Actualité

Rapport de la protectrice du citoyen du Québec : l’OIIQ rappelle que le rôle infirmier est un incontournable en CHSLD

2020 Dec 11
Rapport de la protectrice du citoyen du Québec : l’OIIQ rappelle que le rôle infirmier est un incontournable en CHSLD

Bien avant la crise sanitaire, l’OIIQ décriait les conditions de vie en CHSLD et le nombre insuffisant d’effectifs infirmiers.

Le rapport d’étape de Mme Rinfret, la protectrice du citoyen du Québec, qui présente les lacunes de la gestion de la crise sanitaire dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) durant la première vague de la pandémie, est accablant. Son constat est sans équivoque : le gouvernement a failli lamentablement à honorer sa responsabilité à assurer la sécurité et la dignité des personnes vulnérables hébergées en CHSLD, qui ont été l’angle mort de la préparation à la pandémie, alors que les efforts se sont massivement concentrés sur les hôpitaux.

 

Prestation adéquate et sécuritaire des soins

Depuis plusieurs années, et ce, bien avant la crise sanitaire, l’OIIQ a décrié les conditions de vie des personnes hébergées et le nombre insuffisant d’effectifs infirmiers dans ces milieux, alors que les besoins et la complexité des soins des personnes hébergées augmentent. La crise aura exacerbé et mis en lumière cette problématique, qu’il est impératif pour le gouvernement de régler, et la vision hospitalocentriste de l’organisation des soins au Québec, qui a été soulevée à plusieurs reprises par l’OIIQ. Investi de sa mission de protection du public, l’OIIQ demande de nouveau que la prestation sécuritaire des soins et services en CHSLD soit un enjeu de première instance.

Les CHSLD sont des milieux de vie, mais aussi des milieux de soins. En effet, les résidents ont un grand besoin en soins infirmiers, des soins indispensables vu leur état de santé souvent précaire, sans quoi leur santé physique ou cognitive peut se détériorer de façon parfois irréversible. L’importance du déploiement de l’expertise infirmière en quantité et en compétence suffisantes en CHSLD n’est plus à démontrer.

 

Le rôle infirmier : un incontournable en CHSLD

Ce sont les infirmières et infirmiers qui déterminent les orientations cliniques et qui les communiquent à l’ensemble de l’équipe de soins. Il est important de veiller aussi à leur recrutement, à leur formation et à leur rétention, ainsi qu’à la reconnaissance de leurs compétences spécifiques, entre autres en matière d’évaluation et de prévention et contrôle des infections – des interventions on ne peut plus essentielles en situation de pandémie.

En se rappelant que la grande majorité des décès liés à la COVID-19 ont eu lieu dans des CHSLD au cours de la première vague, il est urgent de revoir la composition des équipes en vue de permettre aux résidents d’y recevoir des soins de haut niveau, donnés par des équipes de soins qualifiées, compétentes et en nombre suffisant. De hauts standards d’évaluation de leur condition de santé, de surveillance et de suivi clinique devront devenir la règle. En ce sens, il faut également que les gestionnaires de proximité accordent toute la prépondérance aux soins infirmiers afin de mettre en place les meilleures pratiques visant à améliorer la santé et la qualité de vie de ces personnes fragilisées.