Nouvelles

 

Actualités, chroniques et éditoriaux de l'Ordre

 

Éditorial du président

La vaccination, un incontournable pour assurer la santé des populations

18 avr. 2019
La vaccination, un incontournable pour assurer la santé des populations

Devant la controverse suscitée cette semaine par le sujet de la vaccination, l’OIIQ se montre préoccupé. Par son mandat de protection du public, il souhaite prendre la parole sur l’importance de promouvoir la vaccination. Vous le savez, l’OIIQ réalise son mandat par et avec les infirmières et infirmiers. Il en va de l’intérêt public : nous devons prendre la parole et agir auprès de nos patients. Et voici pourquoi :

 

Cette semaine, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) annonçait que les cas de rougeole dans le monde ont bondi de 300 % au cours des trois premiers mois de l’année. Plus près de nous, au même moment, l’Agence de la santé publique du Canada faisait une sortie médiatique afin de partager son inquiétude quant à la réticence des parents à faire vacciner leurs enfants. Dans le cas de la rougeole, il s’agit d’une maladie grave sans traitement curatif. En tant que société, nous avions réussi à éradiquer cette maladie grâce à un taux de vaccination exemplaire. Au Québec, la communauté scientifique s’est également prononcée sur la question en publiant, le 13 avril dernier dans La Presse[1], une lettre signée par deux pédiatres et cosignée par soixante-quinze pédiatres et professionnels en vaccination du CHU Sainte-Justine. Cette lettre évoquait le principe de l’intérêt supérieur de l’enfant ainsi que les rôles des professionnels de la santé en vaccination.

 

La communauté scientifique s’entend. Elle s’unit pour énoncer clairement que la vaccination est bénéfique pour les populations : elle permet de sauver des vies. L’OMS affirme maintenant que l’une des pires menaces à la santé mondiale est d’hésiter à se faire vacciner. Dans le cas de la rougeole, il s’agit de l’une des causes principales de décès évitables par la vaccination chez les enfants dans le monde entier[2].

 

Dans ce dossier, les patients ont besoin d’entendre nos recommandations fondées sur des données probantes. Notre voix est essentielle. La promotion de la vaccination est une responsabilité professionnelle des membres de la profession infirmière. Notre proximité avec les patients nous positionne avantageusement en vue de promouvoir et de recommander la vaccination.   

 

Nous avons le devoir de fournir aux patients toute l’information et les explications nécessaires ainsi que les conséquences prévues en cas de refus. Il faut faire preuve de sens critique relativement aux messages véhiculés par divers groupes anti-vaccination, donner de l’information fondée sur des preuves scientifiques et se rappeler que le bien-être du patient prime. Le législateur a de plus reconnu que les infirmières et infirmiers avaient une responsabilité importante en matière de vaccination en leur réservant une activité, soit « procéder à la vaccination dans le cadre d’une activité découlant de l’application de la Loi sur la santé publique ».

 

Nous sommes un acteur essentiel dans la transmission d’informations crédibles appuyées par des données scientifiques. Déjà en 2010, le ministère de la Santé et des Services sociaux positionnait l’infirmière et l’infirmier comme des professionnels dont la crédibilité tenait une place importante dans la réussite des programmes de vaccination.[3]. Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons prendre cette place privilégiée et jouer le rôle que l’on attend de nous.

 

 

Pour aller plus loin