Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Développement professionnel (ACFA)
2 crédits de formation continue

Électrocardiogramme : comment le lire et l’interpréter?

Par Jean-Dominic Rioux, IPSSA et Amilie Lebrun, IPSSA

|
31 oct. 2018
Électrocardiogramme : comment le lire et l’interpréter?
Crédit photo :  Evgeniy Kalinovskiy / Shutterstock

Le diagnostic clinique que posera le médecin dépend en grande partie de l’évaluation de l’histoire clinique de la maladie et de l’examen physique. Évaluer la condition physique et mentale d’une personne symptomatique ainsi qu’exercer une surveillance clinique de la condition des personnes dont l’état de santé présente des risques, incluant le monitorage, constituent des activités réservées de l’infirmière. L’électrocardiogramme (ECG), en tant que moyen de monitorage cardiaque, peut confirmer l’hypothèse diagnostique. Dans certains cas, il est indispensable à la prise en charge du patient, afin de détecter des changements du rythme cardiaque, une étiologie des douleurs thoraciques ou de la dyspnée.

Objectifs d'apprentissage

  • Analyser les résultats d’un électrocardiogramme (ECG) avec une approche structurée.
  • Reconnaître les valeurs normales d’un rythme cardiaque sinusal.
  • Distinguer les différentes composantes d’un ECG.

L’ECG est une projection graphique de l’activité électrique du muscle cardiaque. Le premier enregistrement d’un ECG a vu le jour il y a plus d’un siècle grâce à Willem Einthoven. Malgré les avancées technologiques, cet outil clinique joue toujours un rôle central en cardiologie. Simple et peu coûteux, il permet de suivre l’évolution des patients ayant des problèmes d’étiologie cardiaque. Il est le plus utile pour interpréter le rythme cardiaque, pour repérer des anomalies du système de conduction ou pour détecter une ischémie myocardique. En cas de douleur rétrosternale, de dyspnée subite, de palpitations, de lipothymie, de syncope ou pour surveiller la réponse à un médicament (spécialement les antiarythmiques, dont les bêtabloqueurs), il fournit un nombre considérable d’informations à ne pas négliger dans l’évaluation du patient (Goldberger, Goldberger et Shvilkin, 2013).

Simple à effectuer, son analyse semble toutefois plus complexe qu’il n’y paraît, mais nul doute que l’habileté à interpréter un ECG s’améliorera avec la pratique. Il ne faut surtout pas hésiter à discuter de ses analyses avec ses collègues afin de développer son aptitude à reconnaître les changements électrocardiographiques les plus courants. Cependant, avant tout, il importe de connaître certains principes de base de l’enregistrement d’un ECG et d’être systématique au moment de son analyse, afin de ne rien oublier.

 

Lire l'article intégral

 

 


Références

AlGhatrif, M. et Lindsay, J. (2012). « A brief review: history to understand fundamentals of electrocardiography ». Journal of Community Hospital Internal Medicine Perspectives, 2(1), 1-5.
Arenja, N., Cron, T. et Kühne, M. (2013). « Signes cliniques et ECG des arythmies cardiaques ». Forum Médical Suisse, 13(12), 241-247.
Beaumont, J.-L. (2006). « Les arythmies cardiaques: un guide clinique et thérapeutique » (5e éd.). Montréal, QC: Gaëtan Morin.
Beaumont, J.-L. (2017). « Les arythmies cardiaques: un guide clinique et thérapeutique » (7e éd.). Montréal, QC: Gaëtan Morin.
Bonvini, R. F. et Camenzind, E. (2004). « Electrocardiogram artefacts caused by an abdominal electrostimulator ». Medical Journal of Australia, 181(8), 455.
« Calcul de la fréquence cardiaque ». (n.d.). AssistantINHALO.com.
Dubin, D. (2000). « Rapid interpretation of EKG’s: Dr. Dubin’s classic, simplified methodology for understanding EKG’s » (6e éd.). Tampa, FL: Cover Pub Company.
« ECG Interpretation made incredibly easy » (5e éd.). (2011). Ambler, PA: Lippincott Williams & Wilkins.
Goldberger, A. L. (2006). « Clinical electrocardiography: a simplifi ed approach » (7e éd.). Philadelphie : Mosby Elsevier.
Goldberger, A. L., Goldberger, Z. D. et Shvilkin, A. (2013). « Goldberger’s clinical electrocardiography: a simplified approach » (8e éd.). Philadelphie, PA: Elsevier Saunders.
Grauer, K. (2014). « ECG Interpretation ».
Lalonde, G. et Primeau, E. (2016). « Coeur et circulation: électrocardiogrammes » (Cahier d’exercices MMD2229). Montréal, QC: Université de Montréal.
Lilly, L. S. (2016). « Pathophysiology of heart disease: A collaborative project of medical students and faculty » (6e éd.). Philadelphie, PA: Wolters Kluwer.
Morris, F., Brady, W. J. et Camm, J. (2003). « ABC of clinical electrocardiography ». Oxford, UK: BMJ Books.
Piquard, L. (2016). « Comprendre l’ECG (électrocardiogramme), un défi osé? ». Actusoins, (17).
Price, D. (2010). « How to read an electrocardiogram ECG. Part one: Basic principles of the ECG. The normal ECG ». South Sudan Medical Journal, 3(2).
St-Pierre, J., Fortin, A., Parent, M. et Drolet, B. (2015). « Description de l’effet sur l’ECG de l’ajout d’un médicament pouvant prolonger l’intervalle QTc ». Pharmactuel, 48(3).
Taboulet, P. (2010). « L’ECG de A à Z ». Paris: Maloine.
Taboulet, P. (2018). « 100 ECG indispensables ». Tours, France: S Éditions.
Willis Hurst, J. (1998). « Naming of the waves in the ECG–With a brief account of their genesis ». Circulation, 98, 1937-1942.