Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Chronique déontologique

La compétence professionnelle, une obligation déontologique**

Joanne Létourneau, syndique
Myriam Brisson, directrice adjointe – Déontologie et syndique adjointe
Sandra Moretti, conseillère à la consultation déontologique

|
17 avr. 2020
La compétence professionnelle, une obligation déontologique**

Rappel des obligations déontologiques de l’infirmière en matière de compétence relative aux connaissances, aux habiletés, aux attitudes ainsi qu’au jugement clinique nécessaire pour exercer sa profession.

La compétence professionnelle est l’une des valeurs ayant servi d’assise à la rédaction du Code de déontologie des infirmières et infirmiers1. Elle constitue en outre l’un des éléments essentiels à la qualité des soins et des services. La compétence professionnelle consiste en la capacité d’agir avec pertinence dans une situation complexe de soins en mobilisant ses connaissances et ses habiletés cliniques, tout en exerçant son jugement pour prodiguer des soins de manière sécuritaire et éthique2. Elle fait aussi appel à son aptitude à reconnaître et à respecter ses limites dans l’exercice de sa profession.

Une section du Code de déontologie des infirmières et infirmiers traite justement des obligations liées à la compétence, soit les articles 17, 18 et 19. Ainsi, le Code de déontologie précise que l'infirmière doit « agir avec compétence». Cependant, il importe ici de bien faire la distinction entre ce qu’est « agir avec compétence » et « être compétent ». Pour être compétente, l’infirmière doit détenir les connaissances et habiletés requises pour exercer sa profession de façon sécuritaire, alors que pour agir avec compétence, elle doit les utiliser.

Par conséquent, une infirmière pourrait détenir la compétence pour exercer adéquatement dans une situation donnée sans toutefois agir avec compétence. En inspection professionnelle, les inspecteurs évaluent l’exercice de l’infirmière afin de s’assurer qu’elle détient les connaissances et habiletés pour « être compétente » dans son domaine de pratique. En déontologie, l’attente est que l’infirmière exerce au quotidien la profession selon les normes de pratique et les principes scientifiques généralement reconnus. Pour ce faire, elle doit notamment s’assurer de mettre à jour et de développer ses compétences en tenant compte des limites de ses habiletés et connaissances. L’infirmière se doit d’être compétente, prudente et diligente dans l’exercice de la profession.

Ainsi, l’infirmière ne doit pas exercer une activité si elle ne possède pas les compétences requises ou lorsqu'elle constate ses limites dans une situation donnée. Dans de telles circonstances, en respect de l’article 19 du Code de déontologie des infirmières et infirmiers, l’infirmière doit alors consulter une autre infirmière, un autre professionnel du domaine de la santé ou toute autre personne compétente, recourir à leur assistance ou à leur supervision, ou encore diriger le client vers l’une de ces personnes.

Prenons en exemple une demande de réaffectation; il faut d’abord que l’infirmière connaisse précisément ce qu’on attend d’elle dans le nouvel environnement de travail. Ensuite, il est de sa responsabilité professionnelle de s’assurer de posséder les habiletés et connaissances requises en tout temps. Lorsqu’elle s’aperçoit qu’elle a atteint ses limites, elle doit aviser son gestionnaire. Ensemble, ils pourront évaluer ses besoins de formation, d’aide, d’assistance ou de supervision en vue d’acquérir de nouvelles connaissances ou afin qu’elle puisse contribuer selon sa compétence actuelle.

D’un point de vue déontologique, le maintien de la compétence professionnelle est un processus continu et relève de la responsabilité individuelle de l’infirmière. Les activités de formation continue auxquelles l’infirmière participe doivent être pertinentes et en lien avec sa pratique professionnelle. Pour satisfaire à cette obligation, l'infirmière peut participer à des activités de formation continue comme les suivantes4 :

  • formation offerte par un établissement d’enseignement collégial ou universitaire (post-formation initiale);
  • activités de formation continue développées par l’OIIQ;
  • échanger avec d’autres infirmières ou professionnels de la santé sur diverses situations cliniques et développer une pratique réflexive afin de faire le point sur l’état de ses connaissances, en acquérir des nouvelles ou développer de nouvelles compétences5;
  • activités de formation continue organisées par un employeur, notamment dans un contexte où il veut offrir un service particulier et nécessaire, par exemple lors de l'implantation d'une nouvelle technologie;
  • formation offerte par un regroupement, une association professionnelle ou encore un expert reconnu dans un domaine spécialisé;
  •  participation à des conférences, colloques, comités scientifiques dans un milieu clinique, congrès, ateliers ou séminaires;
  • lecture d’articles professionnels et scientifiques, discussions portant sur des histoires de cas et club de lecture;
  • préparation d’une présentation dans le cadre d’une conférence;
  • rédaction (et publication) d’articles ou d’ouvrages pertinents aux soins infirmiers.

Enfin, il importe de respecter la norme professionnelle de formation continue et de choisir des activités en fonction des objectifs d'apprentissage poursuivis. Par exemple, une participation à une conférence pourra permettre l'acquisition de nouvelles connaissances, mais la maîtrise d'une technique de soin requerra un volet pratique. Dans un milieu professionnel où l'évolution scientifique et technologique est constante et où la réorganisation des services de santé incluant la mobilité est omniprésente, le développement et le maintien des compétences sont essentiels pour agir avec compétence en tout temps.

En collaboration avec la Direction, Surveillance et inspection professionnelle

 


 

1 Code de déontologie des infirmières et infirmiers, RLRQ, chapitre I-8, r. 9
2 Qu’est-ce que l’inspection professionnelle? OIIQ (2019)
3 Code de déontologie des infirmières et infirmiers, RLRQ, chapitre I-8, r. 9, art.17
4 La formation continue pour la profession infirmière au Québec - Norme professionnelle, OIIQ, 2011
5 Amélioration continue de sa compétence professionnelle en quatre étapes, OIIQ, 2012

** Version remaniée et mise à jour de la chronique : La compétence professionnelle, une obligation déontologique publiée par Sylvie Truchon, le 1er avril 2005