Professional practice

 

Resources for nurses

 

L'OIIQ vous répond

Prévention et contrôle des infections nosocomiales : Qui peut effectuer le dépistage du SARM et de l’ERV?

Par Marie-Eve Arsenault, inf., B. Sc. inf., Chantale Desbiens, inf., M. Sc. inf. et Julie Gélinas, inf., M. Ed., en collaboration avec Hélène Tremblay, inf., B. Sc., et Chantal Lambert, agente administrative

Prévention et contrôle des infections nosocomiales : Qui peut effectuer le dépistage du SARM et de l’ERV?

La prévention et le contrôle des infections nosocomiales occupe une part importante des soins, autant dans les milieux de soins aigus que dans les milieux d’hébergement.

Or, de l’étudiante, de l’externe, de la candidate à l’exercice de la profession d’infirmière (CEPI) ou de l’infirmière, qui peut effectuer le dépistage de bactéries résistantes et sous quelles conditions?

L’infirmière est autorisée à effectuer un dépistage de bactéries comme l’entérocoque résistant à la vancomycine (ERV) et le Staphylococcus aureus résistant à la méthicilline (SARM), en vertu des deux activités réservées suivantes qui s’inscrivent dans le cadre de l’exercice infirmier : 

  • Initier des mesures diagnostiques et thérapeutiques selon une ordonnance (il s’agit le plus souvent d’une ordonnance collective). 
  • Effectuer des examens et des tests diagnostiques invasifs, selon une ordonnance (il s’agit le plus souvent d’une ordonnance individuelle). 

Ces deux activités réservées ont une portée très large. Conformément aux paramètres de l’ordonnance individuelle ou collective, elles permettent à l’infirmière d’effectuer et d’initier un vaste éventail d’examens et de tests invasifs, principalement au moyen de prélèvements, ainsi que d’en analyser les résultats et d’assurer le suivi requis.

Certains pourraient croire, à tort, que le dépistage de bactéries fait partie intégrante de l’activité réservée qui consiste à « initier des mesures diagnostiques à des fins de dépistage dans le cadre d’une activité découlant de la Loi sur la santé publique ».