Pratique infirmière

Initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques, selon une ordonnance

Dans cette section

Définition

Cette activité réservée permet à l’infirmière de décider, à la lumière de son évaluation et conformément aux critères précisés dans l’ordonnance individuelle ou collective, de procéder à une mesure diagnostique ou thérapeutique chez un client, et ce, en amont de l’évaluation médicale. En effet, à partir de son évaluation, l’infirmière détermine la pertinence d’amorcer une mesure diagnostique ou thérapeutique, notamment avant que le client soit vu par le médecin. Les activités qui visent à initier une mesure diagnostique ou thérapeutique impliquent donc toujours une évaluation et une décision de la part de l’infirmière.

Par « mesure thérapeutique », on entend l'ensemble des moyens visant à traiter et à guérir les maladies. Comme cette définition générale englobe les médicaments, l'infirmière peut initier l'administration de médicaments.

Finalité

Cette activité réservée vise à réduire les délais, à accroître l’accès aux soins et aux services, ainsi qu’à favoriser l’utilisation judicieuse des ressources. Elle permet, entre autres, de répondre rapidement à une situation urgente ou semi-urgente, d’assurer la continuité des soins auprès d’une clientèle connue et d’améliorer l’accessibilité des soins de santé en première ligne. Son application, de plus en plus grande dans les milieux de soins, est également vue comme une piste de solution pour atteindre l’objectif d’efficience recherché dans le système de santé.

Responsabilités de l'infirmière

  • Posséder les connaissances scientifiques, les compétences et le jugement clinique requis pour appliquer l'ordonnance.
  • Évaluer l'état de santé de la personne et s'assurer que sa condition répond aux paramètres indiqués dans l'ordonnance collective avant d'exécuter celle-ci.
  • Connaître les risques inhérents à l'activité.
  • S'assurer que les ressources médicales sont disponibles pour intervenir en cas de complications.
  • Pouvoir consulter le médecin ou l’infirmière praticienne spécialisée identifiés sur l’ordonnance collective, si des précisions sont requises.

Exemples

Exemples d'initier des mesures diagnostiques selon une ordonnance

  • Dans le cadre de l’évaluation de la condition physique et mentale de la personne, l’infirmière peut, selon les paramètres indiqués dans l’ordonnance individuelle ou collective, décider de procéder à des prélèvements sanguins ou demander un ECG ou des radiographies, par exemple, afin de déterminer le niveau de priorité des soins requis ou de cerner une problématique.
  • Dans le cadre d’un suivi de clientèle hypertendue dans un GMF, l’infirmière peut, toujours sur la base de son évaluation et selon l’ordonnance individuelle ou collective, initier des mesures diagnostiques (formule sanguine complète (FSC), électrolytes, créatinine, glycémie à jeun, bilan lipidique et analyse d’urine).
  • Pendant le suivi d’un client anticoagulé, l’infirmière d’un CSSS peut initier les prélèvements de RNI selon la fréquence déterminée dans l’ordonnance collective.
  • Dans le cadre du triage à l'urgence, l'infirmière peut demander une radiographie de la cheville ou du pied, selon une ordonnance collective qui permettrait d'initier une telle mesure (OIIQ, 2007).

Exemples d'initier des mesures thérapeutiques selon une ordonnance

L'infirmière peut, à la lumière de son évaluation et conformément aux paramètres indiqués dans l'ordonnance individuelle ou collective :

  • Décider d'installer une perfusion intraveineuse ou un dispositif intra-osseux en situation d’urgence, ou encore administrer de l’oxygène.
  • Décider d'administrer du Gravol® à une personne nauséeuse.
  • Décider d'administrer de l'acétaminophène pour diminuer la fièvre ou soulager la douleur chez un adulte ou un enfant dans le cadre du triage à l'urgence (OIIQ, 2007).
  • Amorcer un traitement du muguet dans le cadre du suivi postnatal de la mère et de l'enfant en périnatalité; à ce sujet, il faut prévoir des ordonnances collectives distinctes pour la mère et pour l'enfant, parce que le traitement et les indications sont différents pour ces deux clientèles.
  • Administrer un broncho-dilatateur pour traiter une crise d'asthme ou de la nitroglycérine sublinguale chez une personne présentant une douleur rétro-sternale.
  • Initier l'irrigation de l'œil dans le cas d'une brûlure chimique.

Modèle d'ordonnance collective de contraception hormonale

Une application fort intéressante de l'activité réservée « d'initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques, selon une ordonnance » a trait à l'élaboration d'un modèle d'ordonnance collective de contraception hormonale à l'intention de l'infirmière et du pharmacien. En effet, afin d’améliorer l’accessibilité des méthodes contraceptives pour les femmes, l’OIIQ, le Collège des médecins du Québec (CMQ), l’Ordre des pharmaciens du Québec et l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) ont élaboré conjointement un modèle d’ordonnance collective qui donne accès, pour une période maximale d’un an, à la contraception hormonale et au stérilet en pharmacie communautaire partout au Québec. Ce délai permet à la cliente de prendre rendez-vous avec son médecin traitant ou avec une infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL), pour obtenir une ordonnance individuelle afin de poursuivre la contraception.

Rappelons que l'IPSPL peut prescrire la contraception hormonale mais, contrairement aux médecins, elle ne peut signer une ordonnance collective.

Le tableau suivant indique les interventions de l'infirmière relatives à l'ordonnance collective de contraception hormonale et de stérilet.

Tableau
Interventions de l'infirmière relatives
à l'ordonnance collective
de contraception hormonale et de stérilet

Évaluer la condition physique et mentale d'une personne symptomatique

  • Procéder à l'évaluation de l'état de santé et de la personne.
  • Déterminer le besoin de contraception hormonale ou de stérilet.
  • Donner l'enseignement et le counseling sur les divers aspects liés à l'utilisation de la contraception hormonale ou du stérilet, selon le cas.
  • Soutenir la prise de décision de la personne.

Initier des mesures diagnostiques à des fins de dépistage
dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique

  • Rechercher les facteurs de risque pour les ITSS et les dépister, au besoin.
  • Dans l’éventualité de l’installation d’un stérilet, faire un dépistage de l’infection à la chlamydia et à la gonorrhée chez les femmes de moins de 25 ans et chez celles qui sont à risque d’infections transmissibles sexuellement.
  • Informer les femmes sur les pratiques sexuelles à risque réduit.

Initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques, selon une ordonnance

  • Indiquer le contraceptif hormonal ou le stérilet choisi par la personne, et donner l'enseignement.
  • Remplir le formulaire de liaison pour l'application de l'ordonnance collective.
  • Remettre le formulaire à la personne et l'informer qu'elle peut s'adresser au pharmacien communautaire de son choix.
  • Informer la personne de la nécessité de voir, dans un délai d'un an, un médecin ou une IPSPL; lui offrir un rendez-vous avec l'un des médecins signataires de l'ordonnance collective ou l’IPSPL désignée; et l'orienter pour la prise de rendez-vous, le cas échéant.
  • Selon les besoins, effectuer le suivi sans oublier de rappeler qu'une rencontre avec un prescripteur est nécessaire afin d'obtenir une ordonnance individuelle.
  • Dans l’éventualité de l’initiation d’un stérilet, l’infirmière doit :
    • S’assurer qu’un des médecins signataires, le médecin traitant ou l’IPSPL est disponible pour poser le stérilet.
    • Vérifier avec les médecins et les IPSPL, qui posent des stérilets, les modalités concernant la pose.
  • En cas de signes ou de symptômes nécessitant l’arrêt de la contraception hormonale, orienter la personne vers le médecin ou une IPSPL pour évaluation et informer le pharmacien de l’arrêt de l’application de l’ordonnance collective.

Références

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (2007). Le triage à l'urgence : lignes directrices pour l'infirmière au triage à l'urgence, Westmount, OIIQ.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (2012). Formulaire d'évaluation de l'infirmière pour initier la contraception hormonale ou le stérilet, éd. mise à jour, Westmount, OIIQ.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, et Collège des médecins du Québec (2013). Pratique clinique de l'infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne : lignes directrices, 2e éd., Westmount, OIIQ ; Montréal, CMQ.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, Collège des médecins du Québec, Ordre des pharmaciens du Québec, et Institut national de santé publique du Québec (2012). Guide de rédaction d'une ordonnance collective de contraception hormonale et de stérilet, éd. mise à jour, Westmount, OIIQ ; Montréal, CMQ ; Ordre des pharmaciens du Québec ; Québec, INSPQ.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, et Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (2005). Rapport du Groupe de travail OIIQ/FMOQ sur les rôles de l'infirmière et du médecin omnipraticien de première ligne et les activités partageables, Westmount, OIIQ ; Montréal, FMOQ.

Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, Ordre des pharmaciens du Québec, Collège des médecins du Québec, et Institut national de santé publique du Québec (2012). Questions-réponses sur le modèle provincial d'ordonnance collective de contraception hormonale et du stérilet, éd. mise à jour, Westmount, OIIQ ; Montréal, Ordre des pharmaciens du Québec ; CMQ ; Québec, INSPQ.

Règlement sur les activités visées à l'article 31 de la Loi médicale qui peuvent être exercées par des classes de personnes autres que des médecins, R.Q., c. M-9, r. 13.

Règlement sur les normes relatives aux ordonnances faites par un médecin, R.Q., c. M-9, r. 25.