Actualité

COVID-19 : quelles activités peuvent effectuer celles et ceux qui font un retour à la profession?

Mise à jour le 11 décembre 2020
2020 Apr 14
COVID-19 : quelles activités peuvent effectuer celles et ceux qui font un retour à la profession?

D’anciens membres de l’OIIQ font un retour à la pratique afin de soutenir les efforts de prévention et de contrôle de la COVID-19.

Les personnes qui obtiennent une autorisation spéciale d’état d’urgence sanitaire peuvent exercer la profession infirmière, y compris toutes les activités réservées.

Quant aux personnes non admissibles à l'autorisation spéciale d'état d’urgence sanitaire, elles peuvent obtenir un droit d’exercice limité aux activités d’évaluation, d’enseignement et de conseil liées à la prévention et au contrôle de la COVID-19. S’ajoutent également la technique de prélèvement pour dépister la COVID-19 et celle d’administration d’un vaccin, selon certaines conditions. Toutes ces activités et techniques sont permises pour la durée de l’état d’urgence sanitaire. Voici en quoi elles consistent.

 

Effectuer une évaluation liée à la prévention et au contrôle de la COVID-19

Cette activité consiste à poser un jugement clinique sur la condition physique et mentale d’une personne pouvant présenter ou non des symptômes cliniques d’infection à la COVID-19 et à en communiquer les conclusions.

L’évaluation permet de distinguer l’anormalité de la normalité, de détecter des complications, de déceler des problèmes de santé, de déterminer le degré de gravité ou d’urgence de la situation de santé de la personne ainsi que d’établir les priorités et les conditions d’intervention.

 

Prodiguer de l’enseignement et des conseils liés à la prévention et au contrôle de la COVID-19

Cette activité consiste à donner des conseils avisés ou à faire des recommandations à caractère préventif et anticipatoire, en lien avec l’état de la personne ou la situation vécue.

 

Faire la technique de prélèvement nasopharyngé/oropharyngé pour le test de dépistage de la COVID-19 sans ordonnance

Les infirmières et infirmiers ayant un droit d’exercice limité peuvent faire cette technique aux conditions suivantes :

  • s’assurer d’obtenir, le cas échéant, la formation requise visant à assurer la mise à jour de leurs connaissances relativement à la technique de prélèvement nasopharyngé/oropharyngé, afin de respecter leur obligation déontologique d’agir avec compétence dans l’accomplissement de leurs obligations professionnelles et de tenir compte des limites de leurs habiletés et connaissances;
  • la présence sur place de l’un des professionnels suivants : infirmière ou infirmier, médecin, inhalothérapeute, infirmière ou infirmier auxiliaire, ou technologiste médical.

 

Faire la technique visant l’administration d’un vaccin contre l’influenza, les infections à pneumocoque ou la COVID-19

De plus, les infirmières et infirmiers ayant un droit d’exercice limité peuvent faire cette technique aux conditions suivantes :

  • s’assurer d’obtenir, le cas échéant, la formation requise visant à assurer la mise à jour de leurs connaissances relativement à l’administration d’un vaccin, afin de respecter leur obligation déontologique d’agir avec compétence dans l’accomplissement de leurs obligations professionnelles et de tenir compte des limites de leurs habiletés et connaissances;
  • la présence sur place de l’un des professionnels suivants pour procéder à l’évaluation préalable à la vaccination, assurer la surveillance clinique post-vaccinale et intervenir en situation d’urgence : infirmière ou infirmier, médecin, sage-femme, inhalothérapeute ou pharmacien.

 

Obligations déontologiques

Rappelons qu’en tout temps, les personnes détenant une autorisation spéciale d’état d’urgence sanitaire ainsi que les infirmières et infirmiers ayant un droit d’exercice limité doivent, dans l’exercice de leurs fonctions, respecter le Code de déontologie des infirmières et infirmiers, notamment l’obligation d’agir avec compétence en s’assurant de tenir compte de leurs limites, de leurs habiletés et de leurs connaissances.

Retour à la profession infirmière en lien avec la COVID-19

L’OIIQ a mis en place un processus pour que les personnes souhaitant effectuer un retour à la profession en vue de participer à la prévention et au contrôle de la COVID-19 puissent le faire facilement et sans frais.

Prenez connaissance des étapes à suivre selon votre situation

L’OIIQ tient à remercier chaleureusement les anciens membres qui font un retour à la profession en vue de prêter main-forte au réseau de la santé dans ce combat contre la COVID-19.

 

Pour en savoir plus