Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité

Gestion du cérumen sans ordonnance : comment faire?

28 févr. 2019
Gestion du cérumen sans ordonnance : comment faire?

Marianne, infirmière dans un GMF, assure des suivis cardiométaboliques auprès de clientèles de tous âges. Elle rencontre aujourd’hui M. Blackburn, âgé de 65 ans, atteint de diabète et d’hypertension artérielle, qui souhaite avoir un « lavage d’oreilles ». Marianne n’a jamais procédé à des techniques de gestion du cérumen et se demande si le patient doit d’abord avoir été vu par le médecin. Comme sa collègue Julie pratique parfois ces techniques, elle propose à M. Blackburn de l’attendre quelques instants afin qu’elle puisse questionner sa collègue.
Voici la teneur de leur conversation.

 

Q : Julie, est-ce que je peux procéder au « lavage d’oreille » de M. Blackburn même s’il n’a pas été vu par le médecin?

R : Oui, depuis un an nous pouvons initier, sans ordonnance, l’extraction manuelle et l’aspiration du cérumen, l’irrigation du conduit auditif externe et l’utilisation d’un agent céruménolytique en vente libre. Nous pouvons pratiquer ces techniques dans le cadre de notre activité réservée qui consiste à évaluer la condition physique et mentale d’une personne symptomatique. Tu dois donc procéder à une évaluation clinique de M. Blackburn avant de procéder.

 

Q : Je maîtrise bien l’examen de l’oreille, mais je n’ai jamais pratiqué l’une ou l’autre de ces techniques…

R : Dans ce cas, tu ne pourras pas offrir ce service à M. Blackburn aujourd’hui. Trois conditions doivent être remplies pour pouvoir utiliser ces techniques. La première stipule que nous devons détenir la formation, les connaissances et les compétences requises dans la gestion du cérumen et en assurer la mise à jour. Le type de formation requis n’étant pas précisé, tu dois donc évaluer tes besoins. Dans notre GMF, la conseillère en soins infirmiers peut nous présenter un atelier à ce sujet et je me propose de t’y accompagner la prochaine fois.

 

Q : Ce serait vraiment parfait! Quelles sont les deux autres conditions?

R : Notre GMF répond déjà aux deux autres conditions, mais je sais que ce n’est pas le cas pour d’autres milieux. La deuxième condition rappelle que l’infirmière doit utiliser l’équipement approprié et spécifique aux différentes techniques de gestion du cérumen. Le matériel nécessaire est déjà disponible dans nos salles d’examen. La troisième impose d’exercer à partir d’une procédure clinique. Lors de l’atelier, la conseillère pourra te présenter cette procédure. Tu y trouveras :

  • les éléments de l’évaluation, les conditions d’application et les risques associés;
  • la méthode pour chacune des techniques;
  • les limites;
  • un processus clair de communication interdisciplinaire ou de référence.

Comme il existe des risques de préjudice liés à ces techniques pour différentes clientèles et groupes d’âge, cette procédure a prévu des limites claires. Tu devras vérifier si M. Blackburn y est admissible.

 

Q : Est-ce que je devrai déterminer un plan de traitement infirmier (PTI)?

R : Seulement si tu crois, après ton évaluation, que la personne nécessite un suivi clinique particulier. En général, ce n’est pas le cas. Mais comme chaque personne est unique, il pourrait exister des situations où tu dois déterminer un suivi clinique, par exemple, si l’irrigation n’a pas été concluante, que tu souhaites que la personne poursuive l’utilisation d’un agent céruménolytique pendant une période déterminée, puis qu’elle revienne pour que soit tentée une extraction manuelle.

 

 

 

Pour aller plus loin