le milieu, la réduction des méfaits et le développement local. Ainsi, l'équipe aide les personnes à trouver et à conserver un hébergement ou un logement, à mieux prendre en main leur santé, à avoir accès aux services dont elles ont besoin, à recréer des liens avec leur famille et à défendre leurs droits. En 2007, ses membres ont rencontré 246 personnes itinérantes.

Laurentides/Lanaudière

Prise en charge de la clientèle 0-5 ans – une nouvelle façon de faire au CSSS du Nord de Lanaudière

Pour contrer un grave problème d'accessibilité des soins et de prise en charge des enfants âgés de 5 ans et moins, une équipe du Centre de santé et des services sociaux du Nord de Lanaudière, sous la coordination de Lise Racette, adjointe au DSI et DAPSP, a mis sur pied un projet inédit au Québec en embauchant, dès 2005, des infirmières praticiennes en soins primaires formées en Ontario. Ce projet a permis de mieux appuyer les équipes de soins, de faire davantage de prévention et de dépistage, tout en traçant la voie à l'introduction des infirmières praticiennes spécialisées de première ligne au Québec. Le projet a été élaboré dans un cadre de hiérarchisation des soins et des services, avec la collaboration des médecins du Département de pédiatrie. Ces infirmières, exerçant en pratique avancée, ont suivi plus de 500 enfants de 0 à 5 ans en 2007.  Considérant les résultats obtenus en termes de satisfaction des parents et des professionnels ainsi que du volume d'enfants suivis, ce projet est actuellement exporté en y intégrant l'ensemble des infirmières du Service de Santé Parentale et infantile comme partenaires de la hiérarchisation au chapitre des activités d'évaluation et de dépistage. Grâce à ce projet novateur, les délais d'attente sont moins longs et la clientèle du Nord de Lanaudière bénéficie d'un meilleur accès aux soins et aux services.

Mauricie/Centre-du-Québec

Clinique de sclérose en plaques Mauricie-Bois-Francs / Centre-du-Québec

Mme Josée Vigneaul, infirmière bachelière et son équipe composée de Mme Louise Corbeil et du Dr Stéphane Charest, ont mis leur expertise, leur créativité, leur leadership et leur persévérance au service des personnes atteintes de la sclérose en plaques (SEP) en mettant sur pied la clinique de SEP du Centre hospitalier régional de Trois-Rivières en 2004. Mme Vigneault en est maintenant la coordonnatrice. Plus de 600 usagers bénéficient désormais d'information et d'un soutien régulier de la part d'une équipe multidisciplinaire, limitant ainsi leur exode vers les grands centres et augmentant leur autonomie. La clinique contribue également à accélérer le processus diagnostique et le début des traitements, un facteur important lorsque l'on considère que la SEP peut mener à une invalidité si elle n'est pas traitée rapidement. Jusqu'ici, la clinique a permis de réduire les coûts liés aux visites à l'urgence de même que le nombre d'hospitalisations. Le suivi biopsychosocial des personnes atteintes est aussi plus rigoureux. La Société canadienne de la sclérose en plaques a d'ailleurs accordé à cette clinique le statut d'associée en 2006.

Montérégie

Développement et implantation d'un outil informatisé de planification et de suivi de la clientèle d'oncologie et des soins palliatifs à domicile

Considérant l'augmentation constante du nombre de personnes atteintes de cancer et qui requièrent des soins à domicile, Denise Bergevin, Céline De Blois, Dominique Béland et Karine Lemoine, du CSSS Haut-Richelieu – Rouville et du CLSC de la Vallée-des-Forts ont développé et implanté un outil informatisé pour mieux planifier et dispenser les soins à cette clientèle. Le progiciel, intégré à une tablette PC, comprend toutes les fonctions nécessaires à la saisie, à l'entreposage et à la diffusion de l'information en temps réel ou différé. Il permet d'obtenir une vue d'ensemble du profil de chaque client, de ses besoins et des interventions prioritaires, en plus de produire des rapports de gestion. Cet outil convivial a eu notamment un impact positif sur le temps et la qualité des soins alloués aux patients. À la lumière de nombreuses données compilées, il est démontré qu'avec l'utilisation de ce progiciel, les infirmières consacrent désormais 57 % de leur temps aux soins directs aux clients comparativement à 43 % avant. Quant aux patients, ils se sentent plus en sécurité maintenant car ils sont à même d'apprécier la continuité des soins d'une infirmière à l'autre puisque les informations y sont inscrites et facilement accessibles.

Montréal/Laval

Un pas en avant vers l'autonomie des infirmières : l'évaluation initiale de la clientèle dépendante

Une équipe d'infirmières et infirmiers du Centre Dollard-Cormier – Institut universitaire sur les dépendances, soit Hélène Beaubien, Benoît Godbout, Luc Therrien, Isabelle Thibault et Annie Trudel, en collaboration avec Karin Verbist, médecin, a conçu un guide d'admission et des critères d'évaluation de la clientèle alcoolique ou toxicomane afin de mieux évaluer la clientèle qui souhaite entreprendre une démarche de désintoxication ou qui est en situation de crise. Ces outils procurent aux infirmières plus d'autonomie et un cadre plus rigoureux afin de prendre la décision d'admettre un client à l'un des programmes ou à le référer à un centre hospitalier. En outre, ils aident l'équipe infirmière à mieux évaluer le degré de sévérité du sevrage et ainsi à assurer la sécurité du client. Ils contribuent également à une meilleure gestion de la médication lors du sevrage. De plus, les évaluations ont pour but de mieux superviser les nouvelles infirmières et leur permettre d'acquérir de l'expérience plus rapidement. Enfin, les autres membres de l'équipe de soins apprécient ces évaluations basées sur des critères standards et uniformes. Depuis la mise en place de ces outils, l'équipe a aussi constaté une diminution des risques liés au sevrage, ce qui a limité le nombre de transferts en ambulance.

Québec

Le leadership clinique dans un contexte de réadaptation – le projet Cotonnelle

La rééducation intestinale n'est pas une chose facile pour celui qui subit une lésion à la moelle épinière. En effet, les blessés médullaires avaient exprimé une insatisfaction face à l'organisation des soins en matière de rééducation intestinale. Un comité de travail s'est alors penché sur la question. Les infirmières Gina Therrien et Julie Genest, de l'Institut de réadaptation en déficience physique de Québec, ont mis sur pied l'Escouade Cotonnelle. Depuis, Mesdames Therrien et Genest, avec leurs collègues Nathalie Lamothe, Véronique Gagnon et Annick Dumont, forment l'Escouade Cotonnelle. Elles évaluent l'état des clients, élaborent des plans de traitement et leur offrent toute l'information dont ils ont besoin, de même qu'un soutien et un suivi à long terme. L'Escouade a contribué à favoriser la collaboration et le partage d'information au sein de l'équipe interdisciplinaire. Les soins sont aussi plus structurés, plus rapides et plus efficients. Une étude préliminaire démontre une grande satisfaction du personnel soignant et des autres intervenants qui gravitent autour des usagers. Depuis 2007, l'Escouade Cotonnelle a également reçu des demandes de soutien d'usagers et de partenaires externes provenant de plusieurs régions du Québec.

Saguenay–Lac-Saint-Jean/Nord-du-Québec

Secrets de gang

Face au taux alarmant de grossesses non désirées et d'infections transmissibles sexuellement chez les jeunes, et considérant l'impact mitigé des programmes usuels d'éducation sexuelle, Christine Tremblay, infirmière en santé sexuelle et reproductive de la clinique de santé sexuelle du Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Lac-Saint-Jean-Est, et son équipe, ont mis sur pied le programme « Secrets de gang ». Ce programme invite les jeunes dans leur milieu scolaire secondaire à consulter volontairement, en petits groupes de pairs, un professionnel de la santé et un intervenant social au sujet de la sexualité. Entre amis, les jeunes sont plus à l'aise pour aborder les sujets qui les préoccupent et ils peuvent ainsi obtenir une saine information de la part des deux ressources complémentaires et de sexe opposé qui offrent l'activité, soit un professionnel de la santé et un intervenant psychosocial. Les infirmières scolaires de sept régions du Québec ont adhéré à ce programme jusqu'à présent. En quatre ans, il a permis de rencontrer près de 400 étudiants de 11 à 17 ans au CSSS de la région en question.