Mot de la présidente de l'ORIILL