Adrénaline

Avons-nous reçu une recommandation du Ministère pour les intervenants ayant reçu la formation avant août 2016?

Il revient à l’établissement de définir la conduite à suivre. Le MSSS n’a pas émis de recommandation en ce sens.

Toutefois, il serait jugé opportun d’offrir une mise à jour aux intervenants formés avant 2016, puisque des modifications importantes ont été apportées et touchent l’indication du traitement.

En l’absence de modifications importantes, il est recommandé de reprendre la formation aux trois ans. 

Devons-nous considérer à la fois l’urticaire et l’angiodème comme critère d’inclusion ou devons-nous les considérer isolément?

Il faut considérer l’urticaire comme un symptôme et l’angiodème comme un symptôme, et non attendre d’être en présence des deux symptômes.  

Comment expliquer la différence entre la détresse respiratoire et la difficulté respiratoire à des non professionnels?

Il importe de bien distinguer ces termes, car ils ne réfèrent pas au même gradient de sévérité. 

Une difficulté respiratoire est un symptôme (plainte exprimée par le patient) qui peut ne pas être accompagné d’un autre signe (externe). Ex. : dyspnée, sensation de manque d’air, etc.

Comment expliquer la défaillance cardiaque à des non professionnels?

La défaillance cardiaque se caractérise par des symptômes sévères impliquant le système circulatoire. Ex. : étourdissement majeur, perte de conscience, grande faiblesse, difficulté à marcher.

Pourquoi distinguer, dans la formation, la personne connue allergique et la personne non connue allergique, s'il ne s’agit pas d’un critère d’inclusion?

Deux programmes de formation demeurent disponibles au Québec. Un programme s’adresse aux intervenants qui sont plus susceptibles d’être exposés à des personnes connues allergiques (1,5 h), tandis qu’un autre programme est conçu pour les intervenants qui sont appelés à intervenir tant avec des personnes reconnues allergiques qu’avec celles qui ne le sont pas (4 h).

Pouvons-nous administrer de l’adrénaline à un patient connu cardiaque?

En situation d’anaphylaxie, il n’existe aucune raison de ne pas administrer (contre-indication) l’épinéphrine. Par contre, lorsque la situation n’est pas certaine, le recours à l’épinéphrine pour certains patients, notamment les patients souffrant d’une maladie coronarienne connue (angine, infarctus) et les patients âgés, devrait se faire avec prudence.  Ces derniers sont en effet plus à risque de complications à la suite de l’administration d’épinéphrine.

Pouvons-nous utiliser un auto-injecteur périmé?

La date de péremption des auto-injecteurs devrait être respectée et des mécanismes de rappel devraient être instaurés pour assurer la sécurité.  Toutefois, en situation d’urgence, lorsque aucun autre auto-injecteur n’est disponible, il n’est pas contre-indiqué d’administrer un auto-injecteur périmé.