Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

L'OIIQ vous répond

Droit de prescrire : des réponses à vos questions les plus fréquentes

Par Marie-Eve Arsenault, inf., B. Sc. inf., conseillère à la consultation professionnelle, Magali Morin, inf., M. Sc., conseillère à la qualité de la pratique, et Chantale Desbiens, inf., M. Sc. inf., directrice adjointe, pratique infirmière, Direction, Développement et soutien professionnel

|
10 janv. 2020
Droit de prescrire : des réponses à vos questions les plus fréquentes

Depuis le 11 janvier 2016, plus de 9 000 membres de la profession peuvent prescrire dans certains domaines en vertu du Règlement sur certaines activités professionnelles qui peuvent être exercées par une infirmière et un infirmier, pris en application de la Loi médicale.

L’exercice de ces activités professionnelles s’effectue en complémentarité avec les 17 activités réservées propres au champ d’exercice infirmier. Le fait d’avoir un numéro de prescripteur permet à l’infirmière de compléter son intervention, ce qui contribue ainsi à une meilleure accessibilité aux soins pour la population.

Ce que vient ajouter le droit de prescrire dans le domaine de la santé publique (ITSS)

Dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique, et en conformité avec le Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang (MSSS, 2017), l’infirmière peut procéder aux tests de dépistage de l’infection à Neisseria gonorrhoeae, de l’infection à Chlamydia trachomatis, de la syphilis, de l’hépatite B, de l’hépatite C et du VIH.

L’infirmière peut prescrire le traitement médicamenteux requis selon le protocole national en vigueur (INESSS, 2015). Cette activité vise uniquement les personnes asymptomatiques, car la notion de dépistage sous-entend ce type de clientèle.

 

 


Références

«Code de déontologie des infirmières et infirmiers», RLRQ, c. I-8, r. 9.

Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS). (2015). «Traitement pharmacologique ITSS. Infection à Chlamydia trachomatis, infection à Neisseria ghonorrhoeae». Repéré à https://www.inesss.qc.ca

Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). (2017). «Guide québécois de dépistage des infections transmissibles sexuellement et par le sang». Repéré à https://publications.msss.gouv.qc.ca/msss/fichiers/2019/19-308-13W.pdf

Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ). (2019). «Liste des médicaments de la Régie de l’assurance maladie du Québec». Repéré à http://www.ramq.gouv.qc.ca/SiteCollectionDocuments/liste_med/2019/liste_med_2019_11_14_fr.pdf

Pour aller plus loin