Actualité

Maladie de Lyme : prévention et antibioprophylaxie

2018 Jun 05
Maladie de Lyme : prévention et antibioprophylaxie

En 2017, 327 personnes ont contracté la maladie de Lyme au Québec; presque le double des cas recensés en 2016!


En raison des changements climatiques, plus de cas sont susceptibles d’êtres recensés année après année. Un véritable enjeu de santé publique.


Prévention

La meilleure façon de ne pas attraper la maladie de Lyme est d’éviter les piqûres de tiques.

 

Traitement recommandé pour les régions de l’Estrie, de la Montérégie et de l'Outaouais

Habituellement, il n’est pas indiqué d’amorcer une antibioprophylaxie après une piqûre de tique survenue au Québec. Cependant, un groupe d’experts mandaté par l’INSPQ est d’avis que la prophylaxie post-exposition (PPE) à base de doxycycline peut être offerte à une personne qui a été piquée par une tique dans certains secteurs des régions de l’Estrie, de la Montérégie et de l'Outaouais, à condition que tous les critères suivants soient réunis :

  • Le délai entre le retrait d'une tique et le début de la PPE ne dépasse pas 72 heures.

  • La tique est restée accrochée à la peau pendant 24 heures ou plus.

  • Il n'y a pas de contre-indication à la doxycycline.

  • La personne a été piquée dans l’une des zones géographiques identifiées.

 

Traitement efficace

Lorsque prise en charge rapidement, la maladie de Lyme se traite bien. En fait, ce sont 9 personnes sur 10 qui répondent bien au traitement.

Pour commencer la PPE, une ordonnance par un professionnel habilité est requise. L’ordonnance peut être individuelle ou collective.

Pour en savoir plus sur une initiative de Cowansville :

 

Pour en savoir plus sur la maladie de Lyme :

Pour aller plus loin