Recherche avancée

2015

Axé sur la réussite éducative des jeunes, ce document met de l’avant la contribution particulière des infirmières et le leadership qu’elles assument en santé scolaire. Il s’adresse aux diverses instances administratives et professionnelles tant du réseau de la santé que du réseau scolaire, afin de favoriser la mise en place des conditions essentielles pour offrir des soins et services de qualité aux jeunes et à leurs parents dans l’ensemble des écoles de la province.

Les huit standards de pratique, qui y sont énoncés et décrits sommairement, sont répartis à l’intérieur de quatre domaines essentiels:

  • la promotion de la santé;
  • la prévention et la protection de la santé;
  • le maintien et le rétablissement de la santé;
  • la qualité des services professionnels.

Les Standards de pratique pour l’infirmière en santé scolaire facilitent la compréhension du rôle de l’infirmière auprès des autres membres des équipes multidisciplinaires et intersectorielles. Ils insistent sur l’importance de développer des partenariats constructifs avec les directions d’école, les divers intervenants du milieu, y compris les jeunes et leurs parents.

 

Lisez la version intégrale.

2015

Le Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées par une infirmière et un infirmier, pris en application de la Loi médicale (chapitre M-9, a. 19 b), est entré en vigueur le 11 janvier 2016. Ce règlement autorise l'infirmière à prescrire un médicament pour le traitement des nausées et des vomissements non incoercibles chez la femme enceinte.

Cette directive vise à soutenir l’infirmière dans sa pratique. Il présente tout d'abord les éléments à prendre en considération lors de l’évaluation, puis les interventions, les choix de traitements ainsi que les éléments d'enseignement et de suivi. Basé sur les lignes directrices, les consensus de traitements les plus récents et des guides de pratique professionnelle, cet ouvrage constitue un document de référence à l’intention des infirmières pour le traitement standard des nausées et des vomissements non incoercibles chez la femme enceinte. Comme le règlement sur la prescription infirmière à l’égard de ces molécules n’est aucunement limitatif dans ce domaine, l’infirmière pourra ajuster la prescription en fonction de l’évolution des lignes directrices et consensus, tout en s’appuyant sur des normes reconnues ainsi que selon l’encadrement clinique prévu dans son milieu en particulier.

2015

Le Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées par une infirmière et un infirmier, pris en application de la Loi médicale (chapitre M-9, a. 19 b), est entré en vigueur le 11 janvier 2016. Ce règlement autorise l'infirmière à prescrire un supplément vitaminique et de l’acide folique en périnatalité.

Cet ouvrage constitue un document de référence visant à soutenir l’infirmière dans sa pratique. Il présente tout d'abord les éléments à prendre en considération lors de l’évaluation, puis les interventions, les choix de supplémentation selon les facteurs de risque ainsi que les éléments d'enseignement et de suivi. La présente directive clinique est basée sur le plus bas taux efficace et sécuritaire pour les multivitamines combinées à l’acide folique, donné par la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada (« Directive clinique de la SOGC n° 324 : supplémentation préconceptionnelle en acide folique / multivitamines pour la prévention primaire et secondaire des anomalies du tube neural et d’autres anomalies congénitales sensibles à l’acide folique », 2015). Comme le règlement sur la prescription infirmière à l’égard de ces molécules n’est aucunement limitatif dans ce domaine, l’infirmière pourra ajuster la prescription en fonction des clientèles particulières ou vulnérables, des programmes particuliers comme OLO, de la couverture d’assurance, ou encore de la disponibilité ou de la formulation des produits, tout en s’appuyant sur des normes reconnues.

2015

Le Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées par une infirmière et un infirmier, pris en application de la Loi médicale (chapitre M-9, a. 19 b), est entré en vigueur le 11 janvier 2016. Ce règlement autorise l'infirmière à prescrire un médicament topique pour le traitement de l’infection fongique (Candida) de la peau et des muqueuses chez le bébé et chez la mère qui allaite.

Cet ouvrage constitue un document de référence visant à soutenir l’infirmière dans sa pratique. Il présente tout d'abord les éléments à prendre en considération lors de l’évaluation, puis les interventions, les choix de traitements pharmacologiques ainsi que les éléments d'enseignement et de suivi. La présente directive clinique est basée sur les lignes directrices, les consensus de traitements les plus récents et des guides de pratique professionnelle pour le traitement pharmacologique de ces affections. La directive ne constitue pas un guide ni un programme de soutien à l’allaitement et n’inclut pas les traitements non pharmacologiques ni les mesures d’hygiène qui sont indissociables des bonnes pratiques dans ce domaine. Comme le règlement sur la prescription infirmière à l’égard de ces molécules n’est aucunement limitatif dans ce domaine, l’infirmière pourra ajuster la prescription en fonction des clientèles particulières, des programmes particuliers, de la couverture d’assurance, ou encore de la disponibilité ou de la formulation des produits, tout en s’appuyant sur des normes reconnues pour le traitement des mycoses.

2015

Il est connu que la prestation sécuritaire des soins infirmiers contribue à l'atteinte de soins optimaux pour le patient, à la réduction d'incidents évitables et, par conséquent, à un meilleur contrôle des coûts de fonctionnement des établissements. Or, des préoccupations quant aux risques liés au nombre d'infirmières affectées aux soins et à la composition de l'équipe de soins dans les établissements et en soins de proximité se font sentir compte tenu des défis présentés par les besoins de santé de plus en plus complexe des patients.

La prestation sécuritaire des soins infirmiers est au cœur de la mission de protection du public de l'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ). La prise de position de l'OIIQ présente des demandes pour que le ministère de la Santé et des Services sociaux, avec les autres acteurs du réseau de la santé, assure l'élaboration de lignes directrices sur la prestation sécuritaire des soins infirmiers. Elle met l'accent aussi sur le développement et la mise en place de mécanismes pouvant soutenir les instances en soins infirmiers et les établissements dans la détermination de la composition des équipes de soins infirmiers  selon l'évaluation des besoins des patients. C'est ainsi que, à l'instar d'autres pays et d'autres provinces qui ont implanté de telles mesures, nous pouvons assurer que les patients reçoivent des soins qui sont donnés par une équipe composée d'infirmières et d'autres personnel en soins infirmiers en nombre suffisant et ayant la formation, l'expérience et les connaissances nécessaires.

2015

L'OIIQ, le Collège des médecins du Québec et l'Ordre professionnel des inhalothérapeutes du Québec ont conjugué leurs efforts afin d’élaborer des lignes directrices conjointes concernant l'évaluation et la surveillance clinique des adultes et des enfants en sédation-analgésie, particulièrement de niveau minimal à modéré. Ces lignes directrices précisent notamment les compétences requises, ainsi que les activités et les modalités selon lesquelles l'évaluation et la surveillance clinique des clients sous sédation-analgésie doivent être réalisées, en interventions diagnostiques ou thérapeutiques, en vue d'assurer la sécurité de la clientèle et d'améliorer la qualité des soins.

2015

Ce document définit le rôle de l'infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne (IPSPL) qui exerce en centre d'hébergement et explique comment cette dernière peut utiliser ses compétences de façon optimale auprès des personnes âgées. Ce document a été créé dans le cadre du projet vitrine du MSSS qui vise l'intégration des IPSPL dans ce milieu de soins. Cette publication est complémentaire des Lignes directrices - Pratique clinique de l'infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne.

2015

La collaboration interprofessionnelle devrait exister dans tous les milieux de soins. Cependant, la mise en place des équipes interprofessionnelles et des pratiques collaboratives dans le réseau de la santé et des services sociaux demeure incomplète.

L'Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, le Collège des médecins du Québec et l'Ordre des pharmaciens du Québec émettent un énoncé de position conjoint par lequel ils renforcent l'importance d'une meilleure connaissance des rôles et des expertises des différents professionnels et du développement de la pratique collaborative dans la prestation de soins et services, notamment auprès des personnes ayant des maladies chroniques. Dans l'énoncé de position conjoint, ces trois Ordres s'engagent à entreprendre des mesures visant à augmenter les collaborations interprofessionnelles tant dans les équipes de soins qu'entre les ordres professionnels.

2015

Ce guide d'exercice est une collaboration de trois ordres professionnels : Collège des médecins du Québec, Ordre des infirmières et infirmiers du Québec et l'Ordre des pharmaciens du Québec. Il propose les normes à suivre pour effectuer une aide médicale à mourir (AMM). Il se veut un guide pour les médecins et les autres professionnels de la santé ou des services sociaux dans l'exercice de leur pratique, tout en respectant l'esprit de la Loi concernant les soins de fin de vie. Ce guide d'exercice cible la population des personnes majeures et aptes, les seules pour qui l'aide médicale à mourir est autorisée par la Loi. Le document traite aussi de la question de l'objection de conscience des professionnels de la santé en lien avec l'AMM.

Ce guide est pour l’usage exclusif des infirmières.

2015

En plus du rapport de la présidente, de la directrice générale et de la secrétaire générale, ce document contient les rapports des activités 2014-2015 du Conseil d’administration, du Comité exécutif, du Conseil de discipline, des principaux comités de l’Ordre, ainsi que des trois Bureaux (registraire, syndic et surveillance de l’exercice infirmier). En outre, on y trouve toutes les informations exigées par le Règlement sur le rapport d’un ordre professionnel (RLRQ, chapitre C-26, r. 8), dont un rapport relatif aux activités de formation continue de même que les états financiers 2014-2015 de l’Ordre.