Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité

Connaissez-vous le rôle de l’OIIQ?

05 déc. 2018
Connaissez-vous le rôle de l’OIIQ?

Dans un article récent, nous avons présenté le fonctionnement du système professionnel québécois. Il s’agit d’un système unique à maints égards. Dans le présent article, nous continuons notre exploration du système professionnel en abordant la mission de l’OIIQ et les mécanismes disponibles pour l’accomplir.

 

Quelle est la mission de l’OIIQ?

La mission et la principale raison d’être de l’OIIQ est la protection du public. Tous les ordres professionnels partagent la même mission. Pour ce faire, l’État québécois leur a délégué des pouvoirs de réglementation pour accomplir leur mission. Ce pouvoir inclut l’élaboration de règles, ainsi que le contrôle de la compétence et de l’intégrité des membres.

 

Quels sont les mécanismes de protection du public utilisés par l’OIIQ?

L’OIIQ utilise des mécanismes qui visent le contrôle de la compétence et de l’intégrité des membres, soit :

  • l’admission à la profession, par la délivrance d’un permis;
  • la surveillance de l’exercice de la profession, par l’inspection professionnelle;
  • le développement de la profession, par la formation continue;
  • l’encadrement réglementaire de l’exercice de la profession;
  • le contrôle de l’intégrité de ses membres, par la discipline;
  • le contrôle de l’exercice illégal de la profession et de l’usurpation du titre à l’égard de personnes non membres qui exercent la profession et portent le titre.

 

En quoi l’OIIQ est-il si différent des autres acteurs du système de santé?

L’OIIQ a un rôle prépondérant de protection du public – un rôle qu’il assume en contrôlant la compétence et l’intégrité des infirmières et infirmiers travaillant au Québec. L’OIIQ fait partie d’un écosystème professionnel comprenant plusieurs autres acteurs qui ont des rôles spécifiques : 

  1. Les associations : des regroupements de personnes chargés de défendre les intérêts de leurs membres et de soutenir, d’informer et de favoriser le développement de pratiques dans un domaine particulier.
  2. Les syndicats : organismes créés en vertu de la Loi sur les syndicats professionnels, chargés d’étudier, de défendre et de faire progresser les intérêts économiques, professionnels et sociaux de leurs membres.
  3. Les établissements de santé : milieux cliniques régis par la Loi sur les services de santé et les services sociaux, chargés notamment d’assurer une prestation sécuritaire de services de santé et des services de qualité.
  4. Les établissements d’enseignement : établissements qui veillent à l’accroissement du niveau de connaissance, à l’avancement scientifique et au développement de la collectivité.
  5. Les instituts ou sociétés savantes : à titre d’exemple, l’INRS a pour mission « la recherche fondamentale et appliquée, les études de cycles supérieurs et la formation de chercheurs. Dans le cadre de cet objet et tout en poursuivant les finalités propres de la recherche universitaire, l’Institut doit, de façon particulière, orienter ses activités vers le développement économique, social et culturel du Québec, tout en assurant le transfert des connaissances et des technologies dans l’ensemble des secteurs où il œuvre »

Pour aller plus loin