Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité

COVID-19 : le rôle crucial de l’expertise en prévention et contrôle des infections

13 août 2020
COVID-19 : le rôle crucial de l’expertise en prévention et contrôle des infections

Le contexte de la pandémie aura mis de l’avant cette expertise jusqu’à tout récemment peu connue de la population. Quatre infirmières en prévention et contrôle des infections (PCI) nous font part de leur expérience des derniers mois.

La pratique infirmière en PCI exige des connaissances de pointe en épidémiologie, en microbiologie et en maladies infectieuses. Dans le cadre de la pandémie de COVID-19, où les savoirs évoluent au même rythme que les expériences vécues sur le terrain, l’expression « bâtir un avion en plein vol » prend tout son sens.

La PCI propulsée à l’avant de la scène par la COVID-19

« Il y a eu un cas, puis un deuxième, puis huit, douze et 27. La COVID-19 est entrée en CHSLD sans s’annoncer et s’est répandue plus rapidement que notre capacité à la contrôler. La transmission s’est poursuivie sur quelques semaines pendant lesquelles l’expertise essentielle de l’infirmière et de l’infirmier en PCI a été mise de l’avant », se souvient Geneviève Campbell, cheffe de service de la prévention des infections au CIUSSS de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ).

Coaching auprès des équipes sur le port de l’équipement de protection, leadership dans de nombreux comités de gestion d’éclosion, réponse à une panoplie de demandes de consultation et pratique basée sur les dernières données scientifiques disponibles : les compétences de pratique infirmière avancée auront été grandement sollicitées. Concilier PCI et milieu de vie représente également tout un défi, puisqu’il ne s’agit plus uniquement d’appliquer ces notions dans un milieu hospitalier, mais bien de les transmettre à l’ensemble de la population pour que celle-ci les applique au quotidien.

La collaboration interdisciplinaire, essentielle pour contrôler la pandémie

Pour Sophie Nolet et Virginie Maheux, toutes deux conseillères en PCI au CISSS de Chaudière-Appalaches, les derniers mois ont révélé la solidité et la capacité d’adaptation de leur équipe locale de PCI. « Les continuels changements dans les orientations ministérielles devenaient un défi quotidien, autant dans la divulgation que dans l’application des mesures. Ce phénomène nouveau a généré de l’anxiété dans les équipes sur le terrain, ce qui nous a amenées à être encore plus présentes auprès d’elles. L’importance d’une bonne communication a alors pris tout son sens », expliquent-elles. Elles saluent d’ailleurs l’ouverture d’esprit du personnel soignant, sans laquelle leur tâche aurait été nettement plus complexe.

La nécessité de demeurer vigilants

En préparation à la deuxième vague appréhendée, Natasha Desmarteau, candidate ICS-PCI et présidente de l’Association des infirmières en prévention des infections, insiste sur l’importance de maintenir la vigilance en tout temps face à ce virus sournois. Comment? La clé est selon elle de maintenir à jour les connaissances en PCI, par la lecture de nouveaux écrits scientifiques ainsi que par de la formation continue en PCI, et ce, pour l’ensemble des infirmières et infirmiers, peu importe leur milieu de pratique.

 

« Le développement de la pratique infirmière avancée en PCI devrait prendre une place importante dans les prochaines années. Le réseau de la santé a grandement besoin de cette expertise. »

 

Ces infirmières et infirmiers fournissent une expertise basée sur les résultats probants en matière de prévention des infections et assurent une vigie-surveillance des infections au sein des établissements de santé et en santé publique, tout en soutenant les différents partenaires du réseau.

« Parce qu’à travers les épreuves, c’est ce que nous sommes devenus : une communauté tissée serrée où l’entraide et le partage des connaissances et de l’expertise infirmière sont essentiels », conclut-elle.