Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique professionnelle
Perspective infirmière | Automne 2021

Délirium des personnes âgées hospitalisées

Diminution des signes de délirium, de l’utilisation des agents pharmacologiques, des chutes et des contentions grâce à l’évaluation infirmière et aux interventions non pharmacologiques.

Marie-Soleil Hardy, inf., Ph. D., Clémence Dallaire, inf., Ph. D., Saphyre Chamberland, inf., B. Sc. et Stéphane Turcotte, M. Sc. (Biostatistique).

Délirium des personnes âgées hospitalisées
Pratique clinique | Délirium des personnes âgées hospitalisées

À l’instar d’autres pays occidentaux, le vieillissement de la population est l’un des plus grands défis des systèmes de santé canadien et québécois. L’augmentation du nombre de personnes âgées dans les établissements de soins en est une conséquence importante. Le délirium constitue l’un des plus importants syndromes cliniques observés chez les personnes âgées hospitalisées.

Il y a une dizaine d’années, environ 45 % des journées d’hospitalisation au Québec concernaient des personnes âgées de 65 ans et plus, alors qu’elles ne représentaient que 14 % de la population (MSSS, 2011). Si l’on se fie aux prévisions, le pourcentage d’hospitalisation devrait presque doubler d’ici 2035.

La littérature scientifique et l’expérience des praticiennes et praticiens démontrent que pour les personnes âgées, l’hospitalisation est un facteur de risque d’un déclin de capacités fonctionnelles et de perturbations cognitives. En général plus vulnérables que les plus jeunes, elles sont plus susceptibles d’être affectées par des pratiques en milieu hospitalier moins adaptées à leurs conditions (MSSS, 2011). De plus, la polypharmacie, en particulier l’administration de médicaments ayant des effets anticholinergiques, et les contraintes physiques sont les principaux facteurs précipitants du délirium. Ils augmenteraient jusqu’à 4,5 fois le risque de délirium en milieu hospitalier (Inouye, Westendorp et Saczynski, 2014).

Avec l’immobilisation, le délirium constitue le plus important syndrome clinique chez les personnes âgées hospitalisées. En fait, le délirium est un syndrome organique d’installation aiguë ou subaiguë, habituellement transitoire et réversible, très fréquent chez la personne âgée (MSSS, 2011). De surcroît, chez celles hospitalisées, la prévalence du délirium peut varier de 18 à 35 % et durant une hospitalisation en soins généraux, son incidence varierait de 29 à 64 % (Inouye et al., 2014).

Les effets d’un délirium incluent la prolongation de la durée de séjour du patient, un besoin de soins et de surveillance après son congé de l’hôpital, l’augmentation de certaines complications et une hausse de morbidité et de mortalité (MSSS, 2011; Ryan et al., 2013). Le délirium est également associé à des pertes fonctionnelles et cognitives (Inouye et al., 2014).


Références

Aiken, L.H., Sloane, D.M., Bruyneel, L., Van den Heede, K. et Sermeus, W. (2013). «Nurses’ reports of working conditions and hospital quality of care in 12 countries in Europe». International Journal of Nursing Studies, 50(2), 143-153.

Ball, J.E., Bruyneel, L., Aiken, L.H., Sermeus, W., Sloane, D.M., Rafferty, A.M. … Griffiths, P. (2018). «Post-operative mortality, missed care and nurse staffing in nine countries: A cross-sectional study». International Journal of Nursing Studies,78, 10-15.

Flanders, N.A., Fishbein, M. et Ajzen, I. (1975). «Belief, attitude, intention and behaviour: An introduction to theory and research». Don Mills, ON: Addison-Wesley.

Godin, G., Bélanger-Gravel, A., Eccles, M. et Grimshaw, J. (2008). «Healthcare professionals’ intentions and behaviours: A systematic review of studies based on social cognitive theories». Implementation Science, 3(36).

Hshieh, T.T., Yue, J., Oh, E., Puelle, M., Dowal, S., Travison, T. et Inouye, S.K. (2015). «Effectiveness of multi-component non-pharmacologic delirium interventions: A meta-analysis». JAMA Internal Medicine, 175(4), 512-520. Repéré à https://doi.org/10.1001/jamainternmed.2014.7779

Inouye, S.K., Bogardus Jr., S.T., Charpentier, P.A., Leo-Summers, L., Acampora, D., Holford, T.R. et Cooney Jr., L.M. (1999). «A multicomponent intervention to prevent delirium in hospitalized older patients». New England Journal of Medicine, 340(9), 669-676.

Inouye, S.K., Westendorp, R.G.J. et Saczynski, J.S. (2014). «Delirium in elderly people». Lancet, 383(9920), 911-922.

Kukreja, D., Günther, U. et Popp, J. (2015). «Delirium in the elderly: Current problems with increasing geriatric age». The Indian Journal of Medical Research, 142(6), 655-662.

Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). (2011). «Approche adaptée à la personne âgée en milieu hospitalier – Cadre de référence». Québec: MSSS.

Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). (2014). «Approche non pharmacologique visant le traitement des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence». Québec: MSSS.

Popp, J. et Arlt, S. (2011). «Pharmacological treatment of dementia and mild cognitive impairment due to Alzheimer’s disease». Current Opinion in Psychiatry, 24(6), 556-561.

Ryan, D.J., O’Regan, N.A., Caoimh, R.Ó., Claire, J., O’Connor, M., Leonard, M. … Timmons, S. (2013). «Delirium in an adult acute hospital population: Predictors, prevalence and detection». British Medical Journal, 3(1), 9. Repéré à https://doi.org/10.1136/bmjopen-2012-001772

Siddiqi, N., House, A.O. et Holmes, J.D. (2006). «Occurrence and outcome of delirium in medical in-patients: A systematic literature review». Age & Ageing, 35(4), 350-364.

Pour aller plus loin