Communiqué de presse

Dans la foulée de ses travaux, l’OIIQ reconnaît le racisme systémique envers les Premières Nations et Inuit

14 juil. 2021
Dans la foulée de ses travaux, l’OIIQ reconnaît le racisme systémique envers les Premières Nations et Inuit

Montréal, le 14 juillet 2021 — Concernant les circonstances tragiques du décès de Joyce Echaquan au Centre hospitalier régional de Lanaudière en septembre 2020, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) reconnaît l’existence de racisme systémique particulièrement à l’endroit des Premières Nations et des Inuit, dans le prolongement des travaux actuellement menés par un groupe d’experts instauré ce printemps. 

« L’OIIQ a pris un engagement ferme en octobre 2020 devant le décès de Mme Echaquan et est à pied d’œuvre depuis sur plusieurs fronts, afin de ne plus jamais voir pareille situation se reproduire. Aujourd’hui, il est important de reconnaître le racisme systémique à l’endroit des Premières Nations et Inuit au sein du réseau de la santé et des services sociaux afin de mettre en place des actions structurantes pour favoriser un rapport plus égalitaire et plus juste entre ces communautés et les infirmières et infirmiers, de leur assurer l’accès aux soins et une prestation sécuritaire auxquels ils ont droit et, ainsi, de reconstruire la relation de confiance », a affirmé Luc Mathieu, président de l’OIIQ.

Fortement interpelé par toutes les questions touchant la discrimination et le racisme sous toutes ses formes, l’OIIQ a créé ce groupe d’experts afin qu’il dépose un énoncé de position à faire adopter par le Conseil d’administration (CA) de l’OIIQ. En tant qu’ordre professionnel, l’OIIQ vise à promouvoir, dans la pratique infirmière, des relations optimales et la sécurisation culturelle auprès de ces communautés. Pour y arriver, il se donne les moyens de sensibiliser ses membres sur cette question et de les inciter à développer des compétences en la matière. L’énoncé de position sera soumis pour adoption au CA de l’OIIQ à l’automne 2021 et rendu public en novembre prochain lors de l’Assemblée générale annuelle des membres de l’OIIQ.

L’OIIQ a aussi demandé à son Comité de la formation d’émettre un avis sur la formation initiale des infirmières et infirmiers concernant les relations interculturelles et la sécurisation culturelle des Premières Nations et des Inuit. Des travaux sont en cours afin de déterminer et de mettre en place des activités de formation continue pour les infirmières et infirmiers dans le but de renforcer les connaissances et les compétences sur ces sujets.  

En savoir plus : 

 

À propos de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec 

L’OIIQ est le plus grand ordre professionnel dans le domaine de la santé au Québec. Il est régi par la Loi sur les infirmières et les infirmiers et par le Code des professions. L’OIIQ est également guidé par ses valeurs de gouvernance que sont la confiance, la bienveillance, le respect et l’équité. Il compte quelque 80 500 membres et 15 400 étudiantes et étudiants immatriculés. Sa mission est d’assurer la protection du public par et avec les infirmières et infirmiers, tout en veillant à l’amélioration de la santé des Québécois. L’OIIQ a également pour mandat d’assurer la compétence et l’intégrité des infirmières et infirmiers du Québec, ainsi que de contribuer à la promotion d’une pratique infirmière de qualité.