Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Actualité

La vaccination en cinq points

30 avr. 2019
La vaccination en cinq points

Voici, en cinq points, des incontournables à connaître sur l’activité intitulée « Procéder à la vaccination dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique ».

 

1. Demande pour usage professionnel : rôle de l’infirmière

Vous pouvez faire une demande pour usage professionnel en fonction du Règlement sur les conditions et modalités de vente des médicaments, modifié en 2007, qui vous habilite à vendre un vaccin administré conformément au Protocole d'immunisation du Québec, à condition que vous vous le procuriez auprès d’un pharmacien.

Malgré les similitudes avec une prescription, une demande pour usage professionnel n’est pas une prescription puisqu’elle est faite au nom de l’infirmière et non au nom du patient.

Seuls les médecins et infirmières praticiennes spécialisées peuvent prescrire des vaccins.

Si vous vous procurez les vaccins à des fins professionnelles auprès d’un pharmacien, vous devez lui transmettre, tel que le prévoit le Règlement, une demande contenant les trois éléments suivants :

  • Votre nom imprimé ou écrit en lettres moulées, votre numéro de téléphone, le numéro de votre permis délivré par l’OIIQ et votre signature;
  • Le nom et la forme pharmaceutique (format) du vaccin ou du produit immunisant ainsi que la quantité du médicament;
  • La mention « usage professionnel ».

 

2. Vaccin fourni par les patients : la vigilance s’impose

Si vous avez des doutes sur la qualité d’un vaccin provenant de l’extérieur, signalez-le au patient avant l’administration.

Le PIQ précise, à la page 126 : « Pour les usagers qui apportent leur vaccin de l’extérieur, si le vaccinateur a de sérieuses raisons de croire qu’il y a eu bris de la chaîne de froid, il avisera la personne que le vaccin pourrait être moins efficace et le notera au dossier. Ce sera alors à la personne de décider si elle recevra le vaccin ou non. »

 

3. Vendre un vaccin à un patient : est-ce possible? Si oui, comment déterminer mes honoraires?

Le Code de déontologie des infirmières et infirmiers vous permet de vendre un vaccin à un patient, à condition que vous le lui administriez. Le Code précise vos devoirs et obligations à la section VI, intitulée « Fixation et paiement des honoraires » (Code de déontologie, art. 52).

 

Si vous administrez un vaccin acheté à un pharmacien, vous devez demander un prix juste et raisonnable. Sur votre relevé d’honoraires, en plus des renseignements sur les soins et les services donnés, vous devez indiquer spécifiquement le prix de vente du vaccin pour que le patient soit en mesure de connaître le prix à payer pour le vaccin. Il doit aussi être avisé de la possibilité d’obtenir le vaccin gratuitement ailleurs lorsque celui-ci fait partie du programme national de gratuité, le cas échéant.

 

4. Validité du consentement : verbal ou écrit?

Le seul fait de se présenter à un rendez-vous ne signifie pas que le client consent de façon implicite aux soins. Pour être valide, le consentement à la vaccination doit être :

  • Libre (donné de son plein gré).
  • Éclairé (en toute connaissance de cause).

Cette règle s’applique à tout client.

 

Dans le cadre de la vaccination auprès d’une clientèle mineure de moins de 14 ans (scolaire), le consentement du titulaire de l’autorité parentale est obligatoire. Il peut être verbal ou écrit.

Il arrive que le formulaire de consentement parental ne soit pas remis à temps pour la vaccination. Dans ce cas, communiquez avec le titulaire de l’autorité parentale en vue d’obtenir le consentement verbal. L'information que vous lui donnez doit porter sur cinq éléments essentiels :

  • Le vaccin proposé,
  • Les autres solutions possibles,
  • Les avantages prévus,
  • Les risques et effets secondaires,
  • Les conséquences en cas de refus.

Vous devez également répondre aux éventuelles questions du parent.

 

5. Documentation des soins infirmiers et registre de vaccination

Vous devez noter au dossier l'information transmise et la décision du client (ou parent), notamment en cas de refus de soins.

L’information relative à la vaccination doit être consignée dans le dossier et le carnet de vaccination de la personne ainsi que dans le registre de vaccination. Par conséquent, le Registre de vaccination du Québec (SI-PMI) ne se substitue pas à la documentation locale. Toutefois, nous devons retrouver dans la documentation locale l’évaluation de l’infirmière et sa décision de procéder à la vaccination.

 

Approfondir vos connaissances sur la vaccination

Si vous désirez approfondir vos connaissances sur le sujet, voici des formations pertinentes :

 

Renseignements

Courriel : infirmiere-conseil@oiiq.org

Téléphone : 514 935-2501, option 1 ou 1 800 363-6048, option 1

 

Pour aller plus loin