Pratique infirmière

Entente OIIQ et OIIAQ sur la nature des actes des infirmières auxiliaires dans un service d’hémodialyse

Entente entre l’OIIQ et l’Ordre des infirmiers et infirmières auxiliaires du Québec (OIIAQ)

Nature des actes pouvant être posés par les infirmières auxiliaires dans un service d’hémodialyse

Contexte

En 2009, l'OIIQ a amorcé différents travaux afin de dresser un portrait des pratiques et des besoins futurs dans le secteur de l'hémodialyse. À ce moment, des experts des établissements offrant des services d'hémodialyse ont été consultés. Ces travaux avaient pour but d'examiner, dans le respect des lois professionnelles en vigueur, comment pourrait s'articuler le partage d'activités professionnelles entre l'infirmière et l'infirmière auxiliaire, tout en statuant sur la norme de pratique requise afin d'assurer la sécurité et la qualité des soins aux patients hémodialysés.

Bien que le nombre annuel de nouveaux cas d’insuffisance rénale chronique terminale (IRCT) semble s'être stabilisé au cours des dernières années, la prévalence continue à augmenter régulièrement, de sorte que le système de santé québécois doit traiter davantage de patients en suppléance rénale. En effet, le vieillissement de la population et l’incidence de l’hypertension qui augmente avec l’âge, lorsqu'elle est mal contrôlée, peuvent entraîner l'insuffisance rénale nécessitant un recours à la dialyse. On constate aussi que l’incidence de l'IRCT pourrait s’accroître en raison de la pression continue exercée par l’incidence croissante du diabète, qui explique plus du tiers des nouveaux cas d’IRCT chaque année.1

Ainsi, pour répondre de façon efficiente à une augmentation réelle ou potentielle du nombre de personnes traitées en hémodialyse, des milieux de soins ont contacté l'OIIQ et l'OIIAQ dans le cadre de leurs travaux visant à revoir l'organisation des soins et du travail, notamment en intégrant le rôle de l'infirmière auxiliaire dans un service d'hémodialyse ou en révisant ce rôle le cas échéant.

En 2013, l'OIIQ a fait appel à des infirmières expertes afin d'avoir une perspective plus actuelle de la situation dans ce secteur d'activités. Le processus de consultation a été effectué de deux façons soit, une rencontre de travail avec un comité d'experts et des consultations individuelles de validation avec d'autres infirmières expertes, reconnues par leurs pairs en hémodialyse et qui n'avaient pas participé aux travaux du comité. Les travaux ont été structurés en fonction de deux grands axes de réflexion soit, les activités professionnelles et les critères de détermination des actes en hémodialyse incluant la gestion des risques, la sécurité et la qualité des soins. C'est dans ce contexte que les deux ordres professionnels ont pris la décision de procéder à une entente conjointe afin de soutenir les établissements quant au partage des activités en hémodialyse, dans le respect des lois et règlements professionnels en vigueur.