Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique clinique

Comprendre le développement du langage chez le tout-petit

Par Jessica Lesage, M. P. O., orthophoniste, et Patricia Germain, inf., Ph. D.

Comprendre le développement du langage chez le tout-petit

L’objectif de cet article est de sensibiliser les infirmières aux grandes étapes du développement du langage, aux signes de difficulté et aux moyens de stimulation à privilégier. En effet, les parents ont souvent de nombreuses questions sur ces sujets. Ainsi, dans leur travail quotidien auprès des familles, les infirmières auront davantage de points de repère.

Le développement du langage est l’un des accomplissements les plus remarquables et les plus importants durant la petite enfance. Le bébé communique avec les personnes familières par ses sourires, ses cris et ses pleurs. Rapidement, il passe du babillage à ses premiers mots, puis à ses premières phrases, jusqu’à entretenir une simple conversation avec l’adulte à l’entrée à la maternelle. À ce moment, l’enfant maîtrise assez le langage pour se faire comprendre de tout le monde. Cette acquisition lui permet de maintenir ses relations sociales avec ses pairs et d’apprendre. Le langage constitue l’un des fondements de la réussite scolaire.

Le rythme du développement varie d’un enfant à l’autre, notamment selon la quantité de vocabulaire et la qualité du langage auxquelles il est exposé. Toutefois, les habiletés s’amplifient en suivant une certaine séquence. L’acquisition du langage est un mécanisme fort complexe, puisqu’il comprend l’expression et la compréhension du langage. Au cours des deux premières années de vie de l’enfant, il existe un décalage entre ce qu’il comprend et ce qu’il exprime. (Nous reviendrons sur cet aspect dans l’article de cette série portant sur le développement cognitif.)

 

 


Référence

DU BABILLAGE AU BAVARDAGE : L’IMPRESSIONNANT DÉVELOPPEMENT DU LANGAGE!

«Daviault, D. (2011). «L’émergence et le développement du langage chez l’enfant». Montréal: Chenelière Éducation.
«Développement du langage et alphabétisation – Synthèse». (2018). Dans R. E. Tremblay, M. Boivin, R. De V. Peters et S. Rvachew (dir.), Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants.

Dickinson, D. K., McCabe, A., Anastasopoulos, L., Peisner-Feinberg,E. S. et Poe, M. D. (2003). «The comprehensive language approachto early literacy: The interrelationships among vocabulary, phonological sensitivity, and print knowledge among preschoolaged children». Journal of Educational Psychology, 95(3), 465-481.

Hoff, E. (2009). «Le développement du langage en bas âge: les mécanismes d’apprentissage et leurs effets de la naissance à cinq ans». Dans R. E. Tremblay, M. Boivin, R. De V. Peters et S. Rvachew
(dir.), Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants.Oakhill,J. V. et Cain, K. (2012). «The precursors of reading ability in young readers: Evidence from a four-year longitudinal study». Scientific Studies of Reading, 16(2), 91-121.

Rvachew, S. et Savage, R. (2006). «Preschool foundations of early reading acquisition». Pediatrics & Child Health, 11(9), 589-593.

Sénéchal, M., Ouellette, G. et Rodney, D. (2006). «The misunderstood giant: On the predictive role of vocabulary to future reading». DansS. B. Neuman et D. K. Dickinson (dir.), Handbook of early literacy research: Vol. 2, (p. 173-182). New York: Guilford Press.

Trudeau, N. et Sutton, A. (2011). «Expressive vocabulary and early grammar of 16- to 30-month-old children acquiring Quebec French». First Language, 31(4), 480-507.

DÉTECTION DES DIFFICULTÉS ET INTERVENTION PRÉCOCE

Bishop, D. V. M., Snowling, M. J., Thompson, P. A. et Greenhalgh, T. (2017). «Phase 2 of CATALISE: A multinational and multidisciplinary Delphi consensus study of problems with language development. Terminology». Journal of Child Psychology and Psychiatry, and Allied Disciplines, 58(10), 1068-1080.

Cohen, N. J. (2010). «L’impact du développement du langagesur le développement psychosocial et affectif des jeunes enfants». Dans R. E. Tremblay, M. Boivin, R. De V. Peters et S. Rvachew (dir.), Encyclopédie sur le développement des jeunes
enfants. [En ligne : http://www.enfant-encyclopedie.com/ developpement-du-langage-et-alphabetisation/selon-experts/ limpact-du-developpement-du-langage-sur-le]

Dale, P. S. et Patterson, J. L. (2017). «Dépistage précoce des retards de langage». Dans R. E. Tremblay, M. Boivin, R. De V. Peters et S. Rvachew (dir.), Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants.

Duff, D. et Tomblin, J. B. (2018). «Alphabétisation comme résultat du développement du langage et impact sur le développement psychosocial et affectif des enfants». Dans R. E. Tremblay, M. Boivin, R. De V. Peters et S. Rvachew (dir.), Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants.

Duncan, G. J., Dowsett, C. J., Claessens, A., Magnuson, K., Huston, A. C., Klebanov, P. … Japel, C. (2007). «School readiness and later achievement». Developmental Psychology, 43(6), 1428-1446.

Janus, M., Labonté, C., Kirkpatrick, R., Davies, S. et Duku, E. (2017). «The impact of speech and language problems in kindergarten on academic learning and special education status in grade three». International Journal of Speech-Language Pathology, 21(1), 75-88.

Mok, P. L., Pickles, A., Durkin, K. et Conti-Ramsden, G. (2014). «Longitudinal trajectories of peer relations in children with specific language impairment». Journal of Child Psychology and Psychiatry, and Allied Disciplines, 55(5), 516-527.

Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec (OOAQ). (2016). «Les orthophonistes et les audiologistes, partenaires dans l’égalité des chances» [Mémoire de l’Ordre des orthophonistes et audiologistes du Québec, soumis à la Commission sur l’éducation à la petite enfance le 25 novembre 2016]. Québec: OOAQ.

Paul, R. et Norbury, C. (2012). «Language disorders from infancy through adolescence: Listening, speaking, reading, writing, and communicating». St. Louis, MO: Elsevier.

Simard, M., Lavoie, A. et Audet, N. (2018). «Enquête québécoise sur le développement des enfants à la maternelle 2017». Québec: Institut de la statistique du Québec.

LIRE, CHANTER, JOUER… ET COMMUNIQUER!

Mol, S. E., Bus, A. G., de Jong, M. T. et Smeets, D. J. H. (2008). «Added value of dialogic parent-child book readings: A meta-analysis». Early Education and Development, 19(1), 7-26.

Rodriguez, E. T., Tamis-LeMonda, C. S., Spellmann, M. E., Pan, B. A., Raikes, H., Lugo-Gil, J. et Luze, G. (2009). «The formative role of home literacy experiences across the first three years of life in children from low-income families». Journal of Applied Developmental Psychology, 30(6), 677-694.

Sénéchal, M. et LeFevre, J.-A. (2002). «Parental involvement in the development of children’s reading skill: A five-year longitudinal study». Child Development, 73(2), 445-460.

Sénéchal, M. (2006). «Testing the home literacy model: Parent involvement in kindergarten is differentially related to grade 4 reading comprehension, fluency, spelling, and reading for pleasure». Scientific Studies of Reading, 10(1), 59-87.

Shanahan, T. et Lonigan, C. J. (2013). «Early childhood literacy. The National Early Literacy Panel and beyond». Baltimore: Brookes Publishing.

Tamis-LeMonda, C. S. et Rodriguez, E. T. (2009). «Rôle des parents pour favoriser l’apprentissage et l’acquisition du langage chez les jeunes enfants». Dans R. E. Tremblay, M. Boivin, R. De V. Peters et S. Rvachew (dir.), Encyclopédie sur le développement des jeunes enfants.

Vukelich, C., Christie, J. et Enz, B. J. (2012). «Helping young children learn language and literacy: Birth through kindergarten». Boston: Pearson Education.

Weitzman, E. et Greenberg, J. (2010). «ABC and beyond: Building emergent literacy in early childhood settings». Toronto: Hanen Centre Publication.

Pour aller plus loin