Accéder à la profession

Conseillère ou conseiller en soins infirmiers

Description

Détenant un baccalauréat en sciences infirmières, la conseillère ou le conseiller voit à orienter les équipes sur les questions relatives aux soins infirmiers. En plus de prodiguer des soins aux patients, cette personne est appelée à concevoir, à diffuser, à évaluer et à réviser des programmes d’orientation, de formation et de mise à jour des connaissances du personnel infirmier et des stagiaires, ou encore des programmes d’amélioration de la qualité des soins.

 

Au quotidien

Avec l’évolution rapide des connaissances scientifiques et des technologies, le développement professionnel est au cœur de la pratique infirmière. Il est donc essentiel d’informer le personnel sur toute nouvelle pratique exemplaire, mais aussi de le guider en proposant des solutions pour améliorer les soins. Quand une situation préoccupante se produit, on est là pour analyser le problème et voir s’il existe une façon de le régler de façon efficace et satisfaisante pour le patient.

 

Milieu de travail

Cette personne-ressource peut se retrouver autant dans le secteur public que dans le secteur privé. Dans les centres hospitaliers, elle contribue à la qualité des soins en conseillant les équipes sur les soins optimaux à prodiguer. En santé communautaire, elle peut soutenir les équipes locales de promotion de la santé et de prévention. Dans les entreprises, elle peut concevoir et implanter des programmes de prévention et d’amélioration des activités professionnelles.

 

En bref

Formation : baccalauréat en sciences infirmières (3 ans avec DEC général, 2 ans avec DEC en soins infirmiers) et examen de l’OIIQ

Responsabilités : assumer les mêmes responsabilités que l’infirmière clinicienne et l’infirmier clinicien et mettre en œuvre des programmes de formation, de transfert des connaissances et d’amélioration des soins

Qualités recherchées : initiative, rigueur, habiletés relationnelles

Salaire : de 44 500 $ à 84 100 $* par année

 

 


* Le salaire est basé sur l’échelle salariale en vigueur le 1er avril 2016 et ne tient pas compte des ajustements relatifs aux différentes primes reliées aux fonctions.