Professional practice

 

Resources for nurses

 

Éditorial du président

Ce que nous révèle la crise de la COVID-19

Luc Mathieu, inf., D.B.A. 

|
2020 May 15
Ce que nous révèle la crise de la COVID-19

Avant tout, la crise de la COVID-19 nous a permis collectivement de constater que l’expertise de la profession infirmière est un incontournable en matière de soins à la population, encore plus en période de pandémie. Tout le Québec reconnaît aujourd’hui l’importance de la contribution des infirmières et infirmiers et leur détermination à bien soigner malgré les inquiétudes et la peur, bien légitimes en cette période de crise. Les remerciements proviennent de tous les secteurs de la société.

L’offre de soins en CHSLD : un modèle à renouveler

Disons-le, cette pandémie a non seulement bouleversé la vie de tous les soignants et de tous les Québécois, mais elle a de plus exposé au grand jour les limites du modèle de soins prodigués aux personnes âgées, notamment celles vivant en résidence ou en CHSLD – parmi les plus vulnérables de notre société. Depuis des années, plusieurs organisations, dont l’Ordre, ont décrié le manque de ressources et d’expertise disponibles en CHSLD. Aujourd’hui, 8,5 millions de Québécois sont à même de constater avec nous que les CHSLD sont les parents pauvres du réseau de la santé. Ils ne sont pas que des milieux de vie; ils sont aussi des milieux de soins où, le plus souvent, les bénéficiaires sont des résidents atteints de pathologies multiples, ce qui complexifie l’évaluation de leur état de santé physique et mentale – pierre angulaire de la pratique infirmière. L’expertise de l’équipe de soins devient alors un enjeu incontournable et, en ce sens, les infirmières et infirmiers jouent un rôle de premier plan, étant le centre de coordination des soins à offrir.

Aujourd’hui, le Québec est solidaire; tous se mettent à la tâche pour sortir de la crise le mieux possible. Demain, à l’issue de cette crise, il faudra aussi être tous au rendez-vous, aux côtés du gouvernement, afin de mettre un terme à ce modèle de soins qui a indéniablement atteint ses limites et démontré son inefficacité. Je le redis, l’Ordre offre à Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, et à Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux, toute sa collaboration pour revoir le modèle de soins aux personnes âgées, du domicile au CHSLD, et placer au centre des soins l’expertise infirmière, car c’est de cela qu’il est question. Ces personnes ont besoin de soins infirmiers de haut niveau.

Faire connaître et reconnaître notre expertise

L’enjeu de l’heure pour notre profession est de faire connaître et reconnaître nos compétences et notre expertise. L’Ordre le répète depuis longtemps : nous, les infirmières et infirmiers, devons prendre notre place en tant que professionnels. Maintenant, nous devons faire mieux; nous devons exiger cette connaissance et cette reconnaissance de notre savoir pour le plus grand bénéfice des patients.

Il est remarquable qu’au cours des dernières semaines, plusieurs personnes aient laissé entendre qu’un médecin pouvait accomplir les activités infirmières en CHSLD. De tels propos trahissent une profonde méconnaissance de notre profession et des savoirs et compétences spécifiques requis pour exercer en CHSLD. Il est temps de l’affirmer haut et fort : le savoir infirmier est un savoir spécifique; ce n’est pas une partie du savoir du médecin.

Notre engagement

Nous nous engageons à poursuivre nos démarches auprès de la ministre de la Santé et des Services sociaux et de la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, afin de faire reconnaître l’expertise de pointe requise en CHSLD dans le cadre de la pratique infirmière. En effet, l’évaluation de la condition physique et mentale en CHSLD repose sur des connaissances et compétences avancées. En outre, l’activité d’évaluer la douleur chez les personnes présentant des atteintes neurocognitives, des symptômes comportementaux et psychologiques de la démence et des problèmes de déglutition ne peut être confiée à des personnes qui ne possèdent pas le bagage professionnel et académique pour ce faire.

La pratique infirmière en CHSLD peut représenter une pratique professionnelle empreinte de défis. ll est possible de faire carrière en CHSLD – tout dépend encore de notre capacité à faire reconnaître la spécificité de notre expertise. Au nom des patients, nous devons agir!

Vivre et mourir dans la dignité doit être à la portée de tous. Nous sommes nombreux, nous sommes quelque 78 000 professionnels de la santé. Vous savez, autant de voix qui s’expriment et exigent une qualité de soins pour ceux qui ont bâti le Québec d’aujourd’hui peuvent faire la différence.

Exigeons cette qualité de soins pour tous!

 

Pour aller plus loin