Professional practice

 

Resources for nurses

 

Pratique professionnelle
Contenu Clinique | 12 mars 2021

La vaccination contre la COVID-19 : une responsabilité professionnelle et populationnelle

Geneviève Boily, B. Sc., B.Sc. inf., M. Sc.

La vaccination contre la COVID-19 : une responsabilité professionnelle et populationnelle

Un an après l'arrivée du virus au Québec, en plein cœur de la deuxième vague, la vaccination contre la COVID-19 est en cours. La population a des questions par rapport à la vaccination. L’infirmière en vaccination joue un rôle incontournable d’accompagnement pour répondre à ces questions et bien expliquer les recommandations.  Retour sur la situation au Québec, les stratégies adoptées, les vaccins et le processus de vaccination.

Questionnements sur la vaccination contre la COVID-19

Ces deux cas illustrent certains questionnements légitimes pour les Québécois, qu’ils soient ou non des travailleurs du réseau de la santé. Puis, nous vous présenterons des informations pertinentes sur la situation au Québec, afin de vous aider à y voir plus clair.

Dominique

Dominique, 59 ans, demeure avec Lou, 72 ans, dans leur appartement. Les deux sont en bonne santé, mais Lou a un diagnostic d’asthme. Ils ont deux enfants et trois petits-enfants d’âge préscolaire. Ils respectent bien les consignes de santé publique. Ils n’ont pas contracté l’infection depuis le début de la pandémie.

Dominique se questionne sur la nécessité de se faire vacciner contre la COVID-19 une fois que Lou aura été vacciné.

 

Quelle a été la décision de Dominique?

Lou sera dans les premiers groupes vaccinés dans la communauté en raison de son âge et du risque élevé d’infection, de complications et de décès.

Comme le vaccin n’a pas une efficacité à 100 %, il pourrait être bénéfique pour Lou que l’ensemble des personnes de son domicile soient vaccinées. Cela pourrait lui offrir une meilleure protection contre la maladie. Dominique non plus n’est pas à l’abri de la COVID et des complications. La vaccination la protègera également.

Pour continuer à prévenir la transmission, ils continueront à appliquer les autres mesures sanitaires.

Bernard

Bernard, 48 ans, travaille comme infirmier dans une résidence pour personnes âgées (RPA). Il a contracté la COVID-19 au début de la première vague de la pandémie et a été malade pendant au moins un mois. À son retour au travail, il vivait beaucoup d’anxiété, mais depuis quelques mois, il va mieux.

Il est soulagé de ne pas avoir transmis l’infection à ses enfants d’âge scolaire, dont il a la garde partagée. Comme il a déjà eu la COVID-19 et que les résidents de la RPA seront vaccinés en priorité, il se questionne sur la pertinence de se faire vacciner également.

 

Quelle a été la décision de Bernard?

Bernard a eu la COVID-19 il y a près d’un an. Les données actuelles ne permettent pas de confirmer si l’immunité naturelle est présente. On ne sait pas non plus si elle est réduite après une telle période.

Le vaccin est très efficace pour prévenir la maladie et ses complications. Il est recommandé même pour les personnes qui ont déjà eu la maladie. Cela permet de leur offrir une protection à plus long terme.

Les résidents de la RPA seront vaccinés. Mais comme l’efficacité vaccinale n’est pas de 100 %, la vaccination des travailleurs de la santé contribue à réduire la circulation du virus.

Ses enfants ne seront pas vaccinés pour le moment, donc la vaccination maintiendra sa protection.

 

L'auteure

Geneviève Boily est conseillère scientifique et coordonnatrice professionnelle à la Direction des risques biologiques et santé au travail de l'Institut national de santé publique du Québec. Elle détient une formation en sciences infirmières et une maîtrise en santé communautaire.

 

Remerciements

L’auteure remercie les personnes suivantes pour leurs précieux commentaires : Dre Chantal Sauvageau, médecin spécialiste en santé publique et médecine prévention, INSPQ; Dominique Fortier, infirmière-conseil en maladies infectieuses, MSSS; Valéry Jabouin, conseillère en maladies infectieuses, MSSS.