Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique professionnelle
Perspective infirmière | Hiver 2021

La maladie cœliaque et le régime sans gluten

Dalila Benhaberou-Brun, B. Sc. inf., B. Sc., M. Sc.

|
21 janv. 2021
La maladie cœliaque et le régime sans gluten
Pratique clinique | La maladie cœliaque et le régime sans gluten

La maladie cœliaque touche 1 % de la population nord-américaine (Santé Canada, 2018). Cœliaque Québec (anciennement la Fondation québécoise de la maladie cœliaque) estime que plus de 360 000 Canadiens en sont atteints, dont plus de 82 000 sont Québécois. La maladie cœliaque affecte les personnes de tous âges ; les femmes sont plus à risque que les hommes (Jansson-Knodell et al., 2018; Pulido et al., 2013).

La maladie cœliaque fait partie des pathologies auto-immunes. Elle provoque une réponse inflammatoire de l’intestin en réaction à l’ingestion de gluten, une protéine que l’on retrouve principalement dans les céréales. L’acronyme SABOT est un moyen simple de mémoriser celles qui en contiennent, soit le seigle, l’avoine, le blé, l’orge et le triticale, un croisement hybride de blé et de seigle. Les aliments transformés, les charcuteries, les soupes en conserve, les sauces et les assaisonnements renferment également du gluten. Les mélanges d’herbes et d’épices risquent d’en contenir. Un aliment peut aussi avoir été contaminé par un linge, une planche à découper, un ustensile ou un autre aliment qui ont été en contact avec la protéine du gluten. Chez les personnes affectées, l’exposition au gluten déclenche un processus immunitaire qui atrophie les villosités de l’intestin grêle, ce qui entraîne une malabsorption des nutriments. Le lymphome constitue la complication la plus grave de la maladie cœliaque non traitée.

« Les lésions de l’intestin grêle occasionnent une perte de surface absorbante, une réduction des enzymes digestives et une diminution conséquente de l’absorption des vitamines et minéraux (Ludvigsson et al., 2014). Les zones de l’intestin grêle ne sont pas touchées de façon équivalente d’une personne cœliaque à l’autre et les lésions sont souvent éparses (Adelman et al., 2018). La malabsorption et les carences nutritionnelles qui en découlent sont donc très variables puisqu’elles dépendent des zones touchées. »

La cause exacte de la maladie cœliaque n’a pas été établie, mais il existe des facteurs génétiques et environnementaux. Le Dr Michaël Bensoussan, gastro-entérologue à l’Hôpital Charles-LeMoyne, précise que 10 à 15 % des personnes atteintes ont une prédisposition génétique. La composante génétique peut être évaluée à l’aide de marqueurs spécifiques.

Les signes et les symptômes

Le plus souvent, les symptômes de la maladie cœliaque sont gastro-intestinaux, mais ils peuvent aussi se manifester de façon atypique. Ainsi, plus de 200 signes et symptômes de la maladie sont répertoriés (Tableau 1). Dans une étude auprès de 5 900 Canadiens, « les douleurs abdominales et les gonflements (84,9 %), une faiblesse ou une fatigue extrême (74,2 %), la diarrhée (71,7 %) et l’anémie (67,8 %) étaient les symptômes les plus déclarés au moment du diagnostic » (Pulido et al., 2013). Les manifestations de la maladie cœliaque sont souvent confondues avec le syndrome de l’intestin irritable ou la fibromyalgie. Il arrive que les personnes atteintes de maladie cœliaque ne présentent aucun symptôme. Dans d’autres cas, ses manifestations chez l’adulte sont atypiques. En plus des symptômes gastro-intestinaux et ceux liés à l’anémie et aux carences nutritionnelles, le tableau clinique de cette maladie a considérablement évolué au cours des dernières années pour inclure des manifestations hépatiques, musculosquelettiques, buccodentaires et bien d’autres. La maladie cœliaque peut être associée au diabète de type 1, à la thyroïdite, à l’arthrite, à la cirrhose biliaire primaire, au syndrome de Down, au syndrome de Turner, à l’ostéopénie et à l’ostéoporose. Plusieurs patients présentent des troubles de l’humeur, des difficultés de concentration et de l’insomnie, ce qui perturbe leur qualité de vie (Ludvigsson et al., 2014).

 

 


Références

Adelman, D. C., Murray, J., Wu, T.-T., Mäki, M., Green, P. H., & Kelly, C. P. (2018). Measuring Change In Small Intestinal Histology In Patients With Celiac Disease: American Journal of Gastroenterology, 113(3), 339?347 https://doi.org/10.1038/ajg.2017.480

Antiga, E., Maglie, R., Quintarelli, L., Verdelli, A., Bonciani, D., Bonciolini, V., & Caproni, M. (2019). Dermatitis Herpetiformis : Novel Perspectives. Frontiers in Immunology, 10, 1290. https://doi.org/10.3389/fimmu.2019.01290

Association canadienne de gastroentérologie, & North American Society for the Study of Celiac Disease. (2017). Celiac disease diagnosis in adults. https://www.cag-acg.org/images/publications/cd_diagnosis_guideline.pdf

Association canadienne de la maladie cœliaque. (2016). «La maladie cœliaque». Repéré à https://www.celiac.ca/fr/maladies-induites-par-le-gluten la-maladiecoeliaque/

Cœliaque Québec. (2018). «Guide pratique sur la maladie cœliaque et le régime sans gluten. Ingrédients permis et à éviter». https://www.fqmc.org/boutique/guide-pratique-ingredients-permis-et-a-eviter-inclus-dans-l-adhesion

Cœliaque Québec. (2020a). «Dans quelle mesure la maladie cœliaque est-elle courante?». Repéré à https://www.fqmc.org/maladies/maladie-coeliaque

Cœliaque Québec. (2020d). «Symptômes et maladies associés». Repéré à https://www.fqmc.org/professionnels-de-la-sante/symptomes-5

Cœliaque Québec. (2020e). «Diagnostic». Repéré à https://www.fqmc.org/professionnels-de-la-sante/diagnostic-4#DIAG

El Khoury, D., Balfour-Ducharme, S. et Joye, I. J. (2018). «A review on the gluten-free diet: Technological and nutritional challenges». Nutrients, 10(10), 1410. Repéré à https://doi.org/10.3390/nu10101410

Jansson-Knodel, C. L., Hujoel, I. A., West, C. P., Taneja, V., Prokop, L. J., Rubio-Tapia, A. et Murray, J. A. (2018). «Sex difference in celiac disease in undiagnosed populations–A systematic review and meta-analysis». Clinical Gastroenterology and Hepatology, 17(10), 1954-1968. Repéré à https://doi.org/10.1016/j.cgh.2018.11.013

Lebwohl, B., Sanders, D. S. et Green, P. H. R. (2018). «Coeliac disease». The Lancet, 391(10115), 70?81. Repéré à https://doi.org/10.1016/S0140-6736(17)31796-8

Ludvigsson, J. F., Bai, J. C., Biagi, F., Card, T. R., Ciacci, C., Ciclitira, P. J., Green, P. H. R., Hadjivassiliou, M., Holdoway, A., van Heel, D. A., Kaukinen, K., Leffler, D. A., Leonard, J. N., Lundin, K. E. A., McGough, N., Davidson, M., Murray, J. A., Swift, G. L., Walker, M. M., … Authors of the BSG Coeliac Disease Guidelines Development Group. (2014). Diagnosis and management of adult coeliac disease : Guidelines from the British Society of Gastroenterology. Gut, 63(8), 1210?1228. https://doi.org/10.1136/gutjnl-2013-306578

Pulido, O., Zarkadas, M., Dubois, S., MacIsaac, K., Cantin, I., La Vieille, S., … Rashid, M. (2013). «Clinical features and symptom recovery on a gluten-free diet in Canadian adults with celiac disease». Canadian Journal of Gastroenterology and Hepatology, 27(8), 449?453. Repéré à https://doi.org/10.1155/2013/741740

Rubio-Tapia, A., Hill, I. D., Kelly, C. P., Calderwood, A. H. et Murray, J. A. (2013). «ACG clinical guidelines: Diagnosis and management of celiac disease». The American Journal of Gastroenterology, 108(5), 656?676; quiz 677. Repéré à https://doi.org/10.1038/ajg.2013.79

Santé Canada. (2018). «La maladie cœliaque: le lien au gluten». Repéré à http://publications.gc.ca/collections/collection_2018/sc-hc/H164-73-2018-fra.pdf

Skodje, G. I., Sarna, V. K., Minelle, I. H., Rolfsen, K. L., Muir, J. G., Gibson, P. R., … Lundin, K. E. A. (2018). «Fructan, rather than gluten, induces symptoms in patients with self-reported non-celiac gluten sensitivity». Gastroenterology, 154(3), 529-539.e2. Repéré à https://doi.org/10.1053/j.gastro.2017.10.040

Pour aller plus loin