Communiqué de presse

La communauté infirmière se mobilise pour mettre son expertise en action et relever les défis en santé

Rassemblement de plus de 2 500 infirmières et infirmiers d’aujourd’hui et de demain en Assemblée générale et en Congrès
21 nov. 2022
La communauté infirmière se mobilise pour mettre son expertise en action et relever les défis en santé

Montréal, le 21 novembre 2022 – L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ) a rappelé toute l’importance de faire reconnaître l’expertise infirmière à l’occasion de son Assemblée générale annuelle, tenue aujourd’hui. Les changements requis en santé passent nécessairement par la possibilité pour les infirmières et infirmiers d’exercer leur profession à la hauteur de leurs compétences.

« Le mandat de la communauté infirmière transmis aux décideurs est clair. En 2022, l’accès aux soins de santé en première ligne ne peut reposer uniquement sur les épaules d’un seul professionnel, en l’occurrence le médecin omnipraticien. Tous ou presque s’entendent sur cela. L’enjeu n’est donc plus d’avoir accès à un médecin de famille, mais à une équipe de famille », a souligné le président de l’OIIQ, Luc Mathieu, devant les participantes et participants réunis au Palais des congrès de Montréal et en virtuel.

L’expertise infirmière nécessaire au Plan santé

Selon le président de l’OIIQ, la réussite du Plan pour mettre en œuvre les changements nécessaires en santé, du ministre de la Santé, Christian Dubé, est intrinsèquement liée à l’optimisation du recours à l’expertise infirmière. Luc Mathieu en a également profité pour appuyer les orientations proposées dans ce Plan santé. Certes, les infirmières praticiennes spécialisées et infirmiers praticiens spécialisés (IPS) sont essentiels pour améliorer l’accès aux soins, mais il faut aussi recourir à l’expertise des infirmières cliniciennes et infirmiers cliniciens, qui forment une équipe très efficiente.

De son côté, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a saisi la balle au bond pour affirmer : « Nous considérons les infirmières et les infirmiers comme des piliers de notre réseau de la santé et des services sociaux. Leur mission est essentielle, car elle est directement liée à la qualité des soins offerts. Je suis heureux de profiter de cette assemblée pour les remercier pour leur contribution, pour leur expertise et pour cet engagement sans cesse renouvelé dont ils font preuve, tout particulièrement à travers les crises et les défis que nous traversons. »

Dans son bilan annuel, le président de l’OIIQ a rappelé qu’à l’issue des États généraux de la profession infirmière tenus l’an dernier, une feuille de route pour le gouvernement du Québec, contenant 31 recommandations, avait été présentée par les commissaires dans leur rapport. Les solutions sont connues et doivent rapidement être mises en place sur trois axes interdépendants : rehausser la formation initiale et revoir l’offre de formation continue, revoir l’organisation des soins et augmenter l’offre de soutien clinique.

L’Alliance pour l’avenir des soins infirmiers au Québec

Au cours de la dernière année, l’OIIQ a participé à la création de l’Alliance pour l’avenir des soins infirmiers au Québec, formée de 24 membres représentant des associations infirmières provenant de différents domaines de soins où leur expertise est fortement recherchée : soins intensifs, urgence, santé mentale, gériatrie, etc. Ces représentantes et représentants travaillent maintenant à porter les recommandations des États généraux. L’Alliance est une nouvelle voix dans les espaces publics et infirmiers, qui compte se faire entendre sur les enjeux de la profession infirmière.

Soutenu par l’Alliance, le mémoire visant à faire du baccalauréat la norme d’entrée à la profession a été déposé en mai dernier à l’Office des professions du Québec. Ce rehaussement est jugé nécessaire pour améliorer la qualité des soins et l’accès à ceux-ci, dans un contexte où les infirmières et infirmiers doivent assumer de plus grandes responsabilités en toute autonomie.

Dans son bilan, le président de l’OIIQ a aussi invité les infirmières et infirmiers à investir les lieux d’influence qui s’offrent à eux dans les établissements de santé et les conseils des infirmières et infirmiers, qui sont des instances consultatives officielles prévues par la Loi sur les services de santé et les services sociaux. « Il faut se faire entendre », a insisté Luc Mathieu.

Le plus grand rassemblement infirmier au Québec

Les activités de l’OIIQ se poursuivront demain lors du Congrès, qui constitue le plus grand rassemblement infirmier au Québec. Pour l’occasion, près de 2 500 infirmières et infirmiers, étudiantes et étudiants, ainsi que diplômées et diplômés hors Québec, seront réunis pour mettre leur expertise en action en apprenant, en découvrant et en s’inspirant dans le cadre des nombreux ateliers et activités prévus.

Le Grand prix Innovation infirmière Banque Nationale 2022 de l’OIIQ sera décerné lors du Congrès. Deux prix majeurs ont aussi été remis aujourd’hui à l’occasion de l’Assemblée générale. L’Insigne du mérite a été décernée à Sylvie Dubois pour sa contribution remarquable aux soins et services de santé et au développement de la profession. Julie Poirier a pour sa part reçu le prix Mérite du Conseil interprofessionnel du Québec en raison de son apport au service de sa profession et de son ordre professionnel.

À propos de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec

L’OIIQ est le plus grand ordre professionnel dans le domaine de la santé au Québec. Il est régi par la Loi sur les infirmières et les infirmiers et par le Code des professions. L’OIIQ est également guidé par ses valeurs de gouvernance que sont la confiance, la bienveillance, le respect et l’équité. Il compte plus de 82 000 membres et quelque 16 000 personnes dans un parcours d’admission à la profession. Sa mission est d’assurer la protection du public par et avec les infirmières et infirmiers, tout en veillant à l’amélioration de la santé des Québécois. L’OIIQ a également pour mandat d’assurer la compétence et l’intégrité des infirmières et infirmiers du Québec ainsi que de contribuer à la promotion d’une pratique infirmière de qualité.