Communiqué de presse

Dépôt du rapport de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse

L’expertise infirmière encore méconnue constitue un filet de sécurité dont on ne peut se passer auprès des personnes vulnérables
04 mai 2021
Dépôt du rapport de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse

Montréal, le 4 mai 2021 — L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) salue la démarche exhaustive ayant mené au dépôt du rapport de la Commission spéciale sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse, sous la présidence de Mme Régine Laurent, « Instaurer une société bienveillante pour nos enfants et nos jeunes ». D’un point de vue de protection du public, mettre l’accent sur des interventions en prévention est garant d’un meilleur avenir pour l’enfant et sa famille. En matière de promotion de la santé physique et mentale, de soins et de services de première ligne et de vision inclusive, l’OIIQ désire insister sur le rôle incontournable de l’expertise infirmière pour agir contre la maltraitance et favoriser la mise en place d’une société bienveillante pour tous.

Pour ce faire, l’OIIQ est d’avis que la Direction nationale des soins infirmiers devrait être invitée à participer au groupe interministériel mis en œuvre par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec. Des solutions existent et sont à notre portée, et peuvent être mises en place. À cet égard, l’OIIQ offre son entière collaboration.

 

Le rôle infirmier est un incontournable

De la prévention à la protection, de l’enfance à la vie adulte, ou lorsqu’il s’agit d’interventions auprès des populations vulnérables ainsi que des communautés culturelles et autochtones, une contribution infirmière forte s’avère un allié crucial dans l’offre de soins et de services. En raison de leur capacité à évaluer la condition physique et mentale selon une approche biopsychosociale, les infirmières et infirmiers sont des collaborateurs sociaux hors pair et peuvent accompagner les familles et prendre en charge le développement des enfants et des jeunes. Ils prodiguent des soins sécuritaires et de qualité, dirigent vers un autre professionnel lorsque requis, assurent le suivi clinique et veillent au bien-être global de la personne, et ce, tout au long de sa vie.

« Les infirmières et infirmiers sont de véritables remparts contre la maltraitance et des navigateurs aguerris au sein du réseau de la santé et des services sociaux. Ils peuvent évaluer un enfant qui n’est pas encore admissible à l’éducation préscolaire et qui présente des indices de retard de développement. Rappelons que les enfants en situation de vulnérabilité pourraient se retrouver ensuite en difficulté sur les bancs d’école et même plus tard au niveau secondaire. Les infirmières et infirmiers peuvent non seulement éviter la fragmentation des soins et services, mais également assurer leur continuité pour améliorer les conditions de santé et de rétablissement. Ils doivent par conséquent prendre une part plus importante dans l’offre de soins et de services », a affirmé Luc Mathieu, président de l’OIIQ.

Des études montrent une prévalence élevée de problèmes et de maladies chez les jeunes en centre de réadaptation, d’où la valeur ajoutée des infirmières praticiennes spécialisées et infirmiers praticiens spécialisés, qui peuvent dorénavant exercer auprès de ces clientèles à l’égard de problèmes de santé.

 

De là toute l’importance de la collaboration interprofessionnelle

Que les infirmières et infirmiers exercent en périnatalité, en milieu scolaire ou même à l’occasion en centres jeunesse, leur expertise combinée à celle des professionnels des services sociaux constitue une avenue optimale et à privilégier. Cette collaboration professionnelle doit s’appuyer sur le fait de pouvoir compter sur des infirmières et infirmiers en nombre suffisant et formés au niveau universitaire.

 

À propos de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

L’OIIQ est le plus grand ordre professionnel dans le domaine de la santé au Québec. Il est régi par la Loi sur les infirmières et les infirmiers et par le Code des professions. L’OIIQ est également guidé par ses valeurs de gouvernance que sont la confiance, la bienveillance, le respect et l’équité. Il compte quelque 80 000 membres et près de 15?400 étudiants immatriculés. Sa mission est d’assurer la protection du public par et avec les infirmières et infirmiers, tout en veillant à l’amélioration de la santé des Québécois. L’OIIQ a également pour mandat d’assurer la compétence et l’intégrité des infirmières et infirmiers du Québec ainsi que de contribuer à la promotion d’une pratique infirmière de qualité.