Événement
Thème 1

Champ d’exercice et contribution infirmière

Des savoirs et des compétences uniques. Comment optimiser la contribution des infirmières et infirmiers au système de santé?

Depuis 2003, deux lois1 sont venues redéfinir le champ d’exercice infirmier et en faire l’un des plus vastes du secteur de la santé. Ensemble, elles accordent 17 activités réservées à la profession infirmière. Ces activités ont en commun de permettre aux infirmières et infirmiers, longtemps considérés comme de simples exécutants, d’intervenir de manière proactive auprès de la population.

Dix-huit ans plus tard, force est toutefois d’admettre que les compétences et les savoirs des infirmières et infirmiers ne sont pas utilisés à leur plein potentiel. Des recherches démontrent en effet que tout juste la moitié des activités prévues en soins infirmiers sont actuellement réalisées2. Bon nombre d’infirmières et d’infirmiers, par exemple, ne procèdent pas à l’évaluation de la condition de santé physique et mentale des personnes, à la surveillance clinique ainsi qu’au suivi des personnes présentant des problèmes de santé complexes; des actes pourtant jugés centraux en matière de pratique infirmière.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer cette situation. Le fait d’évoluer dans un environnement où l’organisation des soins et des services ne favorise pas l’utilisation de leurs savoirs à bon escient est du nombre. À l’heure actuelle, des infirmières et infirmiers peuvent en effet être affectés à un domaine ou un milieu de soins sans considération pour l’expertise acquise précédemment. Il en va de même pour la valorisation de l’autonomie professionnelle, variable d’un milieu à l’autre, ce qui affecte la latitude dont ils disposent pour prendre des décisions dans l’intérêt de la personne.

Les études scientifiques sur le sujet sont pourtant claires. Par leurs interventions, les infirmières et infirmiers sont en mesure de réduire la durée d’hospitalisation, de limiter la propagation d’infections graves et de reconnaître les signes de dégradation de l’état de santé d’un patient, voire de réduire le nombre de décès dans la population3.

 

Pour en savoir plus sur ce thème

 

 

1 Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé, LQ 2002, chapitre 33; Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines, LQ 2009, chapitre 28.

2 D'Amour, D., Dubois, C. A., Dery, J., Clarke, S., Tchouaket, E., Blais, R., et Rivard, M. (2012). Measuring actual scope of nursing practice: A new tool for nurse leaders. Journal of Nursing Administration, 42(5), 248-255; Déry, J., Clarke, S. P., D'Amour, D., et Blais, R. (2016). Education and role title as predictors of enacted (actual) scope of practice in generalist nurses in a pediatric academic health sciences center. Journal of Nursing Administration, 46(5), 265-270 ; Déry, J., D'Amour, D., Blais, R., et Clarke, S. P. (2015). Influences on and outcomes of enacted scope of nursing practice: A new model. Advances in Nursing Science, 38(2), 136-143.

3 Aiken, L. H., Clarke, S. P., Cheung, R. B., Sloane, D. M., et Silber, J. H. (2003). Educational levels of hospital nurses and surgical patient mortality. JAMA, 290(12), 1617-1623; Institute of Medicine. (2011). The future of nursing: Leading change, advancing health. National Academies Press.

 

 

Commanditaire principal