Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité

COVID-19 : directives à l’intention des infirmières et infirmiers en pratique privée

18 mars 2020
COVID-19 : directives à l’intention des infirmières et infirmiers en pratique privée

Dans la foulée des recommandations émises par le gouvernement du Québec au cours des derniers jours et des autres mesures prises relativement à l’état d’urgence sanitaire lié à la COVID-19, l’OIIQ émet les directives suivantes à l’intention de ses membres exerçant en pratique privée. 

Dès maintenant et jusqu’à nouvel ordre, l’OIIQ recommande à ses membres de reporter tous les rendez-vous non urgents et non essentiels à une date ultérieure.

Pour ce qui est des clients ayant besoin de services urgents en raison de leur condition de santé, les membres doivent exercer leur jugement clinique pour décider, à la suite de leur évaluation, si le client doit être vu par eux ou par un autre professionnel de la santé et déterminer le meilleur moment ainsi que l’endroit approprié.

Si, à la suite de leur évaluation, les membres déterminent qu’il est essentiel de maintenir un rendez-vous et de voir le client en consultation, ils doivent prendre les mesures appropriées en vue de limiter les risques de transmission. En plus de l’équipement de protection individuel (ÉPI), ils doivent appliquer, selon le contexte, les recommandations émises par l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Comme professionnels de la santé, votre habituelle collaboration est sollicitée pour l’application de cette directive dans le but de contribuer à enrayer la propagation de la COVID-19.

Ces directives seront réévaluées périodiquement à la lumière de l’évolution de la situation.

 

À noter que les ordres professionnels ne disposent pas du pouvoir d’ordonner la fermeture des bureaux de professionnels, ces pouvoirs pouvant plutôt être exercés par le gouvernement, notamment dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire déclaré suivant la Loi sur la santé publique. À ce jour, le gouvernement n’a pas ordonné la fermeture des bureaux de professionnels de la santé du secteur privé.