deontologie-journal_2.jpg

La compétence professionnelle, une obligation déontologique

La compétence professionnelle fait référence aux connaissances, aux habiletés, aux attitudes et au jugement nécessaires à l'infirmière pour exercer sa profession, ainsi qu'à la capacité de les appliquer dans une situation clinique donnée. Lors des consultations réalisées auprès des infirmières et infirmiers dans le cadre de la modernisation du Code de déontologie des infirmières et infirmiers, la compétence est ressortie comme l'une des valeurs importantes inhérentes au fait que nous sommes des professionnelles et comme un élément essentiel de la qualité des soins et services.

Une section du Code de déontologie traite justement des obligations liées à la compétence, notamment les nouveaux articles 17 et 18. Ainsi, l'article 17 du Code de déontologie précise que l'infirmière doit « agir avec compétence », c'est-à-dire en quelque sorte, qu'elle doit « exercer » sa compétence. Il ne s'agit donc pas d'un empiètement sur la responsabilité du Comité de l'inspection professionnelle qui, dans le cas d'une enquête particulière, vise à établir la compétence de l'infirmière dans son domaine de pratique. Il est plutôt question ici du comportement d'une infirmière dans une situation donnée.

Prenons l'exemple d'une infirmière qui effectue une technique de soin exigeant une asepsie rigoureuse. Elle est compétente si elle démontre qu'elle a les connaissances, les habiletés et le jugement clinique nécessaires pour réaliser cette activité. Cependant, elle n'exercerait pas cette compétence si, par négligence, elle décidait par exemple de ne pas procéder au changement du matériel après l'avoir contaminé.

Agir avec compétence, c'est aussi tenir compte des limites de ses habiletés et de ses connaissances. L'infirmière doit refuser d'exercer une activité si elle ne possède pas les compétences requises ou, lorsqu'elle constate ses limites dans une situation donnée, elle peut demander de l'aide à une collègue, se faire assister ou superviser.

Le Comité de discipline s'est déjà prononcé sur cet aspect. Il a reconnu une infirmière coupable d'avoir effectué une évaluation de l'état psychologique d'un client alors qu'elle ne possédait pas les aptitudes et les connaissances suffisantes.

Toutefois, si l'activité fait partie des fonctions de l'infirmière, elle doit s'assurer d'acquérir les connaissances et les habiletés qui lui permettront d'agir avec compétence.

Dans cette perspective, l'article 18 soulève cette obligation déontologique de tenir à jour ses compétences professionnelles tout au long de sa carrière et ce, afin de fournir des soins et traitements conformes aux normes de pratique généralement reconnues.

En fait, le maintien de la compétence professionnelle est un processus continu et relève de la responsabilité individuelle de chaque infirmière. Pour satisfaire à cette obligation, l'infirmière peut, entre autres :

  • Lire des articles pertinents;
  • Consulter des banques de résultats probants;
  • Assister à des colloques et conférences;
  • Suivre les formations offertes par l'OIIQ dans le cadre du programme de formation continue;
  • Suivre une formation offerte par un établissement, notamment dans un contexte où il veut offrir un service particulier nécessaire, par exemple lors de l'implantation d'une nouvelle technologie;
  • Faire une demande de formation particulière à la directrice des soins infirmiers ou à la responsable des soins infirmiers;
  • Signaler le besoin de formation au Conseil des infirmières et infirmiers.

Il importe de choisir des activités en fonction des objectifs d'apprentissage poursuivis. Par exemple, une participation à une conférence pourra permettre l'acquisition de nouvelles connaissances, mais la maîtrise d'une technique de soins requerra un volet pratique.

Dans un monde professionnel où l'évolution scientifique et technologique est constante et la mobilité omniprésente, le développement et le maintien des compétences sont requis pour agir avec compétence en tout temps.

Sylvie Truchon, syndic


Code de déontologie des infirmières et infirmiers (2003), 135 G.O. II, 98, art. 17 et 18.
OIIQ. Direction de la qualité de l'exercice, Nouvelles orientations, 1999.
OIIQ. Guide d'application de la nouvelle Loi sur les infirmières et les infirmiers et de la Loi modifiant le Code des professions et d'autres dispositions législatives dans le domaine de la santé, avril 2003.
Infirmières et infirmiers (Ordre professionnel des) c. Thérèse Landry, C.D. Inf. 20-99-00204, 
1999-11-30 (culpabilité et sanction).

Cette chronique a été publiée dans Le Journal, mars/avril 2005, vol. 2 no 4.