Devenir partenaire de l'OIIQ

 

 

 

Chronique recrutement

Marketing numérique : l’OIIQ arrime sa nouvelle offre aux défis d’aujourd’hui

Par Anne-Hélène Dupont

|
26 nov. 2018
Marketing numérique : l’OIIQ arrime sa nouvelle offre aux défis d’aujourd’hui

Les dépenses de publicité en ligne dépassent désormais en valeur totale celles qui sont effectuées sur les médias traditionnels. Dans le but d’aider ses partenaires à composer avec les enjeux de cette nouvelle réalité, l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a conçu une nouvelle trousse média qu’il a dévoilée lors de l’édition 2018 de son congrès annuel, au cours d’une conférence offerte gracieusement à ses partenaires.

Le développement des plateformes numériques a complètement redéfini les habitudes de consommation et de recherche d’emploi. « Avant d’effectuer un achat, 78 % des Québécois consultent désormais au moins une source numérique », a souligné Jonathan Nicolas, stratège en marketing numérique et fondateur de l’agence GLO.

Dans ce contexte, nulle stratégie publicitaire ne peut aujourd’hui se passer d’une présence en ligne. Mais encore faut-il savoir relever les défis du marketing numérique.

 

La qualité des placements : un enjeu de taille

Un bandeau annonçant des vacances au soleil sous un texte relatant un écrasement d’avion, une publicité pour le quotidien The Guardian au début de la vidéo d’un groupe religieux extrémiste… Ces associations aussi fâcheuses que réelles illustrent le principal enjeu du marketing numérique : celui de la qualité des placements publicitaires.

Pour effectuer des investissements publicitaires qui enverront un message approprié, et ce, à la clientèle que l’on cible réellement, Jonathan Nicolas préconise deux solutions.

D’abord, « revenir à des partenaires publicitaires fiables pour éviter de mauvaises associations ». Le fondateur de GLO propose de traiter directement avec les sites sur lesquels on désire afficher ses publicités et d’éviter les consoles publicitaires. Celles-ci sont en effet responsables de nombreux couplages douteux, sans compter le manque de fiabilité de leurs données sur le nombre de vues.

Plutôt que de miser sur les fenêtres surgissantes (les agaçants « pop-up ») et les bandeaux, le spécialiste en marketing numérique conseille de choisir la publicité native, souvent présentée sous forme de vidéo ou d’article en marge d’un contenu éditorial. « Tant sur le plan du contenu que de la forme, la publicité native s’harmonise mieux au contenu du site où elle apparaît », explique Jonathan Nicolas.

 

La nouvelle offre média de l’OIIQ

Avec en tête ces enjeux de qualité, l’OIIQ a développé une nouvelle trousse média adaptée aux besoins de ses partenaires.

L’OIIQ a en effet repensé entièrement son offre publicitaire, qui se décline dans différents médias : la nouvelle version intégrée du site Web oiiq.org (400 000 pages vues chaque mois), l’infolettre InfOIIQ (plus de 74 000 abonnés) et le magazine papier Perspective infirmière (lu régulièrement par 90 % des membres de l’OIIQ), sans oublier le Congrès annuel de l’OIIQ et son salon des exposants, que visitent 97 % des congressistes.

À cette diversité des plateformes s’ajoute toute une palette de formats publicitaires : tuiles, bannières et îlots sur le site Web, affichages dans l’infolettre et portions de pages du magazine, entre autres.

Besoin de soutien pour le graphisme de vos publicités ou la rédaction de vos contenus marketing? L’OIIQ met aussi à votre disposition un accompagnement créatif à la carte.

Qu’il s’agisse de promouvoir une offre d’emploi ou une formation, de faire connaître un produit ou de renforcer votre image de marque, l’OIIQ vous ouvre la porte du plus grand réseau de professionnels au Québec et vous donne accès à un accompagnement expert, avec un seul objectif : vous aider à atteindre vos cibles marketing.