Mot du président de l'ORIIQ