Pratique professionnelle

 

Espace de ressources pour l'infirmière et l'infirmier

 

Pratique professionnelle
Perspective infirmière | Printemps 2021

La science derrière une communication efficace et mémorable

Johanne Martel, inf., M. Sc. et Johanne Déry, inf., Ph. D.

La science derrière une communication efficace et mémorable
Gestion | La science derrière une communication efficace et mémorable

La communication a toujours été un enjeu pour les acteurs du réseau de la santé. La pandémie de COVID-19 en a amplifié l’importance : comment communiquer clairement notre message et faire en sorte que notre auditoire adopte les changements souhaités et se mette en action?

Savoir communiquer est une habileté qui s’apprend et qui se développe tout au long de notre parcours professionnel. C’est un élément-clé de la profession infirmière, tant avec les patients, les collègues, les étudiantes que le public en général. Une communication claire et efficace fait appel non seulement à des connaissances de base acquises en milieu académique, mais également à des compétences développées dans le cadre de formations continues au cours de notre carrière. La formation continue est d’ailleurs reconnue comme la voie tout indiquée pour assurer l’intégration des résultats probants issus de la recherche à la pratique infirmière (Ouellet, Maillé, Durand et Thibault, 2011).

La communication à distance

Le contexte actuel, marqué par les nombreuses restrictions de contact provoquées par la COVID-19, nous oblige à revoir nos communications, qu’elles soient orales ou écrites, ainsi que nos méthodes d’enseignement et de transfert de connaissances. Il faut mettre à profit l’ensemble des technologies qui s’offrent à nous pour rejoindre notre auditoire, tout en s’assurant qu’elles sont utilisées de manière à optimiser les apprentissages et les changements souhaités. Il devient urgent et impératif de développer la littératie numérique1 des formateurs et des apprenants (Pepin, 2020). Cela constituera alors une opportunité réelle de transformer et de faire évoluer nos façons de procéder en matière de communications.

D’ailleurs, au sein de notre profession, toute infirmière, qu’elle soit soignante, enseignante, gestionnaire ou chercheuse, doit communiquer quotidiennement afin d’être en mesure de régler un problème (ex. : une situation nécessitant un changement) ou de répondre à un besoin (ex. : une formation qui porte sur un nouvel appareil dans l’unité de soins) ou à un désir d’apprentissage (ex. : partager ses connaissances et son expertise lors d’une conférence).

La communication et la technologie

Depuis la fin des années 90, nous avons adopté, en grande majorité, le logiciel PowerPointmd à titre d’outil d’accompagnement lors de conférences, de cours en classe, de formations en milieu de travail et de rencontres d’équipes. En 2001, Microsoft estimait que plus de 30 millions de présentations PowerPoint étaient utilisées chaque jour. La plus grande force des logiciels assistés par ordinateur est leur facilité d’utilisation reposant sur des modèles de configuration préétablis, dans lesquels nous pouvons intégrer de l’information à l’infini. Conséquemment, nous utilisons massivement ces outils de communication en nous éloignant des fondements scientifiques qui soutiennent les principes d’une communication pertinente et efficace, laquelle doit être adaptée au processus d’apprentissage du cerveau humain.

1« La littératie numérique est la prise de conscience, l’attitude et la capacité des individus à utiliser de manière appropriée les outils et les installations numériques pour identifier, utiliser, gérer, intégrer, évaluer, analyser et synthétiser des ressources numériques, construire de nouvelles connaissances, créer des expressions médiatiques et communiquer avec les autres, dans le contexte de situations de vie spécifiques, afin de permettre une action sociale constructive et de réfléchir à ce processus. » [Traduction libre] (Martin et Grudziecki, 2006, p. 255).

 


Références

Abela, A. V. (2013). «Advanced presentations by design: Creating communication that drives action», (2e éd.). Pfeiffer.

Allen, M. W. (2016). «Guide to e-Learning» (2e éd). Hoboken, NJ: Wiley.

Baddeley, A. D. et Logie, R. H. (1999). «Working memory: The multiple-component model». Dans A. Miyake et P. Shah (dir), Models of working memory: Mechanisms of active maintenance and executive control (p. 28-61). Cambridge University Press. Repéré à https://doi.org/10.1017/CBO9781139174909.005

Berk, R. A. (2011). «Research on PowerPoint®–From basic features to multimedia». International Journal of Technology in Teaching and Learning, 7(1), 24-35. Repéré à http://www.ronberk.com/articles/2011_research.pdf

Berk, R. A. (2011). «PowerPoint® engagement techniques to foster deep learning». Journal of Faculty Development, 25(2), 45-48. Repéré à http://www.ronberk.com/articles/2011_engagement.pdf

Bucher, H.-J. et Niemann, P. (2012). «Visualizing science: The reception of powerpoint presentations». Visual Communication, 11(3), 283-306. Repéré à https://doi.org/10.1177/1470357212446409

Carter, M. (2013). «Designing science presentations A visual guide to figures, papers, slides, posters and more». Elsevier.

Dirksen, J. (2016). «Design for how people learn» (2e éd.). New Riders.

European Heart Association. (2017). «La théorie cognitive d’apprentissage multimedia de Mayer: Les cours en ligne et l’apprentissage humain». European Heart Association. Repéré à https://www.heartassociation.eu/la-theorie-cognitive-dapprentissage-multimedia-de-mayer-les-cours-en-ligne-et-lapprentissagehumain/?lang=fr

Haven, K. F. (2007). «Story proof: The science behind the startling power of story». Libraries Unlimited.

Horvath, J. C. (2014). «The Neuroscience of PowerPointTM». Mind, Brain, and Education, 8(3), 137-143. Repéré à https://doi.org/10.1111/mbe.12052

Horvath, J. C. (2019). «Stop talking, Start influencing». Exisle Publishing.

Kosslyn, S. M., Kievit, R. A., Russel, A. G. et Shephard, J. M. (2012). «PowerPoint® presentation flaws and failures: A psychological analysis». Frontiers in Psychology, 3(230), 1-22. Repéré à https://doi.org/10.3389/fpsyg.2012.00230

Kromka, S. M. et Goodboy, A. K. (2019). «Classroom storytelling: Using instructor narratives to increase student recall, affect, and attention». Communication Education, 68(1), 1-24. Repéré à https://doi.org/10.1080/03634523.2018.1529330

Lebelle, B. (2011). «L’art des présentations PowerPoint – De la réalisation technique à la performance oratoire». Paris: Eyrolles.

LeBorgne, W. (2018). «Vocal branding: How your voice shapes your communication image». Youtube. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=p_ylzGfHKOs

Lemire, N., Souffez, K. et Laurendeau, M.-C. (2009). «Animer un processus de transfert des connaissances – Bilan des connaissances et outil d’animation». Québec: Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Repéré à https://www.inspq.qc.ca/pdf/publications/1012_AnimerTransfertConn_Bilan.pdf

Martel, J. (2020). «On ne peut pas lire et écouter en même temps». Youtube. Repéré à https://www.youtube.com/watch?v=LaeBUnJY1OQ

Martin, A. et Grudziecki, J. (2006). «DigEuLit: Concepts and tools for digital literacy development. Innovation in Teaching and Learning in Information and Computer Sciences, 5(4), 249-267. Repéré à https://doi.org/10.11120/ital.2006.05040249

Mayer, R. E. (2009). «Multimedia learning» (2e éd.). Cambridge University Press.

Mayer, R. E. (2010). «Applying the science of learning to medical education». Medical Education, 44(6), 543-549. Repéré à https://doi.org/10.1111/j.1365-2923.2010.03624.x

Oakley, B. (2019). «On ne naît pas brillant, on le devient» [trad. N. Dupin). FIRST Éditions.

Ouellet, J., Maillé, M., Durand, S. et Thibault, C. (2011). «La formation continue pour la profession infirmière au Québec – Norme professionnelle». Montréal: Ordre des infirmiers et infirmières du Québec. Repéré à https://www.oiiq.org/la-formation-continue-pour-la-profession-infirmiere-au-quebec-norme-professionnelle

Paivio, A. (1986). «Mental representations: A dual coding approach». New York: Oxford University Press.

Paradi, D. (2012). «Selecting the correct font size». Thinkoutsidetheslide. Repéré à https://www.thinkoutsidetheslide.com/selecting-the-correct-font-size/

Parr, B. (2015). «Captivology: The science of capturing people’s attention». HarperCollins.

Pepin, J. (2020). «L’apprentissage, la formation et l’assurance qualité à l’heure de la pandémie: interdépendance, innovation et leadership!». Montréal: SIDIIEF. Repéré à https://sidiief.org/article/lapprentissage-la-formation-et-lassurance-qualite-a-lheure-de-la-pandemie/

Reynolds, G. (2020). «Presentation ZEN: Simple idea on presentation design and delivery» (3e éd.). New Riders–Pearson Education.

Simon, C. (2016). «Impossible to ignore. Creating memorable content to influence decisions». McGraw Hill Education.

Wecker, C. (2012). «Slide presentation as speech suppressors: When and why learners miss oral information». Computers & Education, 59(2), 260-273. Repéré à https://doi.org/10.1016/j.compedu.2012.01.013

Weinschenk, S. M. (2011). «100 THINGS every designer should know about people». New Riders.

Williams, R. (2010). «The non-designer presentation book, principles for effective presentation design». Peachpit Press.

Pour aller plus loin