Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Éditorial du président
Publié dans Perspective infirmière, numéro de septembre-octobre 2018

La pleine occupation de notre champ d’exercice : un enjeu profondément actuel qui est l’affaire de tous

Lucie Tremblay, inf., M. Sc., Adm. A., CHE, ASC, présidente de l'OIIQ

|
01 sept. 2018
La pleine occupation de notre champ d’exercice : un enjeu profondément actuel qui est l’affaire de tous

Exercer la profession à son plein potentiel! C’est ce à quoi je nous conviais dans mon dernier éditorial. Mon « nous » inclusif interpelle toutes les instances infirmières concernées – OIIQ et ses membres, milieux cliniques, milieux de l’enseignement – à collaborer pour une pleine occupation de notre champ d’exercice. C’est cette mobilisation essentielle que le Forum sur la pratique infirmière veut soutenir le 24 septembre prochain.

Il y a maintenant plus de 15 ans, l’expertise des infirmières et infirmiers a été reconnue et leur rôle accru notamment par la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé (2002, chapitre 33, ci-après Loi 90) de même que par l’entrée en vigueur, il y a près de 6 ans, de la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines (2009, chapitre 28, ci-après Loi 211). Ces vastes chantiers auxquels nous avons tous participé propulsait la profession infirmière là où elle pouvait le mieux servir la santé des Québécoises et des Québécois.

Ces modifications fournissent les leviers permettant d’enrichir et de déployer les compétences infirmières à la hauteur d’un champ d’exercice renouvelé. Ils visent à répondre aux besoins de plus en plus complexes de la population. Cette modernisation d’envergure des lois professionnelles reconnaît aussi la place privilégiée qu’occupent au quotidien, 365 jours par an, les infirmières et infirmiers. Dans ce contexte, la profession infirmière possède tous les atouts pour faire une différence auprès des patients dans un rôle nettement accru d’évaluation, de surveillance clinique et de suivi. La sécurité des patients et l’accès à des soins de qualité en seront mieux assurés.

Non seulement la législation professionnelle a été changée, mais la Loi sur les services de santé et les services sociaux et la Loi 90 ont été appariées afin que soient confiées aux directeurs de soins infirmiers de nouvelles mesures de surveillance de la qualité et de la sécurité des activités attribuées à la profession infirmière.

Les études, les données et les avis convergent

Or, en 2018, des recherches en sciences infirmières démontrent que tout juste la moitié des activités de soins infirmiers est actuellement exercée2. À l’heure où les besoins de santé de la population sont grandissants et de plus en plus complexes, il est inadmissible de priver les Québécoises et les Québécois de 50 % de notre expertise. La prévention des événements indésirables constitue une préoccupation majeure à l’échelle mondiale, c’est pourquoi l’évaluation et la surveillance clinique au cœur même de l’exercice infirmier doivent plus que jamais se faire, clament globalement nombre de chercheurs infirmiers québécois dans leurs plus récentes publications. Ils rappellent tous, à leur façon, que les impératifs budgétaires ne peuvent prévaloir sur la nature des activités infirmières propres à assurer des soins sécuritaires et de qualité. Plus particulièrement, ils font ressortir que les rôles des professionnels en soins auprès des patients ne sont pas interchangeables. L’organisation des soins doit miser sur l’expertise unique des infirmières et infirmiers, car leurs activités sont incontournables et créatrices de valeur ajoutée.

Les infirmières et les infirmiers, dans un mouvement sans précédent à propos de leurs conditions d’exercice, réclament eux aussi de soigner à la hauteur de leurs compétences professionnelles.

Au sein du réseau de la santé, dans lequel exercent 82 % des membres de la profession, des initiatives visant à utiliser leur plein potentiel se déploient. D’ici 2020, l’ensemble des infirmières et infirmiers détenteurs d’un diplôme d’études collégiales feront une formation de 25 heures sur l’évaluation de la condition physique et mentale, l’assise même de l’exercice infirmier.

« […] nous souhaitons miser sur trois activités réservées jugées critiques,
en raison de leur incidence de risques réels pour la clientèle : l’évaluation,
la surveillance clinique et le suivi infirmier. »

Quant à l’OIIQ, ses inspections professionnelles, les données du syndic, ses sondages auprès des membres ainsi que les nombreux échanges avec eux indiquent qu’au quotidien beaucoup d’autres tâches supplantent les activités professionnelles qui devraient être exercées. Pourtant, le législateur a réservé ces dernières aux infirmières et infirmiers en raison de leur haut risque de préjudice. Ces activités sont essentielles afin d’assurer à la population québécoise des soins de qualité, d’éviter des événements indésirables et de favoriser un meilleur accès aux soins.

Ajoutons que le Comité de la formation des infirmières et infirmiers de l’OIIQ, dans des avis successifs, interpelle les milieux d’enseignement sur l’importance de développer les compétences liées à la sécurité des soins, plus spécifiquement celles sur la surveillance clinique. Dans ces avis, le Comité s’appuie sur des rapports de l’Institut canadien pour la sécurité des patients et des recensions d’écrits scientifiques.

Rôle de l'OIIQ et plan d'action

Gardien de la compétence de ses membres et partie prenante d’un cadre réglementaire issu notamment des lois 90 et 21, le Conseil d’administration de l’OIIQ et l’équipe de direction ont résolu de mettre en priorité, dès 2018, la pleine occupation de notre champ d’exercice.

Prenant appui sur une vision unanime de la profession infirmière, nous voulons faire en sorte que les priorités de développement et de soutien professionnel, qu’une nouvelle méthode d’inspection professionnelle et qu’une appropriation optimale du Code de déontologie des infirmières et infirmiers hissent l’exercice infirmier à son plein potentiel.

« L’OIIQ veut partager sa vision lors du Forum sur la pratique infirmière et
souhaite que nous nous entendions pour former une alliance autour d’un
plan collectif qui saura soutenir la pleine occupation du champ d’exercice. »

En collaboration avec l’ensemble des parties prenantes, nous souhaitons miser sur trois activités réservées jugées critiques, en raison de leur incidence de risques réels pour la clientèle. Ces activités sont : l’évaluation, la surveillance clinique et le suivi infirmier3.

Forum sur la pratique infirmière: former une alliance

L’OIIQ veut partager sa vision lors du Forum sur la pratique infirmière et souhaite que nous nous entendions pour former une alliance autour d’un plan collectif qui saura soutenir la pleine occupation du champ d’exercice. Ce plan et un trio organisé – OIIQ et ses membres, milieux cliniques, milieux de l’enseignement – permettront de relever l’ambitieux défi d’une profession affirmée à la hauteur des responsabilités qui nous ont été confiées.

Pour atteindre nos objectifs, l’ensemble des projets infirmiers, actuels et futurs, dans les milieux cliniques mis en place afin d’améliorer les soins et la sécurité des patients, devrait d’ores et déjà permettre aux infirmières et aux infirmiers du Québec d’occuper pleinement leur champ d’exercice.

 


1. Entrée en vigueur de l’ensemble des dispositions législatives en 2012. Adoptée en 2009.
2. Le contenu de ce paragraphe provient de l’examen d’études, d’articles ou de présentations des auteurs infirmiers suivants : Johanne Déry, Odette Doyon, Mélanie Lavoie-Tremblay, Esther Leclerc, Christian Rochefort et Philippe Voyer. Quatre d’entre eux seront conférenciers ou panélistes au Forum sur la pratique infirmière du 24 septembre 2018.
3. Il s’agit des activités réservées prévues aux paragraphes 1, 2 et 10 de l’article 36 de la Loi sur les infirmières et infirmiers.

Références

PERSPECTIVE INFIRMIÈRE
Déry, J. (2017). Cessons d’effectuer des activités qui ne nous appartiennent pas. Perspective infirmière, 15(1), 56.
Déry, J., D’Amour, D., et Roy, C. (2017). L’étendue optimale de la pratique infirmière : une contribution essentielle à la performance du système de santé. Perspective infirmière, 14(1), 51-55.
Voyer, P., Cyr, N., Abran, M.-C., Bérubé, L., Côté, S., Coulombe, A., . . . Tremblay, S. (2016). Les ratios infirmière/résidents en CHSLD : pénurie de soins ou pénurie d’infirmières? Perspective infirmière, 13(3), 45-50.

PUBLICATIONS
Leclerc, E., et Lavoie-Tremblay, M. (20017). Implantation d’un modèle de pratique professionnelle en soins infirmiers. Healthcare Management Forum Gestion des soins de santé, 20(3), 27-29.
Déry, J. (2013). L’étendue effective de la pratique d’infirmières en pédiatrie : ses déterminants et son influence sur la satisfaction professionnelle (Thèse de doctorat), Montréal : Université de Montréal.
Doyon, O., et Longpré, S. (2016). Évaluation clinique d’une personne symptomatique. Montréal, Qc : Pearson ERPI.
Doyon, O., et Spycher, L. (2017). La surveillance infirmière : dernier filet de sécurité du patient. Paris, France : Lamarre.

LOI 90
Ministère de la Justice. (2002, 24 mai). Notes pour l’allocution du ministre responsable de l’application des lois professionnelles monsieur Paul Bégin : à l’occasion de l’assemblée générale annuelle du Conseil interprofessionnel du Québec.
Ministère de la Justice, et Ministère de la Santé et des Services sociaux. (2002, 1er mai). Des professions modernes pour des soins de santé efficaces [Communiqué de presse].
Office des professions du Québec. (2003, 21 janvier). Notes pour la présentation de Jean-K. Samson, président à l’Office des professions du Québec aux représentants du réseau de la santé.

LOI 21
Ministère de la Justice. (2009, 18 juin). Adoption de la Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines : une meilleure protection du public dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines [Communiqué de presse].
Office des professions du Québec. (2013). Loi modifiant le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines : guide explicatif (éd. rév.).

AVIS DU COMITÉ DE LA FORMATION DES INFIRMIÈRES DE L’OIIQ
Comité de la formation des infirmières. (2014). Avis sur la formation infirmière initiale et sécurité des soins.
Comité de la formation des infirmières. (2016). Avis sur les compétences en sécurité des patients dans la formation infirmière.