Pratique infirmière

Déterminer le plan de traitement relié aux plaies et aux altérations de la peau et des téguments et prodiguer les soins et les traitements qui s'y rattachent

Dans cette section

Définition

Au sens de la LII, le terme « plan de traitement » s’applique exclusivement aux plaies et aux altérations de la peau et des téguments. Cette réserve d’activité signifie que l’infirmière peut, sur la base de son évaluation, décider du plan de traitement pour les plaies et les altérations de la peau et des téguments et, le cas échéant, le modifier selon leur évolution et les résultats du traitement, ce qui lui confère une autonomie dans ce domaine.

L’autonomie accordée à l’infirmière est toutefois tributaire de divers facteurs :

  • Ses connaissances, ses habiletés et son expertise.
  • La complexité de la situation clinique – plaie ou altération de la peau et des téguments, l’état de santé du client.
  • Sa capacité à utiliser des médicaments et produits selon une ordonnance, le cas échéant.
  • Les règles de soins infirmiers en vigueur dans l’établissement.

Les décisions de l’infirmière relativement à la détermination du plan de traitement sont indissociables d’autres activités réservées, notamment les activités liées à :

  • L’évaluation de la condition physique et mentale incluant le recours à une échelle pour évaluer le risque de plaies de pression, l’application de tests tels que la mesure de l’indice de pression systolique cheville-bras ou le test du monofilament de Semmes-Weinstein 5.07 (10 g).
  • La surveillance clinique de la condition de santé du client et le suivi infirmier – la surveillance clinique doit inclure un suivi rigoureux et régulier de l’évolution de la plaie ou de l’altération de la peau et des téguments et de la condition de santé du client, afin d’ajuster, le cas échéant, le plan de traitement et le plan thérapeutique infirmier (PTI).
  • La décision d’initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques, selon une ordonnance (p. ex. : demander une culture par écouvillonnage).
  • L’exécution des examens et des tests diagnostiques invasifs, selon une ordonnance (p. ex. : demander une radiographie, des analyses sanguines principalement pour le bilan nutritionnel essentiel à la cicatrisation).
  • L’administration et l’ajustement des médicaments et des traitements médicaux, selon une ordonnance (p. ex. : les médicaments pour soulager la douleur, l'antibiothérapie, les pansements et produits).
  • L’application de techniques invasives (p. ex. : application d’énergie invasive telle que le laser et la stimulation électrique).

Composantes du plan de traitement

Plan de traitement relié aux plaies

Le plan de traitement relié aux plaies est basé sur des pratiques exemplaires. Il comprend les interventions déterminées par l’infirmière en vue d’agir sur les causes, de favoriser la cicatrisation des plaies, d’en soulager les symptômes et d’en prévenir la détérioration ou la récidive. Par définition, un plan de traitement est établi uniquement lorsque le client présente une plaie ou une altération de la peau et des téguments (OIIQ, 2006a, 2006b). Toutefois, les mesures de prévention des plaies doivent être déterminées et appliquées en tout temps chez les clientèles à risque.

En présence d’une plaie et avant d’intervenir, l’infirmière devrait procéder à une évaluation appropriée de la situation clinique du client, de sa condition de santé et de la plaie (étiologie possible, type de plaie, caractéristiques) et s’assurer du potentiel de cicatrisation de la plaie. Dans le cas d’une plaie à un membre inférieur, elle devrait obtenir la mesure de l’indice de pression systolique cheville-bras (IPCB) avant de débuter une intervention en milieu humide.

De façon plus spécifique, l’activité réservée consistant à déterminer et à ajuster le plan de traitement relié aux plaies signifie que l’infirmière peut effectuer des actions, telles que :

  • Demander les analyses de laboratoire requises pour le traitement des plaies, entre autres, le bilan nutritionnel afin d’identifier le potentiel de cicatrisation.
  • Déterminer les mesures d’asepsie requises (p. ex. : technique propre ou stérile).
  • Décider de procéder au nettoyage de la plaie et déterminer la technique (p. ex. : seringue 30 ml et aiguille #18 pour atteindre une pression de 8-15 psi; type, quantité et température de la solution de nettoyage à utiliser).
  • Décider de procéder au débridement de la plaie, au retrait des corps étrangers ou au retrait des tissus et débris non adhérents; en déterminer la fréquence et la méthode selon la condition de santé du client, le but du traitement.
  • Décider de procéder à la scarification d’une escarre, afin d’accélérer le débridement autolytique ou enzymatique.
  • Décider de cautériser une plaie avec du nitrate d’argent.
  • Décider du choix de traitement en milieu sec ou en milieu humide.
  • Décider des produits et des pansements à utiliser, selon une ordonnance, le cas échéant, en tenant compte des résultats de l’évaluation clinique, des analyses de laboratoire et des évaluations subséquentes; du type de plaie, de son étiologie, de sa gravité et de son évolution; ainsi que de la condition systémique du patient et de l’utilisation d’agents médicamenteux.
  • Décider d’appliquer certaines modalités adjuvantes (p. ex. : la thérapie par pression négative, la stimulation électrique).
  • Décider des mesures à prendre, autres que les médicaments d’ordonnance, pour soulager la douleur au site de la plaie (p. ex. : appliquer la crème EMLA® avant de procéder au débridement chirurgical conservateur, soulager le client de la douleur chronique causée par des ulcères des membres inférieurs).
  • Décider et procéder à la fermeture d’une plaie à l’aide de sutures, de colle ou d’agrafes.
  • Décider d’enlever les drains, les mèches, les sutures et les agrafes selon le type de plaie et son évolution.
  • Décider des bandages et des systèmes de compression à appliquer dans les cas d’ulcères veineux sans insuffisance artérielle concomitante en s’appuyant sur les valeurs des mesures de l’IPCB.
  • Décider des mesures à appliquer pour soulager les forces de pression, de friction ou de cisaillement (p. ex. : surfaces thérapeutiques).

 

Plan de traitement relié aux altérations de la peau et des téguments

Le plan de traitement relié aux altérations de la peau et des téguments est basé sur des pratiques exemplaires. Il est déterminé par l’infirmière, en vue de traiter les altérations, de soulager les symptômes, d’agir sur les causes, et de prévenir toute détérioration ou récidive. Cette section s’applique particulièrement dans le domaine des soins podologiques.

Lorsqu’elle procède au traitement des altérations de la peau et des téguments, l’infirmière appuie ses décisions sur une évaluation appropriée de la situation clinique du client, de sa condition de santé et de l’altération de la peau et des téguments (étiologie possible, type d’altération, caractéristiques). Chez les clients diabétiques, l’évaluation clinique devrait inclure le test du monofilament de Semmes-Weinstein de 5.07 (10 g). De plus, lors d’intervention présentant un risque important de lésion irréversible, l’infirmière devrait s’assurer d’un apport vasculaire aux pieds par le résultat de la mesure de l’IPCB.

La détermination du plan de traitement des altérations de la peau et des téguments peut inclure différentes actions, par exemple :

  • Décider de procéder au débridement d’hyperkératose ou d’ongle mycosé, à la réduction d’hyperonychie, à l’énucléation de cors.
  • Recommander les produits et agents médicamenteux à utiliser, selon les résultats de l’évaluation initiale et des évaluations subséquentes, tout en tenant compte du type d’altération, de son étiologie, de sa gravité, de son évolution et des résultats de traitements antérieurs appliqués.
  • Utiliser des produits topiques disponibles sous forme de liquide, crème, pommade, laque, virucide.
  • Décider d’appliquer certaines modalités adjuvantes (p. ex. : le laser pour traiter l’onychomycose, la cryothérapie pour traiter les verrues plantaires)
  • Décider de cautériser une lésion avec du nitrate d’argent (p. ex. : un botriomycome).
  • Décider des mesures à prendre, autres que les médicaments d’ordonnance, pour soulager la douleur lors d’un soin (p. ex. : appliquer la crème EMLA® avant de procéder au traitement d’un ongle incarné).
  • Décider de procéder à l’installation de lamelle pour corriger la courbure le l’ongle.
  • Décider des mesures à appliquer pour soulager les forces de pression, de friction ou de cisaillement (p. ex. : coussinage de décharge ou de protection, orthoplastie, installation de mèche Gutta Percha dans le sillon de l’ongle)

 

 

Le tableau suivant résume ce que l’infirmière doit, par définition et selon le cas, préciser dans le plan de traitement.

Tableau
Plan de traitement pour les plaies
et les altérations de la peau et des téguments

Le plan de traitement peut, selon le cas, comprendre les décisions infirmières concernant :

  • La décision de procéder à certaines analyses de laboratoire requises pour le traitement des plaies, selon une ordonnance.
  • Les mesures d’asepsie requises (technique propre ou stérile).
  • La technique et la solution de nettoyage à utiliser.
  • La fréquence et la méthode de débridement retenues, s’il y a lieu.
  • La scarification d’une escarre, si nécessaire.
  • Les produits et les pansements sans agents médicamenteux à utiliser selon les résultats de l’évaluation clinique.
  • L’utilisation de produits et pansements pour traiter la plaie ou l’altération de la peau et des téguments, selon une ordonnance, le cas échéant.
  • L’application de certaines modalités adjuvantes, selon le cas.
  • Les mesures, autres que les médicaments d’ordonnance, visant à soulager la douleur liée à la plaie, aux altérations de la peau et des téguments ainsi qu’aux procédures.
  • La fermeture d’une plaie à l’aide de sutures, de colle ou d’agrafes.
  • Le retrait de drains, de mèches, de sutures et d’agrafes selon le type de plaie et son évolution.
  • Les mesures thérapeutiques ou correctrices appliquées.
  • Les mesures pour soulager les forces de pression, de friction et de cisaillement.

 

À ces interventions s’ajoutent les mesures préventives visant à maintenir l’intégrité de la peau et des téguments ainsi que l’enseignement au client et à la famille, y compris l’évaluation des besoins d’enseignement du client afin de déterminer les éléments et les stratégies d’enseignement, le cas échéant. Cette information est consignée au dossier du client et les directives essentielles au suivi clinique du client, et de la plaie ou de l’altération de la peau et des téguments doivent être indiquées dans le PTI.

Le plan de traitement d’une plaie ou d’une altération de la peau et des téguments est indiqué au PTI et les directives visant à en assurer le suivi y sont précisées, par exemple, la fréquence de la réévaluation par l’infirmière ou les éléments à observer et à rapporter.

Activité partagée / Activité en collaboration

Le traitement des plaies et des altérations de la peau et des téguments devrait s’inscrire dans une approche interdisciplinaire. Dans certains cas plus complexes, la collaboration étroite entre les divers professionnels est préconisée. L’infirmière devrait alors intervenir en synergie avec les autres membres de l’équipe interdisciplinaire.

Références

Office des professions du Québec (2003). Loi 90 (2002, chapitre 33), Loi modifiant le Code des professions et d'autres dispositions législatives dans le domaine de la santé (sanctionnée le 14 juin 2002) : cahier explicatif, Québec, OPQ.

Ordre des ergothérapeutes du Québec (2004). Application de la Loi modifiant le Code des professions et d'autres dispositions législatives dans le domaine de la santé : guide de l'ergothérapeute, Montréal, OEQ.

Ordre des ergothérapeutes du Québec (2007). Prodiguer des traitements reliés aux plaies : une activité réservée aux ergothérapeutes, Montréal, OEQ.

Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (2011). Les activités professionnelles de l’infirmière auxiliaire : champ d’exercice, activités réservées et autorisées, éd. rev., Montréal, OIIAQ.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (2006a). L'intégration du plan thérapeutique infirmier à la pratique clinique, Westmount, OIIQ.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (2006b). Le plan thérapeutique infirmier : la trace des décisions cliniques de l'infirmière, Westmount, OIIQ.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (sous la dir. de) (2007). Les soins de plaies au cœur du savoir infirmier : de l'évaluation à l'intervention pour mieux prévenir et traiter, Westmount, OIIQ.