Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité

Fondation de l’OIIQ : intervenir auprès des personnes réfugiées

05 juin 2019
Fondation de l’OIIQ : intervenir auprès des personnes réfugiées

La Fondation de l’OIIQ a dévoilé, le 4 juin dernier, le nom du lauréat de la subvention Pour mieux soigner 2019.

 

L’équipe du CIUSSS de l’Estrie – CHUS obtient l’appui de la Fondation de l’OIIQ pour son projet intitulé « Implantation d’une intervention de soins infirmiers de proximité innovante auprès des personnes réfugiées ».

L’objectif est d’assurer la continuité des soins et des services aux clientèles vulnérables de deux quartiers particulièrement représentés par les personnes réfugiées de Sherbrooke. L’équipe veut implanter un réseau intersectoriel, centré sur les rôles des infirmières de proximité et des infirmières praticiennes spécialisées en soins de première ligne. Ce réseau collaborera avec les ressources de proximité de la communauté.

L’étendue de la pratique infirmière en première ligne sera pleinement mise à profit grâce à l’aide de la Fondation, entre autres pour ce qui est des activités suivantes :

  • effectuer l’évaluation de la condition physique et mentale de la clientèle;
  • assurer la surveillance clinique;
  • faire la promotion de la santé;
  • assurer la continuité des soins en coordonnant les services requis.

 

À propos de la subvention Pour mieux soigner

La subvention Pour mieux soigner apporte un soutien financier aux initiatives visant à améliorer la qualité, la sécurité ou l'accès aux soins offerts à la population québécoise. Les projets récompensés proposent des moyens concrets de mieux soigner, tout en favorisant l'avancement de la profession infirmière.

 

Pour en savoir plus

Stéphanie Charest, infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne et chef de service à la Direction des soins infirmiers du CIUSSS de l'Estrie - CHUS; Julie Laflamme, infirmière et chef de service à la Direction des services généraux du CIUSSS de l'Estrie - CHUS; Julie Pearson, chef des services psychosociaux généraux au CIUSSS de l'Estrie - CHUS; France Desjardins, médecin et cogestionnaire à la Clinique des réfugiés du CIUSSS de l'Estrie - CHUS et chercheuse à l'Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux; et Lara Maillet, professeure à l’École nationale d'administration publique et chercheuse à l’Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux. Absente de la photo, Johanne Déry, professeure adjointe et chercheuse de l’Université de Montréal.
Stéphanie Charest, infirmière praticienne spécialisée en soins de première ligne et chef de service à la Direction des soins infirmiers du CIUSSS de l'Estrie - CHUS; Julie Laflamme, infirmière et chef de service à la Direction des services généraux du CIUSSS de l'Estrie - CHUS; Julie Pearson, chef des services psychosociaux généraux au CIUSSS de l'Estrie - CHUS; France Desjardins, médecin et cogestionnaire à la Clinique des réfugiés du CIUSSS de l'Estrie - CHUS et chercheuse à l'Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux; et Lara Maillet, professeure à l’École nationale d'administration publique et chercheuse à l’Institut universitaire de première ligne en santé et services sociaux. Absente de la photo, Johanne Déry, professeure adjointe et chercheuse de l’Université de Montréal.

Pour aller plus loin