Pratique professionnelle

Test de dépistage de la COVID-19

En ce contexte d’urgence sanitaire et dans l’optique de favoriser la contribution maximale de l’ensemble des professionnels de la santé, les infirmières et infirmiers pourront dorénavant effectuer, sans ordonnance, le test de dépistage de la COVID-19.

Que signifie cette mesure?
 

Cette mesure signifie que l’infirmière ou l’infirmier peut, pour la durée visée par l’arrêté ministériel :

  • déterminer, à la lumière de son évaluation et en conformité avec les directives émises par le MSSS, que le client (y compris le client symptomatique) répond aux critères d’admissibilité au test de dépistage de la COVID-19;
  • rédiger la requête de laboratoire en s’identifiant comme le professionnel demandant le test; l’infirmière ou l’infirmier doit donc s’assurer que son nom ainsi que son numéro de permis d’exercice apparaissent sur la requête;
  • effectuer le test de dépistage selon les procédures en vigueur dans son établissement ainsi que selon les procédures élaborées par l’INSPQ;
  • demander explicitement aux autres membres de l’équipe soignante qui sont habilités à le faire de réaliser le prélèvement pour le test de dépistage de la COVID-19;
  • assurer le suivi des résultats requis par l’état du client ou veiller à ce qu’un autre professionnel habilité puisse le faire à sa place.
Qui est visé par cette mesure?
 

Toutes les infirmières et tous les infirmiers.

Note complémentaire

Les candidates et candidats à l’exercice de la profession infirmière (CEPI), les externes en soins infirmiers, les étudiantes et étudiants avec autorisation spéciale ainsi que les infirmières et infirmiers dont le droit d’exercice est limité aux activités liées à la COVID-19 ne sont pas visés par cet arrêté.

Toutefois, les CEPI, les personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer les activités de CEPI et les infirmières et infirmiers ayant un droit d’exercice limité peuvent faire ce prélèvement selon une ordonnance individuelle ou à la demande explicite de l’infirmière ou de l’infirmier.

À noter que les externes en soins infirmiers ainsi que les personnes détentrices d’une autorisation spéciale d’exercer les activités d’externe ne sont pas autorisés à procéder aux prélèvements nasopharyngés/oropharyngés nécessaires au test de dépistage de la COVID-19.

Quelle est la responsabilité professionnelle de l’infirmière ou de l’infirmier quant à cette mesure?
 

L’infirmière ou l’infirmier qui procède au test de dépistage de la COVID-19 doit :

  • si l’état du client l’exige, consulter un autre professionnel dans le domaine de la santé ou toute autre personne compétente, ou le diriger vers l’une de ces personnes (Code de déontologie des infirmières et infirmiers, RLRQ, I-8, r.9, art.19);
  • s’assurer du suivi du résultat de laboratoire et du suivi requis par l’état du client et lui transmettre le résultat, à moins d’avoir veillé à ce qu’une autre infirmière ou un autre infirmier, un autre professionnel ou une autre personne habilitée puisse le faire à sa place (art. 44.1 du Code de déontologie des infirmières et infirmiers);
  • enseigner les mesures à prendre selon le cas et prodiguer les conseils d’usage en lien avec les directives de la santé publique, et ce, tout au long du processus.

Dans le cas d’un résultat positif au test de dépistage de la COVID-19, l’infirmière ou l’infirmier doit orienter le client vers le médecin, l’IPS ou un autre professionnel selon les procédures prévues par l’établissement.

Comment documenter cette mesure?
 

L’infirmière ou l’infirmier qui procède au test de dépistage de la COVID-19 doit documenter l’ensemble de ses soins et services, notamment son constat d’évaluation, l’intervention effectuée ainsi que les suivis déterminés.

Dans un contexte de dépistage massif, l’infirmière ou l’infirmier doit également répondre à ses obligations professionnelles et déontologiques en regard de la documentation; toutefois, dans une telle situation, un registre peut tenir lieu de dossier. On doit toutefois obligatoirement y retrouver :

  • L’identification du client (idéalement à l’aide d’une pièce d’identité, sinon minimalement avec les nom et numéro de téléphone);
  • L’identification du spécimen selon les procédures en vigueur dans l’établissement;
  • L’identification du nom de l’infirmière ou de l’infirmier ayant initié le test diagnostic au moyen de ses nom et numéro de permis d’exercice.