deontologie-journal_2.jpg

Apprivoiser le langage de l’éthique et de la déontologie, plus simple qu’il n’y paraît

Quand doit-on parler de valeurs, d'éthique et de déontologie? Nous vous proposons quelques définitions qui vous permettront de saisir les nuances de ces termes qui, étymologiquement, présentent de nombreuses similitudes.

Chaque personne a des valeurs personnelles qui la distinguent des autres. À ces valeurs personnelles s'ajoutent, pour l'infirmière, les valeurs liées à l'exercice de sa profession, par exemple le respect de l'autonomie et de la vie privée d'un patient. Ces valeurs guident les comportements de l'infirmière et sa manière d'interagir avec le patient.

L'éthique est la science qui considère l'agir humain sous l'angle du bien et du mal. Elle s'intéresse aux comportements qu'il est souhaitable d'avoir dans une situation donnée. L'éthique tente donc de répondre à la question « Qu'est-ce que je dois faire? » et, normalement, c'est l'action « bonne » qui devrait être entreprise.

La déontologie, ou l'éthique professionnelle, se rapporte au « code de conduite » du professionnel. Pour l'infirmière, il s'agit de l'ensemble des règles qui régissent ses rapports avec les patients, le public et les autres professionnels. Le code de déontologie constitue un outil de référence énonçant les devoirs et les obligations qui orientent les comportements des infirmières.

Par ailleurs, il est important que chaque infirmière développe sa compétence éthique. C'est ici que son jugement et ses connaissances en éthique entrent en jeu. On entend par jugement la capacité d'appliquer les connaissances acquises à une situation particulière pour prendre une décision éclairée. Une compétence éthique « aiguisée » rend l'infirmière habile à faire face, entre autres, à des dilemmes éthiques courants dans sa vie professionnelle. Elle devra résoudre ces dilemmes, ou conflits de valeurs, en accordant la priorité à une valeur plutôt qu'à une autre. L'infirmière doit pouvoir justifier ses choix de façon rationnelle et sur le plan éthique.

L'une des prochaines chroniques portera sur les valeurs qui ont fait consensus au sein des groupes de consultation, dans le cadre de la révision du Code de déontologie des infirmières.

Sylvie Truchon, syndic

Cette chronique a été publiée dans Le Journal,  janvier/février 1999, vol. 6, no 3.