deontologie-journal_2.jpg

La relation professionnelle : un délai pour chaque situation

Dans des chroniques antérieures, nous avons traité de la relation professionnelle entre l'infirmière et le client. Depuis, plusieurs questions nous ont été posées concernant la durée de la relation professionnelle. Cette chronique vise à clarifier certains éléments relatifs à ce sujet.

Il faut rappeler que la relation thérapeutique fait partie intégrante de la relation professionnelle. La relation thérapeutique se traduit par l'interaction entre l'infirmière et le client lorsqu'elle lui prodigue des soins et des traitements requis par son état de santé. Cette période correspond à l'épisode de soins. La relation thérapeutique prend fin au moment où le client reçoit son congé. La relation professionnelle, elle, peut se poursuivre sur une plus longue période.

La détermination d'un délai précis applicable à toutes les situations n'est pas envisageable. En effet, les infirmières interviennent auprès de nombreux clients dans diverses situations. L'analyse de chacune des situations est donc de rigueur. L'article 38 du Code de déontologie énonce au deuxième paragraphe les principaux critères à prendre en considération afin d'établir la durée de la relation professionnelle. Cet article mentionne :

« Pendant la durée de la relation professionnelle, l'infirmière ou l'infirmier ne peut établir de liens d'amitié, intimes, amoureux ou sexuels avec le client.

Pour déterminer la durée de la relation professionnelle, l'infirmière ou l'infirmier doit tenir compte, notamment, de la vulnérabilité du client, de son problème de santé, de la durée de l'épisode de soins et de la probabilité d'avoir à redonner des soins à ce client. »

Nous apportons ici des précisions relatives à ces critères :

  • La vulnérabilité du client peut être tributaire de différents facteurs tels que :
    • situation personnelle (divorce, deuil récent, réseau de soutien);
    • inquiétude liée au problème de santé.
  • Le problème de santé peut être d'ordre physique ou mental, aigu ou chronique.
  • La durée de l'épisode de soins peut varier de quelques heures à plusieurs semaines, mois ou années.
  • La probabilité d'avoir à redonner des soins au client peut être nécessaire en raison d'hospitalisations fréquentes ou de suivis en externe ou à domicile.

Voici deux exemples concrets :

  1. Une infirmière prend soin d'un client à la suite d'une appendicectomie. L'évaluation de la situation de santé du client ne révèle aucune autre problématique. Son problème de santé est circonscrit et l'épisode de soins est de courte durée. De plus, rien n'indique que le client nécessitera de nouveau des soins. Ici, la durée de la relation professionnelle se rapproche de celle de la relation thérapeutique.
     
  2. Un infirmier exerce dans un centre hospitalier de soins psychiatriques et a sous ses soins depuis deux semaines une cliente qui souffre d'une dépression majeure. Il est informé de ses hospitalisations antérieures au cours des 24 derniers mois et de son suivi en externe. Il apprend notamment que la cliente est en instance de divorce. Dans cette situation, l'infirmier devrait conclure que la relation professionnelle se poursuivra bien au-delà de la relation thérapeutique, probablement sur une très longue période.

Ainsi, pour déterminer la fin de la relation professionnelle avec un client, l'infirmière devra s'assurer que le délai est suffisant pour dissiper chez lui toute représentation de figure professionnelle.

Sylvie Truchon, syndic

Cette chronique a été publiée dans Le Journal, mars/avril 2004, vol. 1, no 4.