L'Ordre

Concours Innovation infirmière Banque Nationale

Le concours Innovation infirmière, présenté par la Banque Nationale, met en valeur l’expertise infirmière à travers des projets novateurs implantés dans toutes les régions du Québec. Merci à tous les participants! 

Logo Banque Nationale

Grand gagnant 2022

Le grand prix a été décerné cette année au Centre intégré universitaire de Santé et des Services sociaux de la Capitale-Nationale (CIUSSSCN) pour son projet intitulé « Recours à la surveillance accrue des usagers – Pour une pratique efficiente, sécuritaire et respectueuse ».

 

 

Québec (Capitale-Nationale)  

Recours à la surveillance accrue des usagers – Pour une pratique efficiente, sécuritaire et respectueuse 

Une meilleure utilisation de la surveillance constante 

La surutilisation de la surveillance constante des usagers et la méconnaissance des mesures alternatives engendrent entre autres des effets indésirables pour les usagers, dont des désordres psychologiques tels que de l’anxiété, de la colère ainsi qu’une détresse psychologique. Des enjeux d’ordre éthique, tels que la proportion des moyens, la bienfaisance, la non-malfaisance, l’équité et l’autonomie, ont aussi été soulevés par ce rapport d’évaluation et par les partenaires consultés. 

Face à ces constats, il a été proposé d’élaborer une politique et une procédure intégrant les meilleures pratiques et permettant d’encadrer le recours à la surveillance en respect des fondements juridiques, éthiques et cliniques.  

À la suite de ce projet, l’établissement a constaté une baisse rapide et marquée de l’utilisation de la surveillance constante. Cette baisse a permis d’utiliser les ressources humaines autrefois utilisées pour les surveillances constantes au bénéfice d’un plus grand nombre d’usagers.   

Augmentation de l’autonomie décisionnelle de l’infirmière et de l’infirmier 

L’implantation de cette procédure permet à l’infirmière et à l’infirmier d’occuper pleinement leur champ d’exercice, grâce à de la formation ainsi qu’à un soutien de proximité assuré par une conseillère de la DSI, ce qui entraîne une augmentation de l’autonomie décisionnelle en matière d’évaluation et de gestion des risques. La compétence de l’infirmière et de l’infirmier en matière d’évaluation d’un risque pour la sécurité d’un usager ou d’autrui est ainsi confirmée, de même que leur compétence à déterminer un plan d’intervention qui sera réalisé en interdisciplinarité.  

Acteurs du projet 

  • Maryse Tremblay, inf.,
  • Annie Harvey, inf. clin., ASI
  • Audrey Meloche, B.Sc.inf., M.I.T.
  • Sandra Racine, inf., M. Sc. inf.. M. Sc.
  • Ariane Couture, inf. B. Sc. inf., M. Sc. (santé communautaire)
  • Lise Laberge, inf., M. Sc. inf., D.E.S.S.

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Maryse Tremblay

 

Découvrez les lauréats régionaux 2022

Abitibi-Témiscamingue  

Mieux joindre les femmes enceintes et leur partenaire de vie grâce aux rencontres prénatales en ligne au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Abitibi-Témiscamingue 

Des services en ligne pour les futurs parents 

En raison de la pandémie en 2020, les services prénataux auprès des futurs parents ont dû être interrompus sur le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Abitibi-Témiscamingue (CISSSAT). Les infirmières et infirmiers des centres de naissances et du suivi postnatal de la région ont alors constaté que les parents étaient moins bien préparés à l’arrivée de leur enfant, bien que des informations leur aient été transmises par courriel.  

Devant ces enjeux, une agente de planification et une infirmière de l’équipe périnatale ont mis sur pied un plan d’action en vue d’offrir une nouvelle forme de services en ligne à l’intention des futurs parents. Des rencontres prénatales en ligne sont donc offertes en collaboration avec divers professionnels de la santé, tels que des nutritionnistes, kinésiologues, intervenants psychosociaux, infirmières et infirmiers. 

L’expertise infirmière encore plus accessible 

Ce projet permet de maximiser l’utilisation de l’expertise infirmière en matière de promotion de la santé. Les futurs parents ont de multiples possibilités d’horaire pour suivre les cours et ils n’ont plus à se déplacer parfois sur de longues distances. Les infirmières et infirmiers, de leur côté, peuvent également prendre contact avec davantage de parents, surtout depuis la mise sur pied de l’Avis de grossesse, ce qui permet d’identifier les femmes enceintes et leur partenaire de vie qui pourraient tirer profit de ces cours. 

Acteurs du projet 

  • Marlène Mainville, inf., B. Sc.
  • Kym Barrette, inf., B. Sc.

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Marlène Mainville

Chaudière-Appalaches  

SantéFamille : apprentissage et partage d’expérience pour tous 

Un lieu virtuel pour les proches de personnes avec un diagnostic de problème de santé mentale   

L’organisme à but non lucratif SantéFamille offre un environnement d’apprentissage virtuel où les familles et proches de personnes avec un diagnostic de problème de santé mentale peuvent s’éduquer et échanger avec des pairs, que ce soit à l’aide de différents documents éducatifs ou de formations ou encore lors de tables rondes.  

Ce projet novateur met de l’avant l’expertise infirmière tout en soulignant son rôle essentiel dans la promotion de la santé et l’éducation à ce sujet, ainsi que dans l’amélioration du système de santé.  L’implantation virtuelle et le vaste éventail de services offerts par l’organisme favorisent l’accessibilité aux soins et aux services de santé partout au Québec. Le projet agit ainsi en complémentarité avec les soins dispensés en milieux communautaire et hospitalier. 

Mieux comprendre pour aider ensemble 

Lorsque les familles apprennent le rôle clé qu’elles peuvent jouer auprès de leur proche ayant un problème de santé mentale, celles-ci sont plus enclines à participer activement au rétablissement de la personne affectée. L’implantation de SantéFamille permet dès lors de surmonter plusieurs obstacles au partenariat avec la famille en milieu clinique et contribue directement à l’efficience des soins. De plus, les gens qui utilisent les services de l’organisme disent ressentir un important sentiment de reconnaissance. 

Acteurs du projet 

  • Marie-Ève Caron, inf., M. Sc.
  • Nathalie Maltais, inf., Ph. D.
  • Jessica Rassy, inf., Ph. D.
  • Ariane Girard, inf., PhD
  • Catherine Dionne, inf., B. Sc.
  • Joëlle Élias, B. Sc., M. Sc. (c)

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Marie-Ève Caron

Côte-Nord  

L’expertise infirmière, au cœur de la clinique interdisciplinaire bariatrique du CISSS de la Côte-Nord 

Un service chirurgical régional 

Jusqu’à l’automne 2019, les usagers de la Côte-Nord désirant profiter d’une évaluation bariatrique devaient se déplacer principalement à Québec. Implantée depuis maintenant trois ans, la clinique interdisciplinaire bariatrique (CIB) de Baie-Comeau permet d’offrir ce service chirurgical à la population de la région. En décentralisant les chirurgies bariatriques des grands centres, ce type de projet joue un rôle de premier plan pour réduire les listes d’attente de Québec et de Montréal et offrir des soins de qualité partout au Québec. De plus, certains patients qui hésitaient à entreprendre les démarches, entre autres en raison des coûts induits par l’éloignement, se permettent désormais de consulter pour ce service régional.? 

La CIB de Baie-Comeau est principalement coordonnée par l’infirmière-pivot grâce à une collaboration interprofessionnelle marquée. L’infirmière-pivot transmet de nouvelles connaissances à son milieu de pratique et au-delà. Agente de changement positive auprès de ses pairs, elle accompagne l’usager et le soutient tout au long de son processus bariatrique.  

Une clinique adaptée aux usagers de sa région 

Les Nord-Côtiers ont désormais l’opportunité de se faire soigner dans leur milieu, proche de leur famille, par des spécialistes qui comprennent bien leur réalité géographique, professionnelle et culturelle. L’équipe de la CIB accorde effectivement beaucoup d’importance à l’adaptation de ses services aux besoins particuliers de sa population, qui inclut entre autres différentes communautés autochtones. Les gens de la Côte-Nord peuvent dorénavant bénéficier de soins d'une grande qualité avec des trajectoires cliniques adaptées à leur réalité régionale, et ce, notamment grâce au leadership de l'infirmière-pivot.   

Acteurs du projet 

  • Mylène Landry, inf., B. Sc. inf.
  • Marie-Élaine Anctil, diététiste-nutritionniste
  • Dr Olivier Mailloux
  • Dre Hélène Milot
  • Dr Dan Gitlan
  • Julie Sim, inf. B. Sc. inf.
  • Alyssa Morin, travailleuse sociale
  • Geneviève Marchand, inf., B. Sc. inf., D.E.S.S.

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Mylène Landry

Estrie  

Ouverture d’une unité et implantation d’une philosophie de soins axée sur les pratiques exemplaires favorisant la récupération rapide après une chirurgie (RRAC) 

Optimiser les soins  

À l’hôpital Hôtel-Dieu du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, de plus en plus de patients postopératoires occupaient des lits en médecine, ce qui réduisait l’accès à ceux ayant besoin d’être hospitalisés. Une unité de soins axée sur la récupération rapide après une chirurgie (RRAC) a donc été implantée. Cette approche permet une optimisation de la prise en charge chirurgicale de l’usager en réduisant la durée d’hospitalisation et en permettant une réhabilitation plus rapide, et ce, tout en diminuant les risques de complications ainsi que le nombre de réadmissions. Le projet vise une organisation du travail plus efficiente et performante, en plaçant l’usager et ses proches au cœur de la démarche. 

Les infirmières et infirmiers, partenaires clés de la RRAC 

La philosophie RRAC a grandement contribué à l’évolution de la profession infirmière en changeant le paradigme de soins usuellement prodigués afin de rehausser la qualité et la sécurité des soins au bénéfice des usagers. Par exemple, l’implantation d’un algorithme d’analgésie multimodale a augmenté de manière significative l’autonomie des infirmières dans l’évaluation de la douleur et dans la réalisation d’interventions appropriées selon la condition de l’usager. 

La RRAC positionne donc les infirmières et infirmiers comme des partenaires clés qui rehaussent l’engagement de l’usager et de ses proches dans un rétablissement actif et dans une meilleure prise en charge de sa santé.  

Acteurs du projet 

  • Edith Gosselin, B. Sc. inf., M. Sc.
  • Gabrielle Gagnon, inf., M. Sc. inf.
  • Johanne Lapré, inf., M. Sc.
  • Éric Breton, inf., B.A., M.B.A. Ceinture noire Lean Six Sigma
  • Bruno Ducharme, inf.
  • Janick Bélanger, inf., B. Sc. inf., M. Sc., D.E.S.S.
  • Chantal Drapeau, travailleuse sociale 
  • Dre Anne Meziat-Burdin

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Edith Gosselin

Laurentides/Lanaudière  

Intégration de la population autochtone dans l’offre de services du PPEP du nord de Lanaudière 

Le Programme de premier épisode psychotique (PPEP) adapté à la communauté atikamekw de Manawan  

Au Québec, un cadre de référence pour l’instauration de programme de gestion des premiers épisodes psychotiques (PPEP) a été mis en place de façon à uniformiser les soins offerts aux jeunes vivant un premier épisode de psychose. Dans la région du nord de Lanaudière, ce cadre de référence a été adapté afin de répondre aux besoins de la communauté atikamekw de Manawan. 

Des services directement au sein de la communauté 

Une des particularités de l’offre de services du programme est le fait d’aller vers le client, de le rejoindre dans sa réalité et de l’accompagner dans sa communauté. En effet, il a été décidé d’offrir les services directement au sein de la communauté atikamekw afin d’intervenir de façon congruente avec la philosophie d’intervention de proximité.  

En se rendant à Manawan, l’équipe du PPEP a développé un partenariat avec une équipe locale en santé mentale de sorte que le client puisse être accompagné de façon plus rapprochée avec une offre de services plus intensive et constante. L’implantation de ce projet permet désormais à cette clientèle d’avoir des soins culturellement sécuritaires dans un délai de prise en charge plus rapide.  

L’équipe a pu constater que l’alliance thérapeutique est ainsi beaucoup plus facile à créer avec ses clients ainsi qu’avec les intervenants du programme. De plus, cela permet le transfert de connaissances, sur les plans tant culturel que scientifique pour la détection et le traitement de la psychose. Ces échanges permettent d’exercer pleinement le rôle de prévention et de promotion de la santé de l’IPS en santé mentale, et ce, avec le soutien de la communauté. 

Acteurs du projet 

  • Audrey Beauséjour, inf., IPSSM, B. Sc. inf., M. Sc. inf., D.E.S.S.
  • Hubert Joly, inf., B. Sc. inf.
  • Geneviève Dufou, erg
  • Joey Moar
  • Valère Dubé, inf.  
  • Cyril Flamand

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Audrey Beauséjour

Mauricie-Centre-du-Québec  

Optimisation de la composition des équipes en soins infirmiers et d’assistance: des travaux nécessaires à la protection de l’accès et de l’offre de services pour le réseau de la santé 

Une utilisation optimale du champ d’exercice de chacun 

Devant les nombreux défis du réseau, les organisations doivent s’assurer que leurs professionnels exercent des activités qui sont en cohérence avec leur champ d’exercice, de sorte que chaque personne contribue à la hauteur de ses compétences. L’objectif général du projet était donc de permettre une utilisation optimale du champ d’exercice de chacun des professionnels afin que la bonne action soit réalisée au bon endroit, au bon moment et par le bon intervenant. 

Repenser la composition des équipes 

Ce projet, dans sa globalité, ciblait les secteurs cliniques qui requièrent prioritairement la présence des infirmières et infirmières en vue de les recentrer dans des rôles et responsabilités qu’eux seuls peuvent exercer en raison de leur formation et de leurs compétences distinctes.  

Les travaux réalisés ont permis de mesurer à quelle hauteur les activités réalisées par les divers professionnels sont à valeur ajoutée pour eux-mêmes, pour l’équipe soignante et surtout pour l’usager. Ils ont permis de répondre à la question suivante: «Pour les activités cliniques à réaliser dans le secteur, quelle est la composition de l’équipe qui répond le plus aux besoins?». 

Il s’agit d’une démarche active et d’un changement de paradigme. L’équipe du projet a utilisé la crise sanitaire afin de se réinventer et d’innover dans ce contexte important de pénurie de main-d’œuvre. 

Acteurs du projet 

  • Catherine Gervais, B. Sc. inf., stomothérapeute
  • Corinne Brosseau, inf., B. Sc. inf.
  • Julie St-Onge, inf., B. Sc. M.A.P. (c)
  • Élise Leclair, M. Sc. inf., M.B.A.

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Catherine Gervais

Montréal/Laval  

Déploiement d’une clinique infirmière de prévention et de suivi court terme pour les usagers sans médecin de famille du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal 

Un corridor de soins pour des problèmes de santé ponctuels 

Le territoire du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal (CCOMTL) compte plus de 115 000 personnes sans médecin de famille et qui ne reçoivent donc pas de services préventifs et médicaux recommandés. Depuis février 2021, la clinique du Guichet d’accès à un médecin famille (GAMF) propose aux patients orphelins du territoire un accès direct et rapide à un corridor de soins pour des problèmes de santé ponctuels.  

Stabiliser et dépister  

Cette clinique, formée d’infirmières cliniciennes, d’IPSPL et d’infirmières auxiliaires, offre des services de qualité en première ligne. Un volet primaire optimise le rôle de l’infirmière ou de l’infirmier en lui permettant de dépister et de prendre en charge divers problèmes de santé qui passeraient autrement inaperçus chez cette clientèle sans médecin de famille. Puis, un volet de prévention secondaire sous la responsabilité des IPSPL permet un suivi à court terme en évaluant et en stabilisant les usagers ayant des problèmes de santé connus.  

Mentionnons que, sans le suivi effectué par les professionnels du GAMF, plusieurs usagers n'auraient pas su qu'ils étaient atteints d'une maladie chronique ou d'un autre problème de santé.  Plus de 7562 rendez-vous ont été donnés depuis l'ouverture de la clinique, ce qui a permis à 1636 usagers d'être rencontrés et, si requis, suivis par les professionnels de la clinique.  

Acteurs du projet 

  • Marie-Christine Gras, inf., B. Sc., M. Sc.
  • Irina Blumer, LL. B., M.B.A
  • Johanne Grondin, inf., M. Sc.
  • Diana Dima, inf., M. Sc. N, CCN (c)
  • Camille Labrie, inf., B. Sc.
  • Anaymone Codio, inf., B. Sc.
  • Patricia Robitaille, inf., M. Sc.

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Marie-Christine Gras

Montérégie  

Capsules vidéo d’enseignement virtuel à l’intention des nouveaux parents 

Un outil complémentaire pour l’enseignement des meilleurs pratiques 

Les équipes des centres mère-enfant du CISSS de la Montérégie-Est ont constaté que les parents sont moins outillés qu’auparavant quant à la préparation à l’accouchement ainsi qu’à l’accueil de leur nouveau-né et des soins à lui prodiguer. Les infirmières des centres mère-enfant du CISSS de la Montérégie-Est ont donc développé des capsules vidéo en vue d’offrir des informations complémentaires quant aux préoccupations des parents.  

Parties prenantes dans ce projet, les infirmières et infirmiers sont des intervenants-pivots dans le parcours en périnatalité des familles. Ils sont d’ailleurs en mesure de cibler les besoins des familles et de définir les meilleures méthodes d’apprentissage pour chacune d’elles. Les capsules ont ainsi été conçues par les infirmières et infirmiers dans ce souci d’appuyer leur travail au quotidien dans l’enseignement des meilleures pratiques aux nouveaux parents. La réalisation de ces capsules permet également une uniformité dans les enseignements grâce à l’utilisation des données probantes adaptées et vulgarisées pour les familles. 

Un accès facile pour les parents  

Le projet de capsules maintenant lancé, ce dernier prend vie grâce à l’enseignement des infirmières et infirmiers dans les centres mère-enfant, mais également grâce à l’implication de la première ligne et du milieu communautaire qui, dès l’étape des cours prénataux, font la promotion des capsules auprès de la clientèle. Les parents ont accès aux capsules facilement par le biais d'un code QR et d'une adresse Internet lors des rencontres prénatales et de leur séjour dans un des centres mère-enfant. Des tablettes et ordinateurs portables peuvent aussi être mis à la disposition des parents à l’hôpital. 

Acteurs du projet 

  • Annick Lavallée, inf., B. Sc. inf.
  • Vivianne Major, inf., B. Sc. inf., M. Sc.
  • Jeanne Pigeon Turenne, inf., B. Sc. inf., M. Sc. inf.
  • Jessica Girard Landry, inf.
  • Jessika Garceau-Lajoie, inf., B. Sc. inf., M. Sc.
  • Nancy Valois, inf., B. Sc. inf., M. Sc.
  • Flore Lussier, inf., B. Sc. inf.
  • Vanesse Panneton-Dubuque, inf.
  • Patricia Burelle-Rail, inf., B. Sc. inf. (c)
  • Camille St-Pierre, inf.
  • Claude Bonneau, inf., B. Sc. inf.
  • Sophie Méley-Daoust

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Annick Lavallée

Saguenay–Lac-Saint-Jean/Nord-du-Québec  

Pour la réduction, voire l’élimination, de l’utilisation des mesures de contrôle au CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean 

Un registre électronique unique 

Lors de la restructuration du réseau de la santé en 2015, le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean a regroupé huit établissements. Les mesures de contrôle (MDC) étaient utilisées dans tous ces établissements, mais comptabilisées dans des registres différents et surtout, n’avaient pas les mêmes indicateurs, ce qui rendait difficile l’obtention d’un portrait de la situation. Dans le but d’uniformiser, d’analyser les données et d’établir la prévalence du recours aux MDC, le CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean a implanté l’utilisation d’un registre électronique unique. 

Ainsi, lorsqu’un intervenant est autorisé à décider de l’application d’une MDC, y compris la contention, l’isolement ou l’administration d’une substance chimique visant à limiter la capacité d’action d’une personne, celui-ci doit effectuer la déclaration dans le registre électronique en répondant à différentes questions. L’implantation de ce registre a conduit notamment les infirmières et infirmiers à se questionner davantage sur leurs rôles et responsabilités associées à l’utilisation des MDC et sur l’impact de son application sur l’usager. 

Une expertise utile partout au Québec 

L’expertise des membres de la DSI, acquise depuis la création du registre informatisé pour l’utilisation des MDC au sein de leur établissement, a permis à la DSI du CIUSSS d’être actuellement impliquée dans des travaux du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) pour l’élaboration et la validation des indicateurs de qualité portant sur les MDC, qui seront utilisés à la grandeur de la province, et ce, à plusieurs niveaux du système de santé et des services sociaux.   

Acteurs du projet 

  • Alexandra Desgagné, inf., B. Sc. inf., M.A.P.
  • Isabelle Harvey, inf., B. Sc. inf.
  • Line Marois, inf., B. Sc. inf.

Vous souhaitez implanter ce projet dans votre établissement? 

Communiquez avec Alexandra Desgagné

 

Nouveauté!

Cette année, les gagnantes et gagnants régionaux présenteront à leurs pairs leur projet novateur lors du Congrès 2022 de l’OIIQ. Les personnes lauréates feront part des apprentissages, constats et répercussions du projet dans le cadre d'un atelier offert aux membres.

Des questions?

Consultez les réponses aux questions fréquentes ou contactez la Direction, Développement et soutien professionnel de l’OIIQ pour une aide personnalisée.
Téléphone : 514 935-2501, poste 236
Sans frais : 1 800 363-6048
Courriel