Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique clinique

La douleur de l’accouchement : un processus physiologique

Par Véronique Larouche, inf., M. Sc., Marie-Josée Martel, inf., Ph. D., et Annie Bronsard, sage-femme, B. Sc.

|
03 sept. 2019
La douleur de l’accouchement : un processus physiologique
© Shutterstock / Kipgodi

Donner la vie est un moment unique, une transition majeure dont le couple se souviendra toute sa vie. La naissance devrait être envisagée comme une expérience personnelle multidimensionnelle (physique, psychologique, sociale et environnementale) et non comme un événement médical, afin de rappeler l’importance du soutien, de l’adaptation mère-enfant et du processus d’attachement, ainsi que la nature saine de l’accouchement.

Pour la majorité des femmes et leurs familles, un accouchement est synonyme d’enthousiasme, d’anticipation, d’incertitude et même d’anxiété, en lien avec la douleur. Pour bien vivre celle-ci, le soutien et les soins prodigués par les professionnels de la santé, dont les infirmières, peuvent aider la parturiente à composer avec cette douleur. Comme on l’a vu dans le premier article de cette série (numéro de mai-juin 2019), le soutien est au cœur d’une expérience positive de la naissance. Évidemment, le partenaire ou la personne qui accompagne la femme a aussi un rôle essentiel dans la gestion de la douleur.

L’Association internationale pour l’étude de la douleur définit celle-ci comme « une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable associée à une lésion tissulaire réelle ou potentielle » (Lindblom et al., 1986). La douleur est normalement essentielle à notre protection contre les dangers. « Or, contrairement aux autres types de douleur, les fortes sensations que les femmes peuvent ressentir pendant le travail et l’accouchement ne constituent pas un signe de danger, de pathologie ou de dystocie » (Bonapace et al., 2018). La douleur de l’accouchement prend un tout autre sens : elle est normale, porteuse d’une bonne nouvelle et a ses raisons d’être.

Les écrits scientifiques soulignent l’importance du rôle des infirmières œuvrant en obstétrique sur les plans de la gestion et de la compréhension de la douleur liée au travail de la parturiente. Cette compréhension essentielle contribue au sentiment de satisfaction de la femme à l’égard de son expérience d’accouchement. L’Agence de la santé publique du Canada (2018) mentionne que « les soins durant le travail nécessitent une compréhension de la physiologie du travail et de la naissance, ainsi que les connaissances et les compétences nécessaires pour soutenir le processus et la femme en travail ». Le sentiment de contrôle est lié à une expérience positive de la naissance; plus la femme aura le sentiment d’avoir le contrôle, moins elle ressentira de la douleur (Green et Baston, 2003; Cheung, Ip et Chan, 2007; Tinti, Schmidt et Businaro, 2011). Conséquemment, les infirmières, fortes de cette compréhension, sont en mesure de redonner le pouvoir aux parturientes, notamment en matière de contrôle de la douleur liée au travail et à l’accouchement.

Note au lecteur

Experte en méthodes non pharmacologiques et en accompagnement des parturientes en salle d’accouchement, l’infirmière Véronique Larouche dirige cette nouvelle série d’articles sur le rôle de l’infirmière en salle d’accouchement.

 

 

 


Références

Agence de la santé publique du Canada. (2018). «Les soins à la mère et au nouveau-né dans une perspective familiale: lignes directrices nationales». Ottawa, ON: ASPC.

Alves, E., Fielder, A., Ghabriel, N., Sawyer, M. et Buisman-Pijlman,

F. T. A. (2015). «Early social environment affects the endogenous oxytocin system: A review and future directions». Frontiers in Endocrinology, 6, 32.

Bonapace, J. (2015). «Trusting birth with the Bonapace method. Keys to loving your birth experience». Arcadia, CA: Juniper Publishing.

Bonapace, J., Gagné, G.-P., Chaillet, N., Gagnon, R., Hébert, E. et Buckley, S. (2018). «Directive clinique No 355 – Fondements

physiologiques de la douleur pendant le travail et l’accouchement: approche de soulagement basée sur les données probantes».

Journal of Obstetrics and Gynaecology Canada, 40(2), 246-266.

Bonica, J. (1994). «Labour pain». Dans S. McMahon, M. Koltzenburg,

I. Tracey (dir.), «Wall & Melzack’s textbook of pain». New York: Churchill Livingston.

Buckley, S. J. (2010). «Ecstatic birth: Nature’s hormonal blueprint for labour» [Ebook]. Repéré à https://pdfs.semanticscholar.org/5c5e/f1 23a77cee731a1e95863348f26ba6aa7f9e.pdf

Buckley, S. J. (2015). «Hormonal physiology of childbearing: Evidence and implications for women, babies and maternity care». Washington, DC: National Partnership for Women & Families.

Chapman, C. R. et Gavrin, J. (1993). «Suffering and its relationship to pain». Journal of Palliative Care, 9(2), 5-13.

Cheung, W., Ip, W. Y. et Chan, D. (2007). «Maternal anxiety and feelings of control during labour: A study of Chinese first-time pregnant women». Midwifery, 23(2), 123-130.

Fuchs, A. R., Fuchs, F., Husslein, P., Soloff, M. S. et Fernström, M. J. (1982). «Oxytocin receptors and human parturition: A dual role for oxytocin in the initiation of labor». Science, 215(4538), 1396-1398.

Green, J. M. et Baston, H. A. (2003). «Feeling in control during labor: Concepts, correlates, and consequences». Birth, 30(4), 235-247.

Heinrichs, M., Meinlschmidt, G., Wippich, W., Ehlert, U. et Hellhammer, D. H. (2004). «Selective amnesic effects of oxytocin on human memory». Physiology & Behavior, 83(1), 31-38.

Hillman, N. H., Kallapur, S. G. et Jobe, A. H. (2012). «Physiology of transition from intrauterine to extrauterine life». Clinics in Perinatology, 39(4), 769-783.
Institut national d’excellence en santé et en services sociaux. (2012).

«Mesures prometteuses pour diminuer le recours aux interventions obstétricales évitables pour les femmes à faible risque» [Avis préparé par Michel Rossignol, Faiza Boughrassa et Jean-Marie Moutquin]. ETMIS, 8(14), 1-134.

nstitut national de santé publique du Québec. (2001-2019). «Portail d’information périnatale». Québec: INSPQ. Repéré à https://www.inspq.qc.ca/information-perinatale

Lagercrantz, H. et Slotkin, T. A. (1986). «The “stress” of being born». Scientific American, 254(4), 100-107.

Leap, N., Dodwell, M. et Newburn, M. (2010). «Working with pain in labour–An overview of evidence». New Digest, 49, 22-26.

Le Bars, D., Dickenson, A. H. et Besson, J. M. (1979a). «Diffuse noxious inhibitory controls (DNIC). I–Effects on dorsal horn convergent neurones in the rat». Pain, 6(3), 283-304.

Le Bars, D., Dickenson, A. H. et Besson, J. M. (1979b). «Diffuse noxious inhibitory controls (DNIC). II–Lack of effect on non- convergent neurones, supraspinal involvement and theoretical implications». Pain, 6(3), 305-327.

Lederman, R. P., Lederman, E., Work Jr., B. A. et Mc Cann, D. S. (1978). «The relationship of maternal anxiety, plasma catecholamines, and plasma cortisol to progress in labor». American Journal of Obstetrics & Gynecology, 132(5), 495-500.

Lindblom U., Merskey, H., Mumford, J. M., Nathan, P. W. Noordenbos W. et Sunderland, S. (1986). «Pain terms–A current list with definitions and notes on usage». Pain, 24, S215-S221.

Lowe, N. K. (2002). «The nature of labor pain». American Journal of Obstetrics & Gynecology, 186,(5), S16-S24.Marchand, S. (2009). «Le phénomène de la douleur» (2e éd.). Montréal: Chenelière.

Marchand, S. (2015). «The phenomenon of pain». Washington, DC: International Association for the Study of Pain.

Matthiesen, A. S., Ransjö-Arvidson, A. B., Nissen, E. et Uvnäs- Moberg, K. (2001). «Postpartum maternal oxytocin release by newborns: Effects of infant hand massage and sucking». Birth, 28(1), 13-19.

Nelson, E. E. et Panksepp, J. (1998). «Brain substrates of infant-mother attachment: Contributions of opioids, oxytocin,
and norepinephrine». Neuroscience and Biobehavioral Reviews, 22(3), 437-452.

Odent, M. (1987). «The fetus ejection reflex». Birth, 14(2), 104-105. Odent, M. R. (1990). «Position in delivery». Lancet, 335(8698), 1166. Rivier, C., Vale, W., Ling, N., Brown, N. et Guillemin, R. (1977).

«Stimulation in vivo of the secretion of prolactin and growth hormone by beta-endorphin». Endocrinology, 100(1), 238-241.

Simkin P. et Bolding, A. (2004). «Update on nonpharmacologic approaches to relieve labor pain and prevent suffering». Journal of Midwifery & Womens Health, 49(6), 489-504.

Tinti, C., Schmidt, S. et Businaro, N. (2011). «Pain and emotions reported after childbirth and recalled 6 months later: The role of controllability». Journal of Psychosomatic Obstetrics and Gynaecology, 32(2), 98-103.

Uvnäs-Moberg, K. (2015). «Oxytocin: The biological guide to motherhood». Plano, TX: Hale Publishing.

Westbury, B. (2015). «The power of environment». The Practising Midwife, 18(6), 24-26.