Demandes du public

Pour quelles raisons le règlement exclut-il les futures infirmières titulaires d’un diplôme d’études collégiales?

Comme tous les autres règlements d’autorisation adoptés par le CMQ, celui-ci n’autorise la prescription de médicaments ou d’analyses de laboratoire qu’à des professionnels titulaires d’un diplôme universitaire de niveau baccalauréat. À ce titre, la prescription est une activité professionnelle qui implique un niveau de responsabilité accrue pour le professionnel visé et un risque de préjudice dont il faut tenir compte.

De plus, les activités professionnelles visées par la prescription infirmière se situent presque qu’exclusivement dans la communauté (soins ambulatoires et santé communautaire) et sont complexes en raison du niveau de compétence et d’autonomie requis, ainsi que d’une imputabilité à l’égard de la décision de prescrire.

De fait, à titre d’organismes de protection du public, le CMQ et l’OIIQ ont pour objectif fondamental de s’assurer que les infirmières visées par la prescription infirmière auront la formation et les connaissances nécessaires pour assumer, de manière sécuritaire, la responsabilité des conséquences des activités de prescription visées au règlement.

Or, le résultat des analyses réalisées par le Comité de travail conjoint CMQ-OIIQ et les consultations menées auprès de médecins et d’infirmières experts ont confirmé que la formation collégiale ne prépare pas l’infirmière à la démarche clinique et à la gestion de cas menant à la prescription d’analyses et de médicaments dans les domaines des soins de plaies, de la santé publique et des problèmes de santé courants.

En conséquence, les activités professionnelles visées au règlement pourront être exercées par les infirmières titulaires d’un diplôme de formation de niveau baccalauréat en sciences infirmières ou par une clause transitoire et selon les conditions prévues au règlement pour les infirmières titulaires d'un DEC